Touchdown Shop

Lions – Seahawks (45-48) : Feu d’artifice offensif

En déplacement, Seattle remporte un match fleuve et un festival offensif.

Detroit Lions (1-3) – Seattle Seahawks (2-2) : 45-48

Tout simplement le match avec le plus de points marqués cette saison. 93 unités et 1075 yards enregistrées. Un florilège offensif. Seattle a tout simplement inscrit des points sur chacune de ses séries de la partie sauf une, un field goal manqué.

Geno Smith a été impeccable, et bien aidé par un D.K. Metcalf inarrêtable en première mi-temps ainsi qu’un Rashaad Penny décisif en seconde période. Tyler Lockett s’est mué en receveur de possession clutch sur les actions couperet. Et l’équipe a bien comptabilisé sur les quelques erreurs de son adversaire du jour.

Un adversaire valeureux, qui aura toujours été à la remorque mais jamais complètement décroché. Orphelin de DeAndre Swift et de Amon-Ra St Brown, Jared Goff a manqué d’options mais a pu s’appuyer sur un T.J. Hockenson monumental pour rester dans la course. Finalement le match se sera joué sur les deux pertes de balle provoquées par les Seahawks.

Seattle a la main sur la rencontre

Les Seahawks entament la rencontre sous les meilleurs auspices. Le jeu offensif se met en place immédiatement autour de Geno Smith (23/30, 320 yards, 2 TD / 49 yards, 1 TD au sol). Echappées au sol, jeu court, passes intermédiaires et tests de la profondeur, Seattle trouve rapidement l’en-but par l’intermédiaire de Will Dissly (39 yards, 1 TD) avant que Smith ne perce à la course pour accentuer l’avantage. Les autres escouades prennent ensuite le relais : un coup de pied réussi, un fumble recouvert, les aigles de mer dominent de la tête et des épaules. Pour enfoncer le clou, D.K. Metcalf (149 yards) perce sur 55 yards, et Noah Fant (2 yards, 1 TD) passe tranquillement la ligne. Toutes les possessions amènent des points, les Seahawks sont sereins.

De leur côté, les Lions s’accrochent et jouent leur chance sur équipes spéciales. Ils provoquent un fumble sur relance de punt, et recollent au score grâce à T.J. Hockenson (179 yards, 2 TD) avant de convertir une feinte de dégagement qui les positionne pour un field goal. Malgré tout l’attaque est sur courant alternatif et la défense ne trouve pas les solutions. Erreurs, pénalités, transformations manquées, Detroit semble en sous-régime dans tous les compartiments du jeu. Pourtant les Lions ne sont pas complètement décrochés quand Josh Reynolds (81 yards, 1 TD) slalome pour 26 yards et place Jamaal Williams (108 yards, 2 TD) pour le touchdown. 15-24 à la pause.

A toi, à moi

Au retour des vestiaires, pas le temps de s’installer que les Seahawks frappent déjà. Première action, Tariq Woolen (5 TKL, 1 INT) intercepte Jared Goff (26/39, 378 yards, 4 TD, 1 INT) et relance jusqu’à la peinture. D.K. Metcalf percute, Rashaad Penny (157 yards, 2 TD) raffute, Tyler Lockett (91 yards) découpe et Geno Smith déroule. Seattle garde la main. Sur une 3&16 Penny s’échappe sur 36 yards pour marquer et maintenir un écart confortable, gros coup de tomahawk sur le crâne des adversaires. Et malgré le volontarisme de Detroit, Seattle parvient toujours a garder son avance grâce à son attaque d’une efficacité indiscutable.

Pour sa part Detroit souffre mais réussi chaque fois des actions qui maintiennent le suspens et le match à portée. Déjà en manque de ses coureur et receveur numéro 1, le club du Michigan perd successivement Quintez Cephus (15 yards) et Kalif Raymond (41 yards) sur blessure, et semble manquer d’options. Pourtant Williams perce pour 51 yards et le touchdown, Hockenson s’envole sur 81 yards, et Josh Reynolds réduit l’écart. Le point faible vient de la défense qui joue sur les talons et ne parvient pas à éteindre l’attaque du Washington. Pourtant la rencontre semble ne jamais être pliée et Goff trouve des solutions pour conserver un souffle d’espoir.

La conclusion du match est étouffante. Avec 10 points de retard à 5 minutes de l’échéance Hockenson capte un score dans le coin de l’en-but, les Lions sont toujours en vie. Malheureusement pour Detroit la défense craque de nouveau au pire moment. Sur 3&5 Penny trouve l’ouverture et s’échappe sur 41 yards pour passer la ligne. Les temps morts s’envolent, et les azur et argent jouent leurs dernières cartes pour combler les 10 points d’écart. Goff réduit la marque à trois unités avec une minute au chronomètre en alignant Justin Jackson sur une petite passe. Les unités spéciales se frottent pour recouvrir le onside kick qui rebondit… Non, finalement pas de comeback surprise, c’est Seattle qui recouvre le cuir pour mettre un terme à ce match haletant.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires