Touchdown Shop

Packers – Patriots (27-24 ap) : Green Bay s’en sort par la petite porte

Favori annoncé, Aaron Rodgers et les siens ont galéré.

Green Bay Packers (3-1) – New England Patriots (1-3) : 27-24 (après prolongation)

Dans une rencontre bien plus serrée qu’attendue, des Packers trop fébriles et irréguliers offensivement ont été poussés à la prolongation. Avec le destin du match entre ses mains, Aaron Rodgers (21/35, 251 yards, 2 touchdowns, 1 interceptions) a dû s’y reprendre à deux fois pour amener son équipe à la victoire. Incapable de jouer deux mi-temps consécutive, et maintenir un rythme tout un match, les Packers se sont sabordés tout seul et se sont rendus la soirée compliquée et fatigante à quelques jours de s’envoler pour Londres.

Mené par l’inattendue rookie Bailey Zappe (10/15, 99 yards, 1 touchdown), New England a donné toutes les peines du monde à son adversaire supposément supérieur. Mais incapable de gagne les quelques yards qui leur auraient permis de se mettre en position du field goal de la gagne, les Patriots ont laissé passer leur chance.

Encéphalogramme plat pour les attaques

Poussive, l’attaque de Green Bay s’en remet à son jeu au sol et le toujours précieux Aaron Jones (16 courses, 110 yards). Et c’est bien sur une course, que le receveur rookie Christian Watson inscrit le premier touchdown de sa carrière. Car le jeu aérien reste largement problématique. Appels de jeu douteux, quarterback peu inspiré et imprécis, receveur qui échappe le cuir, seulement 38 yards sont gagnés dans les airs en première mi-temps. Rodgers n’est pas du tout dans le coup et lance même une très vilaine interception que Jack Jones se fait un plaisir de retourner pour touchdown.

Pas vraiment mieux pour les visiteurs. Mac Jones forfait c’est Brian Hoyer qui devait mener l’attaque de New England. L’intermede aura été de courte durée. Touché sur un sack, il laisse sa place au rookie Bailey Zappe, recorman du nombre de touchdowns inscrits sur une saison en NCAA. Baptême difficile pour le jeune lanceur. Aussi solide en défense que faible en attaque, les Packers sont emmenés par un Rashan Gary (7 plaquages, 2 sacks, 1 fumble forcé, 1 fumble recouvert) très précieux.

New England pilonne, Green Bay s’accroche

La mi-temps fait du bien aux esprits offensifs. Chacune des deux équipes trouve la end-zone sur sa première possession. Robert Tonyan est trouvé par Rodgers, puis Bailey Zappe s’offre son premier score en carrière en se connectant avec Davante Parker malgré une horloge écoulée. Les hommes de Belichick utilise une recette simple. Le pilonnage au sol, et ils utilisent le jeu aérien avec parcimonie et intelligence. Damien Harris perfore le rideau défensif de Green Bay pour mettre son équipe en tête au début du 4e quart-temps. A l’inverse, Rodgers et LaFleur continuent de se compliquer la vie en tentant de longues passes qui ne trouvent quasiment que le gazon du Lambeau Field. Pourtant, encore parfaitement assisté par son duo de coureurs, il se retrouve en zone rouge et trouve Romeo Doubs pour revenir à hauteur. Alors que Rodgers pensait même avoir décroché la victoire sur une nouvelle passe longue, le touchdown n’a pas été validé et les deux équipes poussées vers la prolongation. Après une première tentative sans succès, les Packers mettent Mason Crosby sur orbite pour la gagne. Green Bay s’en sort sans brio.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires