unibet

Bengals – Chiefs (27-24) : Cincinnati confirme et envoie un message

Impressionnants de sérénité en attaque, les Bengals annoncent qu'il faudra de nouveau compter sur eux en fin de saison.

Cincinnati Bengals (8-4) – Kansas City Chiefs (9-3) : 27-24

La dernière fois que Bengals et Chiefs s’étaient affrontés, Von Bell avait mis fin à la dernière possession de Kansas City avec une interception des plus opportunes. Une série conclue par field goal plus tard, Cincinnati l’emportait 24-27 et validait son ticket pour le Super Bowl. Leurs retrouvailles, ce dimanche, en Semaine 13, avait tout d’une rencontre de playoffs. Von Bell lui-même l’avait promis en avant-match : « Il n’y a pas grand-chose à dire. On sait ce qui nous attend. Nos gars seront prêts ».

Si Ja’Marr Chase (7 réceptions, 97 yards) a fait son grand retour, dans une escouade offensive bien moins moribonde que celle qu’il avait quitté lors de la Semaine 6, Joe Mixon, lui, manquait à l’appel pour le deuxième match consécutif, toujours en protocole commotion. Résultat, Samaje Perine (21 courses, 106 yards, 6 réceptions, 49 yards) a de nouveau enfilé son costume de coureur titulaire avec efficience, dès la première série (3 courses, 15 yards, 1 réception, 11 yards). De quoi mettre Joe Burrow (25/31, 296 yards, 2 TDs, 11 courses, 46 yards, 1 TD) en position d’ouvrir le score, avec son cinquième touchdown à la course de la saison. Von Bell avait raison, les Bengals étaient prêts.

Réponse du berger à la bergère… Ou presque. Avec Isiah Pacheco (14 courses, 66 yards, 1 TD, 2 réceptions, 16 yards) livrant une étonnante imitation de son homologue tigré (2 courses, 21 yards et 2 réceptions, 16 yards) pour amener les Chiefs à 8 yards de l’en-but des Bengals. Un long drive que Patrick Mahomes (16/27, 223 yards, 1 TD, 2 courses, 9 yards, 1 TD) ne réussira pas à convertir en touchdown, mais qui permettra à Harrison Butker d’ouvrir la marque pour les siens (7-3).

S’il fallait user de la métaphore pugilistique, c’est bien à combat de poids lourds auquel on avait affaire. Pas de grandes envolées, ni feux d’artifice, mais deux adversaires jaugeant la force de l’autre, envoyant un jab ici et là pour marquer son territoire. À l’entame du 2e quart-temps, ce direct a pris la forme de Tee Higgins (3 réceptions, 35 yards, 1 TD). Première réception du match pour lui, pas la plus marquante de sa carrière, touchdown. Ce n’est pas aussi spectaculaire qu’un uppercut, mais ça fait mal. À peine deux séries et déjà 14 points au tableau d’affichage pour Cincinnati, confirmant ainsi la renaissance de son attaque, qui semble fin prête pour les joutes de l’hiver. 

Chassé-croisé

En face, il a fallu une complétion sur 4e & 4 pour enfin lancer la machine contre une défense des Bengals rendant le moindre gain difficile. Trente-deux yards plus loin, Jerick McKinnon (8 courses, 51 yards, 2 réceptions, 9 yards, 1 TD) allait inscrire son deuxième touchdown de la saison… à la réception évidemment. Le running back des Chiefs n’a plus marqué à la course depuis la saison 2020, lorsqu’il évoluait sous les couleurs des Niners. Mais l’essentiel est ailleurs, six points plus un qui font sept. Il y a match. 

Et comme un symbole, l’ancien Bengal Carlos Dunlap a sonné le premier coup d’arrêt de ses anciens coéquipiers, avec un stop salvateur sur 4e tentative. Tant pis pour l’effort saillant de Ja’Marr Chase avant cela.

Resté aux vestiaires, le Mahomes banal a laissé sa place au Mahomes candidat à un deuxième trophée de MVP. Par instants, tout du moins. Troisième et longue, receveur marqué à deux, pas de problème : 42 yards, plein axe. La magie retrouvée, Isiah Pacheco en récolte les fruits en bout de série, y allant de son touchdown. Kansas City prend l’avantage pour la première fois de la rencontre (14-17).

À nos actes manqués

Élève Tyler Boyd (4 réceptions, 60 yards), au tableau. Quelle est la leçon du soir ? Quand on a son adversaire dans les cordes, il faut le mettre KO. Comprenez qu’un drop de rookie sur un touchdown tout fait pourra et sera retenu contre vous. Ce qui aurait dû faire six points pour les Bengals se transforme en trois. Les squales du Missouri sentent le sang dans l’eau et attaquent. Un chouia moins explosifs sans Tyreek Hill, ces Chiefs sont plus résilients et moins prévisibles. Ce dimanche, c’était au tour d’Isiah Pacheco et Jerick Mckinnon de briller. Les parfaits seconds rôles à la tête d’affiche Mahomes, qui va marquer au sol… Ou en l’air, c’est selon. (17-24)

Élève Travis Kelce, au tableau. Même leçon. Un fumble malvenu, lorsqu’on est en passe d’assommer une équipe du calibre de Cincinnati, est immédiatement sanctionné (27-24). Ces Bengals aussi sont résilients. Résilients et sur une dynamique on ne peut plus positive. Alors, quand Harrison Butker manque le coup de pied de l’égalisation, Burrow et sa clique écoulent les 3 minutes 19 restantes avec maestria. Comme lors de la dernière finale de conférence, comme lors de leur dernière opposition en saison régulière, les Bengals battent les Chiefs de trois petits points. Mais en NFL, il n’y a pas de petites victoires, que des victoires.

Fin de série pour les Chiefs qui restaient sur cinq victoires consécutives et voient les Bills revenir sur eux pour la tête de série n°1 dans l’AFC. Les Bengals, eux, fondent sur les Ravens dans l’AFC Nord. Et qu’on se le dise, ressemblent de plus en plus à l’équipe qui avait surpris son monde en janvier dernier. De surprise, il n’y aura plus. AFC, vous êtes prévenue.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires