France Autriche Football americain

Le petit dej’ : une nouvelle identité pour Washington en 2022

L'essentiel de l'actualité NFL du dimanche 11 juillet 2021.

L’actu chaude

Barkevious Mingo (Falcons) arrêté pour indécence envers un enfant

Nouveau nom pour Washington en 2022

Washington continuera bien avec son appellation « Football Team » durant la saison 2021, l’information a été confirmée par Jason Wright au Washington Post. Le président de l’équipe a par ailleurs déclaré que le nouveau nom et logo de la franchise seront révélés au début de l’année 2022, mais que les couleurs historiques Bourgogne et Or resteront en place. Washington a engagé une entreprise spécialisée dans le branding qui l’aide à déterminer la bonne identité, et mène des enquêtes et des groupes de discussion avec les fans dans cet effort.

Bruce Arians (Buccaneers) maintient ses troupes sous pression

Le titre de l’an dernier a aiguisé l’appétit de Tampa Bay et la free agency menée de main de maitre, avec le retour de tous les titulaires des deux côtés du ballon, donne la franchise floridienne favorite à sa propre succession. Le chemin ne sera pas facile. Désormais, ce sont eux les hommes à (a)battre. Aucune équipe n’a réussi à remporter deux bagues consécutives depuis les Patriots en 2003 et 2004.

Roulant sa bosse depuis de nombreuse années, Bruce Arians (HC) sait que la suffisance et la complaisance deviennent les ennemis de tout champion en titre. Il va devoir serrer la vis pour maintenir son groupe concentré du début à la fin.

« Je pense que je vais devoir être plus dur ; m’assurer que nous restons le chasseur et non le chassé », a récemment déclaré Arians sur Buccaneers.com. « Nous nous sommes déjà beaucoup détendus ce printemps. Les équipes prennent de l’avance sur nous en ce moment, mais je pense que nous pouvons les rattraper rapidement. »

Arians fait sans doute référence au fait que de nombreux vétérans ont choisi d’esquiver les entraînements officiels d’intersaison, Tom Brady en tête.

Bobby Wagner (Seahawks) relativise l’affaire Wilson

Russell Wilson (QB) reste à Seattle malgré la frustration exprimée à l’égard de l’organisation pendant l’intersaison. Son agent a même fourni publiquement une liste de quatre équipes (Bears, Cowboys, Raiders et Saints) pour lesquelles le quarterback était prêt à partir. La montagne a fini par accoucher d’une souris. Le mois dernier, le calme semblait revenu, Wilson déclarant qu’il était désormais sur « la même longueur d’onde » que son employeur. Interrogé à ce sujet, la star défensive de l’équipe Bobby Wagner (LB) a déclaré que cette affaire était « exagérée ».

« Je pense, honnêtement, que cela fait partie du fonctionnement de la ligue », a déclaré Wagner à Nate Davis de USA Today Sports. « Si vous perdez et n’allez pas au grand match, ils essaient toujours de comprendre ce qui a mal tourné, ce qui s’est passé, et donc je pense qu’après les commentaires de Russell, c’était une opportunité pour beaucoup de se faire plaisir. Je pense vraiment que c’était un peu exagéré, mais de l’eau a coulé sous les ponts maintenant. »

Ryan Fitzpatrick (Washington) veut transmettre sa confiance

Par des lancers parfois hasardeux et des choix vestimentaires douteux, Ryan Fitzpatrick (QB) a déjà montré qu’il ne manquait pas de confiance en lui. Cette confiance est l’une des raisons pour lesquelles Washington a tenté le pari, et c’est quelque chose qui, selon le quarterback, peut servir d’exemple à ses jeunes coéquipiers. Lors d’une apparition sur Brother from Another, Fitzpatrick a déclaré « comprendre l’importance de la confiance et de la croyance en soi », surtout lorsque les joueurs débarquent au plus haut niveau après avoir dominé tôt dans leur carrière.

« Ma carrière a été une montagne russe, mais je n’ai jamais perdu ma confiance », a déclaré Fitzpatrick, via NBCSportsWashington.com. « C’est pourquoi je joue encore 17 ans plus tard, et c’est l’une des leçons que j’essaie de transmettre et j’espère que cela se répercute sur ces gars. »

Jay Cutler (ex-Bears) s’inquiète pour sa santé

L’ancien quarterback Jay Cutler a récolté de nombreux coups sur le terrain. Maintenant que sa carrière est derrière lui, il s’inquiète du risque d’encéphalopathie traumatique chronique suite aux chocs encaissés à la tête.

« J’ai endommagé suffisamment de choses, de parties de mon cerveau, de mon cœur et de tout dans ma vie. Si j’arrive jusqu’à 80 ans, ou plus, je serai heureux », a déclaré Cutler à Clay Skipper de GQ, via le New York Post. « Je dirais que ma mémoire n’est pas la même qu’il y a cinq ans. Le nombre de commotions cérébrales que j’ai subies s’élève probablement à deux chiffres. Cela va me rattraper à un moment donné. J’essaie juste de le retarder autant que possible ».

Même s’il prend quelques précautions alimentaires pour se prémunir contre d’éventuels problèmes cognitifs, Cutler n’a aucun regret et annonce qu’il recommencerait sans hésiter.

« Absolument, je le ferais. Je ne me poserais même pas la question. Je signerais en un clin d’œil. Les relations que j’ai nouées, les souvenirs que j’ai, le mode de vie auquel j’ai été habitué, ainsi que mes enfants, l’emportent. Dans mon esprit. Il y a peut-être des gens qui disent, ‘Hé, c’est fou’. Mais je le referais, sans hésiter ».

Soutenir TDActu

N’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux sociaux en cliquant sur les liens : Twitter – Instagram – Facebook

Vous pouvez nous soutenir directement sur Tipeee.

Ou en pariant chez Unibet.

Ou en vous abonnant à NordVPN en passant par ce lien.

Et n’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du mercredi.


Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires