Touchdown Shop

[Intersaison] New England Patriots : pour passer à la vitesse Mac(h) 2

Promis à une reconstruction douloureuse, les Patriots semblent d'ores et déjà en position d'outsider sérieux.

Comment se relancer ou comment faire encore mieux ? La rédaction de touchdownactu vous propose un point de vue franchise par franchise : état des lieux des forces et faiblesses ainsi que des idées pour le marché et la draft.
Aujourd’hui, une franchise qui a dominé ce début de siècle et qui compte bien le faire à nouveau.

Après une saison de transition, avec Cam Newton aux commandes, le renouveau est en marche à Boston. Avec un prometteur Mac Jones au poste de quarterback, les Patriots ont à nouveau atteint les playoffs en 2021. Bien. Mais pour une franchise, et des fans, tellement habitués au succès, cela ne serait être suffisant. L’intersaison 2022 est donc celle devant permettre à l’équipe de jouer, à nouveau, les premiers rôles. Bien entourer leur jeune quarterback et ajouter du sang neuf en défense, telles sont les deux chantiers de cette intersaison.

Les tauliers

1. Matt Judon (DE)
2. Mac Jones (QB)
3. David Andrews (OC)

Si sa signature faisant de lui le joueur le mieux payé de l’effectif avaient laissé dubitatifs certains fans, sa saison 2021 a mis tout le monde d’accord. Avec 66 pressions et 12 sacks, Matt Judon a justifié son contrat en devenant la pièce majeure d’une défense efficace en 2021. Certes ses 5 derniers matchs n’étaient pas du même accabit mais dans l’ensemble, en une saison seulement, il est devenu la meilleure arme de l’équipe de ce coté du ballon.

Pour lui aussi, certains avaient affiché du scepticisme avant la draft : Mac Jones n’était pas un choix populaire auprès de nombreux fans, et la plupart doutaient que Bill Belichik puisse être intéressé. Pourtant, le meilleur entraineur actuel et un des plus grands de l’histoire, a fait du lanceur d’Alabama son quarterback du futur…et du présent. Précis, notamment dans les zones intermédiaires, il a su conduire l’attaque avec peu de cibles d’impact. Certes bien protégé par sa ligne offensive et aidé par un jeu au sol de qualité, Mac Jones a montré qu’il pourrait devenir le visage de cette franchise pendant quelques années. Le centre David Andrews est essentiel au roi Mac Jones sur l’échiquier offensif des Patriots. Peu blessé et commettant peu de pénalités, il est la pierre angulaire d’une ligne de front performante en protection et pour le jeu de course : la ligne offensive made in Boston a son leader et c’est David Andrews. Bill Belichik a fait de lui le joueur le plus utilisé en 2021, avec 98% des snaps offensifs joués.

Les indésirables

1. Trent Brown (OT)
2. JoeJuan Williams (CB)
3. Chase Winovich (DE)
4. Kyle Van Noy (LB)

Trent Brown est un bon joueur mais il est souvent blessé, alors que son talent fait que sa valeur sur le marché est élevée : s’il accepte un contrat raisonnable et de courte durée alors, il devrait porter à nouveau ce maillot en 2022. Mais il est peu probable que les Patriots surenchérissent avec d’autres franchises en besoin d’un tackle. Le ranger dans la catégorie des indésirables est trop sévère mais durée et montant du contrat, détermineront l’avenir du joueur dans l’équipe. Moins de dilemme avec le candidat suivant. Choisi au 2e tour de la draft 2019, JoeJuan Williams n’a jamais atteint les espoirs liés à un si grand investissement. Du renfort est nécessaire à ce poste et le grand cornerback ne fait, sans doute, pas partie des projets pour le futur. Surtout que sa coupe rapporterait le double en économie qu’en argent encore du (dead money). Idem pour le pass rusher Chase Winovich. Utilisé trois fois plus en équipe spéciale qu’en défense (10% des snaps défensifs), sa coupe permettrait trois fois plus d’économie que d’indemnités. Il pourrait aussi être un candidat à un échange surtout que les Patriots n’ont pour l’instant que cinq choix en 2022. Mais sa valeur ne serait être plus haute qu’un 7e tour de draft. Mais, se séparer de ces joueurs ne serait sans doute pas suffisant pour conserver JC Jackson alors, un sacrifice pourrait être fait.

S’il reste un plaqueur fiable (64 plaquages et seulement 4 de manqués), Kyle Van Noy glisse doucement sur la pente descendante de sa carrière. Un manager se devant de jongler avec une masse salariale, sa coupe permettrait une économie de 5 millions de dollars. Si en 2021, il a montré qu’il avait toujours sa place en NFL, la dimension économique d’une gestion d’effectif pourrait décider de son sort. Plus que le joueur et sa production, c’est son contrat qui pourrait être indésirable. Et étant donné que d’autres linebackers sont également en fin de contrats, la stratégie globale des dirigeants décidera du sort de Kyle Van Noy.

L’homme de l’été

Jonnu Smith (TE)

Signé pour 50 millions de dollars à l’intersaison 2021, le tight-end Jonnu Smith a été porté disparu, ou presque, après les deux premiers matchs de la saison. Bien plus utilisé en tant que bloqueur qu’en réception, il a souvent semblé l’oublié dans le cahier de jeu : peu ciblé pour une recrue de ce tarif. Hunter Henry, l’autre nouveau-venu au poste, a été plus présent et notamment en réceptions. Auteur d’une belle saison 2020 avec les Titans du Tennessee, Jonnu Smith y était bien (et mieux) utilisé. Un quarterback avec peu d’expérience peut bénéficier d’une soupape de sécurité face à la pression, avec un joueur lui permettant des lancers rapides en zones intermédiaires. Jonnu Smith est forcément une piste de réflexion pour Bill Belichik, dans ce moment de l’année, où l’on évalue la saison avec ses réussites et ses « peut mieux faire ». Bien que les Patriots passe par le sol sur 48% de leurs attaques, permettre à Mac Jones de développer ses capacités à la passe est une obligation pour avoir un avenir victorieux. Un tight-end comme Jonnu Smith devrait être un des ingrédients d’une recette réussie.

Joueur non-drafté, JC Jackson est devenu un des meilleurs à son poste.

Les principaux free agents

1. JC Jackson (CB)
2. Dont’a Hightower (LB)
3. Ted Karras (OL)
4. Matthew Slater (ST)
5. Jakobi Meyers (WR)

Les autres : Trent Brown (OT), Brandon Bolden (RB), Brian Hoyer (QB), Ja’Whaun Bentley (LB), Devin McCourty (S), Nick Folk (K), Gunner Olszewski (ST), Carl Davis (DT), James White (RB).

Second défenseur le plus utilisé, JC Jackson a été bon en 2021 (encore). Plus ciblé que jamais (84 fois), il n’a autorisé que 2 touchdowns et seulement 47,6% de passes complétées. Moins efficace lorsqu’il s’agit de plaquer, il est par contre léthal contre le jeu aérien. Les deux parties sont forcément désireuses de continuer, le seul souci pourrait être des propositions plus juteuses venues d’ailleurs : la position est premium, le joueur est bon et il est dans son prime (26 ans). Les offres ne manqueront donc pas. La situation financière n’est pas des meilleures, pour l’instant, et ils devront se battre pour retenir ce joueur majeur. S’ils ne parviennent pas à un accord, une solution pourrait résider dans le « Franchise Tag ». Mais ce contrat de un an, pour un cornerback, serait très onéreux (aux alentours de 17M de dollars). Mais cela pourrait permettre de gagner du temps dans les négociations et aussi, pourquoi pas, de récupérer des choix de draft si le joueur venait à être échangé après ce contrat. La situation est forcément à suivre.

En 2021, Dont’a Hightower a clairement été moins bien : moins présent pour mettre la pression ainsi qu’en couverture, il a également raté plus de plaquages qu’à l’accoutumée. Âgé de 32 ans, il reste néanmoins un visage fort de cette franchise et la probabilité, que dirigeants et joueur veuillent prolonger l’aventure, reste importante. Du renfort est nécessaire dans l’unité de linebackers mais autour d’un contrat raisonnable, les deux parties devraient s’entendre. Sauf si le joueur décidait de mettre un terme à sa carrière : pour l’instant la question n’est pas « répondue ». Pour son retour à Boston, Ted Karras avait commencé la saison comme remplaçant mais a finalement été 13 fois titulaire en 2021. Concédant seulement 2 sacks et se montrant efficace pour le jeu au sol, un nouveau contrat devrait l’attendre : un sixième homme de qualité, sur la ligne offensive, est toujours un joueur précieux dans un effectif NFL. Et Ted Karras est ce type de joueur.

Vainqueur de 3 Super Bowl et voté au Pro Bowl 10 fois dont cette saison encore, Matthew Slater est un des meilleurs joueurs d’équipe spéciale de l’histoire de ce sport. Désormais âgé de 37 ans, la décision de continuer ou non lui appartient. Situation identique avec le safety Devin McCourty qui, malgré ses 34 ans, a encore produit une bonne saison en 2021. Deux joueurs emblématiques de cette franchise : ne plus les voir marquerait la fin d’un cycle, presque autant qu’après le départ de Tom Brady. Avec un superbe 36 field-goals réussis sur 39 dont un 22 sur 22 entre 30 et 50 yards, le kicker Nick Folk devrait être une priorité lors du marché. Sauf que les Patriots n’ont pas, encore, une marge salariale confortable. Lui ne devrait pas demander un contrat important et pourtant, Brandon Bolden (RB) est lui aussi un joueur précieux, un de ceux qu’on peut catégoriser comme étant sous-coté. Non drafté à sa sortie de Ole Miss, il a su gagner sa place dès sa saison rookie avec les Pats et c’est un joueur complet : 5.1 yards par porté et surtout 9.9 yards par réceptions (41 rec, 406 yards et 2 TDs). Complet ? Il a aussi joué 63% des snaps de l’équipe spéciale.

En 2021 le linebacker Ja’Whaun Bentley a montré des progrès, sauf en couverture. L’escouade de linebackers est relativement faible, il pourrait donc être conservé. Mais avec une marge salariale limitée, les Patriots auront des choix à faire : Bentley mais aussi l’expérimentée doublure Brian Hoyer (QB), le précieux fullback Jakob Johnson, le solide Carl Davis (DT) ou le retourneur de coup de pieds Gunner Olszewski notamment, sont en concurrence pour recevoir un nouveau contrat. Surtout, le receveur Jakobi Meyers. Clairement limité pour être le « go to guy » de Mac Jones, sa perte affaiblirait néanmoins l’attaque. Là encore, le contrat demandé et la répartition voulue quant à la distribution du plafond salarial, décideront de son avenir en Nautical Blue, Red et New Century Silver.

Une bonne free-agency commence toujours par retenir ses bons éléments et surtout, ne pas se tromper sur qui garder et qui laisser partir.

Le Top 5 des besoins

1. Receveur
2. Linebacker
3. Cornerback
4. Defensive tackle
5. Tackle offensif ?

Quand une équipe commence un cycle avec un jeune quarterback, la priorité est de bien l’entourer. Pourtant l’escouade de receveurs des Pats fait peine. Performant au niveau universitaire, la sélection au 1e tour de N’Keal Harry semblait justifiée en 2019 (faut s’en souvenir). Moins aujourd’hui. Bon dans son rôle de bloqueur, il est devenu un joueur correct mais pas ce receveur numéro 1 espéré. Nelson Agholor a semble t’il trouvé de la glue dans le nord-est du pays (un seul drop en 13 matchs 2021) mais son profil n’est pas celui d’un numéro 1, plutôt d’un bon complément. Un poil mieux pour Jakobi Meyers, mais il est en fin de contrat. Kendrick Bourne s’est avéré être une bonne signature mais là aussi, les Patriots tiennent un receveur de complément et non un numéro 1. Avec l’université de Alabama, Mac Jones a pu lancer vers Jerry Jeudy, Henry Ruggs, DeVonta Smith, Jaylen Waddle et John Metchie ! Sa principale force étant la fiabilité de l’exécution du plan de jeu, lui fournir des receveurs talentueux est un incontournable de la réussite (ou non) de cette attaque à moyen et long terme. Sélectionner un receveur au 1e tour est une possibilité, surtout que plusieurs proposent ce profil rapide qui leur fait défaut. Lors du Senior Bowl 2022, les Patriots ont aussi rencontré Romeo Doubs (Nevada) et Christian Watson (NDSU), deux joueurs qui devraient être disponible au 2e tour (mais pas après). Mac Jones a besoin de cibles et aussi de protection. La ligne offensive était en 2021, sans contestation possible, dans le top 10 de la ligue. Ne pas l’affaiblir est fondamental. Un accord avec Trent Brown, ou pas, sera une des décisions impactantes du front office lors de cette intersaison.

Stopper le jeu au sol adverse reste une composante importante de ce sport. Plus encore lorsqu’arrive l’heure des playoffs, l’objectif des franchises ambitieuses. Et là, la défense de New England a péché en 2021. La majeure partie de ce travail nécessaire doit être accomplit par linebackers et defensive tackles. L’effectif nécessite donc quelques retouches. Davon Godchaux fait le boulot mais pas forcément au prix auquel il est payé. Sa coupe permettrait une économie de 5 millions de dollars. Mais concernant la masse salariale, une alternative est possible : Davon Godchaux pourrait obtenir une prolongation (libre après la saison 2022) pour lisser le poids de son contrat sur plusieurs saisons. Pour accompagner Christian Barmore, les dirigeants pourraient aussi resigner un agent-libre : Carl Davis. Le prometteur et bon marché Daniel Ekuale sera là pour apporter de la rotation depuis l’intérieur, tout comme l’expérimenté Lawrence Guy. Mais l’intérieur de cette ligne défensive nécessite au moins un renfort, que ce soit via le marché ou avec un choix de draft.

Les linebackers devant eux perforer la poche, se doivent d’être plus imposants que dans d’autres schémas défensifs. Là aussi, le besoin est criant. Grand maitre sur l’échiquier défensif, Bill Belichik a besoin d’une pièce d’impact sur le second rideau. L’argent disponible devant être utilisé pour retenir JC Jackson, la solution devrait venir par la draft. Le 1e tour proposera quelques profils intéressants, tout comme le tour suivant. En fonction des joueurs encore disponibles, le choix numéro 21 devrait se porter sur un linebacker…ou sur un cornerback. Ayant perdu Stephon Gilmore en 2021, les Patriots ont senti la différence avec Jalen Mills ! Surtout que Johnathan Jones avait fait une bonne saison en 2019, moyenne en 2020 et n’a pu jouer que 6 matchs en 2021 : un cornerback pourrait donc être choisi à la draft. Relativement haut, si échec dans les négociations avec JC Jackson.

La cible : Duran Harmon, S, Falcons

Le nom n’est pas ronflant mais les finances ne permettent pas d’attirer une superstar. Surtout que les munitions se doivent d’être utilisé sur JC Jackson. Mais les Patriots font parfois revenir des anciens de la maison, comme avec Ted Karras ou Kyle Van Noy. Si Devin McCourty venait à partir, l’escouade de safety serait alors légère avec les seuls Kyle Dugger et Adrian Phillips comme titulaires potentiels. Justin Bethel est surtout un joueur pour l’équipe spéciale alors que le rookie Joshuah Bledsoe n’a pas pu jouer en 2021 en raison d’une blessure. Duran Harmon sort d’une bonne saison avec les Falcons alors il serait un renfort sérieux. Mais forcément, le nerf de la guerre est comme toujours l’argent et donc le contrat qu’il demandera. Si trop onéreux, les Patriots pourraient alors se rabattre sur Deon Bush (Bears), un joueur d’un niveau moindre, qui pourrait apporter de la rotation au poste de safety ainsi qu’en équipe spéciale où il est performant.

Le sang neuf : Skyy Moore, WR, Western Michigan

Ceci n’est pas une prédiction pour le choix du 1e tour (21) des Patriots. Ce receveur dynamique sera choisi le vendredi de la draft (tours 2 et 3). Il pourrait être cette cible rapide pour Mac Jones. Capable d’attaquer à l’extérieur mais aussi au milieu du terrain, sa vivacité lui a permis en NCAA de gagner de nombreux yards après réceptions : aligné 65% du temps à l’extérieur et 35% dans le slot, Skyy Moore a gagné 534 yards après réceptions sur ses 1283 yards gagnés en 2021. Surtout, aucun receveur n’a fait mieux que lui en 2021, en terme d’évitement des plaquages. Certes, l’opposition rencontrée n’était pas des plus relevées (hormis Michigan et Pitt) mais il offre un mix de vivacité, et de puissance malgré un gabarit moyen, très séduisant. Sa limite est le ciel.

Bien entendu, les Patriots pourraient décider de sélectionner un receveur dès le 1e tour et de préférence un avec de la vitesse. Il y aura des candidats tels Garrett Wilson (Ohio State), Jahan Dotson (Penn State) ou Jameson Williams (Alabama). Mais s’ils faisaient le choix de d’abord renforcer la défense alors, Skyy Moore serait une excellente alternative et un joueur pouvant permettre à leur quarterback, d’enclencher la vitesse Mac(h) 2.

 

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires