Touchdown Shop

Vikings – Packers (23-7) : Justin Jefferson donne la leçon

Avoir un receveur, ce n’est pas si mal.

Minnesota Vikings (1-0) – Green Bay Packers (0-1) : 23-7

Première sortie réussie pour les Vikings de Kevin O’Connel. Portés par un Justin Jefferson monumental (9 réceptions, 184 yards, 2 touchdowns), ils n’ont jamais été inquiétés et ont déroulé leur football.

Avec des titulaires laissés au repos durant la présaison, les Packers manquaient cruellement d’automatisme, et cela s’est vu. Peu inspirés, ils se sont fait dominer dans tous les compartiments du jeu. Harcelé par la ligne adverse, un Aaron Rodgers (22/34, 195 yards, 1 interception) sous pression n’a pas réussi à développer son jeu. Limité dans les airs, le quadruple MVP n’a pas pesé sur la rencontre. Pire, il a commis des erreurs inhabituelles qui ont enterré les maigres espoirs de son équipe. Les vaincus regretteront peut-être le ballon relâché sur le premier jeu, annihilant un touchdown donné. Le scénario aurait sans doute pu être différent.

Jefferson rit, Rodgers pleure

La nouvelle version de l’attaque de Minnesota n’aura pas eu besoin de rodage. Dès le premier drive, la connexion Cousins-Jefferson tourne à plein régime. Trois réceptions et un touchdown. Le ton est donné.

En face, on ne peut pas en dire autant des Packers. Le départ de Davante Adams se fait ressentir. 1/5 pour 6 yards en deux séries, un drop immonde du rookie Christian Watson alors que le touchdown était tout fait, Aaron Rodgers a la mine des mauvais jours. Green Bay n’est pas non plus aidé par le playcalling sans imagination de son coach qui gâche en goal line.

Pendant ce temps, Jefferson continue son show, enchainant les réceptions et les yards. Se jouant d’une défense totalement dépassée, il inscrit son second touchdown de la soirée. Six ballons captés pour 158 yards en une seule mi-temps, le receveur a fait voler en éclats la supposé si forte défense des Packers. 17-0

Comme si la coupe n’était pas déjà pleine, un Rodgers exaspéré force la passe et trouve les bras d’Harrison Smith. Les hommes de Matt LaFleur rentrent au vestiaire avec un zéro pointé et une belle gueule de bois.

Un réveil sans conséquence

Après un retour des vestiaires toujours aussi mauvais avec un fumble perdu par Rodgers offrant 3 points de plus à Minnesota, l’attaque de Green Bay arrive enfin à mettre la marche avant. Réveillé par une belle course d’Aaron Jones, c’est A.J Dillon qui conclut en force quelques jeux plus tard. 20-7

Le manque de constance mais surtout la pression mise par la ligne des Viks’, ont raison des possessions suivantes, enterrant tout espoir de comme back. Cousins et les siens gèrent tranquillement la fin de rencontre et lancent idéalement leur saison face à leur principal rival dans la division.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires