France Autriche Football americain

[Preview 2022] New York Jets : décollage immédiat ou nouveau retard à l’allumage ?

Le duo Robert Saleh-Zach Wilson arrive déjà à un tournant décisif de sa collaboration.

La saison 2022 approche alors la rédaction de TDActu vous propose de faire le point sur les forces et faiblesses des 32 franchises. Vous pouvez retrouver toutes les présentations en cliquant sur ce lien.

Difficile d’utiliser un autre terme que « décevant » pour qualifier la saison 2021 de New York. Alors qu’une certaine hype entourait leur nouveau coach, Robert Saleh, et leur nouveau lanceur, Zach Wilson, le soufflet est vite retombé. L’avantage pour 2022, c’est que l’on n’attend pas grand-chose, au moins ils ne décevront pas. Ils pourraient même surprendre.

Le manager général, Joe Douglas, et les dirigeants ont opéré un recrutement intelligent, couplé à une draft prometteuse grâce auxquels les Jets pourraient enfin décoller. Pour cela, il faudra que Zach Wilson passe un cap. Dans le cas contraire, cette équipe restera de nouveau clouée au sol.

La saison dernière : 4-13, pas de playoffs

Les mouvements à l’intersaison

Arrivées notables : C.J. Uzomah (TE), Solomon Thomas (DE), Kwon Alexander (LB), Laken Tomlinson (G), D.J. Reed (CB), Jordan Whitehead (S), Tyler Conklin (TE), Greg Zuerlein (K), Vinny Curry (DE)…
Re-signatures : Braxton Berrios (WR), Lamarcus Joyner (S), Joe Flacco (QB), Tevin Coleman (RB), Dan Feeney (OL), Nathan Shepherd (DL), Eddy Pineiro (K)…
Draft : Sauce Gardner (CB), Garrett Wilson (WR), Jermaine Johnson II (DE), Breece Hall (RB), Jeremy Ruckert (TE), Max Mitchell (OT), Michael Clemons (DE).
Pertes notables : Jamison Crowder (WR), Ryan Griffin (TE), Marcus Maye (S), Morgan Moses (OT), Laurent Duvernay-Tardif (G), Jarrad Davis (LB)…

Contrairement à ces dernières années, les Jets n’ont pas fait trop de vagues durant la free-agency. Les dirigeants ont ciblé des profils particuliers pour venir rajouter du talent dans un roster qui en manquait cruellement. Sur le papier, ces décisions semblent intéressantes. Les signatures de C.J. Uzomah (TE) ou Jordan Whitehead (S) par exemple permettent d’ajouter deux joueurs qui ont l’expérience des grands matchs. Solomon Thomas (DE), Laken Tomlinson (G) ou D.J. Reed (CB) viennent eux combler des manques à leur poste respectif.

Quelques semaines plus tard, c’est surtout la draft qui a attiré l’attention. New York était la seule équipe à choisir 4 fois dans les 40 premières positions cette saison. Les Jets ont d’abord récupéré Sauce Gardner en 4e position avant de choisir Garrett Wilson en 10e. Jermaine Johnson (26e) et Breece Hall (36e) viennent compléter une cuvée 2022 qui pourrait produire (au moins) quatre titulaires en puissance dès la première semaine.

Dans le sens des départs, les Jets peuvent déplorer la signature Marcus Maye à New Orleans. Le safety était l’une des seules satisfactions défensives de la saison passée. Pour le reste (Jamison Crowder, Ryan Griffin, Morgan Moses…), rien d’insurmontable pour la franchise.

Le(s) point(s) fort(s)

Forcément, quand on sort d’une saison à quatre victoires seulement, les points forts ne sont pas légion. Il existe toutefois quelques secteurs sur lesquels Robert Saleh peut s’appuyer. En attaque d’abord, l’entraîneur a quelques certitudes du côté de la ligne offensive. L’an passé déjà, cette unité faisait partie des meilleures de la ligue. PFF l’a même classée 11e en fin de saison. Une ligne qui va en plus voir le retour Mekhi Becton. Le tackle gauche qui avait impressionné en tant que rookie en 2020 avant de se blesser gravement dès le premier match l’an passé.

Les Jets sont aussi allés chercher Laken Tomlinson chez les 49ers pour solidifier encore plus l’intérieur de cette ligne. Il formera avec Alija Vera-Tucker une paire de gardes solide. Avec Connor McGovern au centre et George Fant au poste de tackle gauche, le cinq de devant devrait de nouveau être un atout cette saison à New York.

De l’autre côté du ballon, c’est plus compliqué de trouver un véritable point de satisfaction, mais si on se projette un peu, le backfield défensif devrait être de haute qualité cette saison. Déjà parce que le numéro 4 de la draft, Sauce Gardner devrait avoir un impact immédiat au poste de cornerback. Il devrait aussi être bien suppléé de l’autre côté du terrain par D.J. Reed, arrivé de Seattle. Enfin, il y aura une toute nouvelle paire de safety avec Jordan Whitehead, champion avec Tampa en 2020 et remplaçant attitré de Marcus Maye, ainsi que Lamarcus Joyner, déjà présent l’an passé, mais qui n’avait joué qu’un bout de rencontre avant de se blesser pour la saison.

Pour la première fois depuis des années, les Jets devraient afficher un solide backfield défensif.

Le(s) point(s) faible(s)

Robert Saleh était arrivé à New York avec l’étiquette d’entraîneur défensif. Force est de constater que cela ne s’est pas retranscrit sur le terrain. C’est simple, en 2021, les Jets affichaient la pire défense de la ligue au nombre de yards autorisés (397,6/match) et de points encaissés (29,6/rencontre). On l’a dit, le backfield défensif devrait s’améliorer, mais pour le reste des lignes, l’inquiétude reste de mise. À commencer par les linebackers. Au milieu de la défense, le trou est béant et mis à part Kwon Alexander, rien n’a été fait pour améliorer le groupe. Certes C.J. Mosley devrait revenir de blessure, mais l’ancien joueur de Baltimore n’a plus été bon depuis 2019. Difficile de compter sur lui pour soigner tous les maux de ce groupe de linebacker.

Devant eux, la ligne défensive n’est pas beaucoup mieux. Carl Lawson et Jermain Johnson devraient apporter de la qualités sur les extérieurs (voir ci-dessous), mais à l’intérieur de celle-ci, les joueurs ne performent pas comme ils devraient. Quinnen Williams ne sort pas de la meilleure saison de sa carrière et Sheldon Rankins n’a toujours par réussi à s’imposer. La défense face à la passe devrait s’améliorer, mais face à la course, les Jets restent friables à l’heure actuelle.

De l’autre côté du ballon justement, la course n’apporte pas non plus beaucoup de garanties. Michael Carter, Tevin Coleman ou encore Ty Johnson sont de bons coureurs, mais aucun d’eux n’a le talent nécessaire pour porter cette attaque au sol. Pas sûr que l’arrivée de Breece Hall change beaucoup de choses dans ce domaine. Même si les Jets ont beaucoup d’attentes sur l’ancien running d’Iowa State, on l’imagine mal devenir un coureur numéro 1 dès sa première saison.

Facteur X : le jeu aérien

C’est la grande question de la saison à New York : Zach Wilson va-t-il progresser ? Tout n’est pas à jeter dans la saison rookie du lanceur, mais les Jets s’attendent à beaucoup de la part de celui qui doit être leur franchise quarterback pour les prochaines années. Après une saison compliquée donc, il doit montrer du mieux. En est-il capable ? Ses qualités physiques et son bras sont des atouts indéniables, mais tout semble aller encore trop vite pour lui. Cette nouvelle saison doit lui permettre de commencer à répondre aux attentes placées en lui.

Il n’est toutefois pas le seul à devoir monter d’un cran. Ses cibles aussi. On l’a dit, la protection de Zach Wilson est plutôt bonne, c’est déjà la moitié du travail. Mais si les Jets veulent que leur quarterback soit plus en confiance, ses receveurs doivent passer un cap. Garrett Wilson, le rookie choisi en 10e position, sera justement l’une des attractions de cette attaque.

Elijah Moore devra confirmer les belles promesses montrées en 2021, tandis que Corey Davis lui aura à cœur de se rattraper de sa saison décevante. Les additions via la free agency (C.J. Uzomah et Tyler Conklin) ou à la draft (Breece Hall, le running back à l’aise dans le jeu aérien) auront aussi un rôle important dans un secteur qui doit absolument progresser.

Le joueur à suivre : Carl Lawson

Il était l’une des stars du recrutement new-yorkais la saison passée. En 2021, Carl Lawson avait fait le choix de venir chez les Jets, en contrepartie d’un gros chèque. Malheureusement, l’ancien Bengal n’a encore jamais joué un seul snap avec cette tenue verte. Blessé au tendon d’Achille durant le camp d’entraînement, il devrait faire ses premiers pas avec un an de retard. On surveillera justement sa présence sur cette ligne défensive. Lawson doit apporter de l’explosivité dans un domaine en grandes difficultés chez les Jets : le pass-rush.

L’an dernier, New York était l’une des pires équipes quand il s’agissait de mettre la pression sur le quarterback. Si Carl Lawson revient à son meilleur niveau, cela pourrait changer drastiquement pour les hommes de Robert Saleh. Les vrais débuts du défensive end sur cette ligne défensive pourrait d’ailleurs avoir un effet secondaire : libérer de la place à Jermaine Johnson. Le rookie pass-rusheur pourrait former un duo intéressant avec Lawson. Les deux hommes pourraient faire des dégâts ensemble.

Calendrier

Ravens, @Browns, Bengals, @Steelers, Dolphins, @Packers, @Broncos, Patriots, Bills, BYE, @Patriots, Bears, @Vikings, @Bills, Lions, Jaguars, @Seahawks, @Dolphins.

La preview audio du podcast

En résumé

Les débuts du projet Saleh-Wilson n’ont pas rassuré. Cette année, les décisions prises durant l’intersaison donnent un peu d’espoirs aux supporters. Les dirigeants ont donné les moyens au coach et aux quarterbacks de s’améliorer.

New York est encore loin d’avoir le talent nécessaire d’une équipe de playoffs, mais faire mieux que 2021 serait déjà une petite victoire. Le potentiel est là en tout cas.

Pronostic : 6-11

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires