Touchdown Shop

[Preview 2022] Los Angeles Chargers : prêts à foudroyer la concurrence ?

Du brillant, du glamour, bienvenue à L.A.

La saison 2022 approche alors la rédaction de TDActu vous propose de faire le point sur les forces et faiblesses des 32 franchises. Vous pouvez retrouver toutes les présentations en cliquant sur ce lien.

Sorti de la courses aux playoffs au bout des prolongations du dernier match de saison régulière, les Chargers ont fini frustrés une saison 2021 pourtant prometteuse. Bien décidé à ne pas s’en laisser compter, l’autre franchise de Los Angeles a voulu se donner les moyens de briller et de ne pas rester dans l’ombre de son voisin champion en titre.

Recrutement clinquant, quarterback jeune et explosif, entraîneur moderne, l’équipe a tout pour enfin briller. Presque.

La saison dernière : 9-8, 3e d’AFC ouest, pas de playoffs

Les mouvements à l’intersaison

Arrivées notables : Khalil Mack (Edge), JC Jackson (CB), Gerald Everett (TE), Sebastian Joseph-Day (DL), Austin Johnson (DL), Kyle Van Not (LB), Bryce Callahan (CB), Josh Harris (LS), Morgan Fox (DL), DeAndre Carter (WR)
Re-signatures : Mike Williams (WR), Christian Covington (DL), Dustin Hopkins (K), Chase Daniel (QB)
Draft : Zion Johnson (OL), JT Woods (S), Isaiah Spiller (RB)
Pertes notables : Chris Harris (CB), Jared Cook (TE), Uchenna Nwosu (DE), Kyzir White (LB), Kyler Fackrell (Edge), Michael Schofield (OL), Scott Quessenberry (OL)

Printemps placé sous le signe du star power dans la cité des anges. Deux des principaux mouvements de l’intersaison sont à mettre à l’actif des Bolts. La signature de JC Jackson d’une part, mais aussi l’échange pour attirer le multiple All Pro Khalil Mack. Son duo avec Joey Bosa fait saliver les supporters et donne des sueurs froides aux coordinateurs défensifs d’AFC ouest. Quant à l’ancien cornerback des Patriots, il n’arrive pas seul. Le spécialiste du slot Bryce Callahan renforce également l’escouade qui a perdu le vétéran Chris Harris.

Transformée en 2021, la ligne offensive continue d’être une priorité pour le manager général Tom Telesco. Un choix du premier tour a de nouveau été investi, cette fois sur l’intérieur de la ligne. Aussi efficace dans le jeu au sol que contre la passe, Zion Johnson sera titulaire avec l’ambition d’être aussi efficace que Rashawn Slater nommé dans la seconde équipe All Pro pour sa saison rookie. Toujours dans les tranchées mais du côté défensif, la franchise a profondément remanié l’intérieur de sa ligne défensive. Au revoir Linval Joseph et Justin Jones, bonjour Austin Johnson et Sebastian Joseh-Day.

En attaque, la plus grosse animation est venue de la lucrative prolongation décrochée par Mike Williams qui a rempilé pour 3 saisons. Pour continuer d’entourer Justin Herbert de cibles, les ciels et blanc ont mis la main sur le tight end Gerald Everett qui sort de sa meilleure saison en carrière à Seattle. En quête d’une doublure plus efficace à Austin Ekeler, les Chargers ont mis la main lors de la draft sur Isaiah Spiller, un des coureurs les plus cotés de la dernière promotion.

Points forts

Quatrième attaque au nombre de yards en 2021, et 2e dans les airs, la force de frappe des Chargers n’est plus à démontrer. Menée par leur flamboyant quarterback Justin Herbert, les Chargers sont capables de prendre l’ascendant sur n’importe quelle défense. Il faut dire que le lanceur est bien entouré avec ses deux receveurs principaux au delà des 1100 yards. Keenan Allen montre saison après saison tout l’étendu de son talent et qu’il est probablement le receveur le plus sous coté de NFL. Son compère Mike Williams après un très bon exercice, a prolongé durant l’intersaison. L’ancien 7e choix de draft a enfin confirmé l’investissement que la franchise a placé en lui, et son entente avec Justin Herbert y est pour beaucoup. A ses deux flèches, le quarterback peut également compter sur une profondeur appréciable avec notamment le second année Joshua Palmer en vue en fin de saison, et Jalen Guyton précieux dans la rotation. Cette force offensive vient également du backfield et en particulier le très polyvalent Austin Ekeler. Aussi précieux à la réception qu’au sol, le coureur est un atout précieux sur toutes les phases de jeu. Une attaque complète et variée qui ne devrait pas baisser de régime en 2022. 

Si Joey Bosa s’est senti un peu seul ces deux dernières années, l’arrivée de Khalil Mack devrait considérablement changer la donne. Auteur de 6 sacks en 7 matches en 2021 avant de se blesser, l’ancien Bear frustré de ne pas avoir pu jouer les premiers rôle dans son ancienne équipe, ne vient pas à Los Angeles pour se reposer.

« Vous voulez savoir à quel point j’ai faim ? Je vais vous montrer » a déclaré le pass rusher aux journalistes.

Sur le papier, ce duo alléchant est surement ce qui se fait de mieux dans la ligue. 58 sacks en 6 saisons pour Bosa, 76,5 en 8 saisons pour Mack, Patrick Mahomes, Derek Carr et Russell Wilson sont prévenus.

Si il est encore loin d’être une référence absolue, les progrès affichés par la ligne offensive sont un vrai motif d’espoir et de confiance pour le futur à commencer par la saison qui s’ouvre. Les arrivées conjointes de Corey Linsley au centre et Rashawn Slater sur le côté aveugle ont donné une assise et un régularité que l’équipe n’avait pas. Slater s’est déjà imposé en une saison comme une référence et le futur du poste de tackle gauche, Linsley a apporté son expérience accumulée auprès d’Aaron Rodgers. Le temps du QB sneak tenté par Herbert avec une ligne qui recule est révolu. L’ajout du prometteur Zion Johnson ne devrait que consolider cette O-Line ascendante. Si la réussite d’un rookie n’est jamais acquise d’avance, le produit de Boston college, son apport devrait être une plus value sur 2021.

Avoir un coach rookie n’empêche pas de surprendre. Brandon Staley s’est démarqué pour sa première saison comme entraineur en chef par une agressivité hors du commun, à l’image de ses 34 quatrième tentatives tentées l’an dernier plutôt que de choisi le coup de pied. Entre ses mains, les Chargers sont devenus une équipe imprévisible. Une audace saluée ou critiquée mais une chose est sure, le coach a confiance en son attaque et il leur a prouvé. Une bonne chose pour construire un groupe et avancer vers les objectifs.

Point(s) faible(s)

Si Brandon Staley est un génie défensif ayant dirigé la meilleure défense nfl en 2020 avec les Rams, il n’a pas encore réussi à le transposer aux voisins Chargers. Si le bilan général positionne l’escouade dans le dernier tiers, les Bolts ont surtout été plombés par leur défense contre la course. 30e de la ligue avec près de 140 yards concédés par match, ils se mêlent aux cancres de la classe que sont Texans, Lions ou encore Jets. Pas acceptable quand on vise les playoffs, rédhibitoire quand on est ambitieux. Les apports de Joseph-Day et Johnson, ainsi qu’un Khalil Mack également précieux dans le domaine sont censés rectifier la donne mais le second rideau inchangé n’offre aucune garantie de faire mieux en 2022. Staley, ancien coach des linebackers devra tirer le meilleur de sa paire titulaire et notamment Kenneth Murray ancien choix du 1er tour, qui peine à confirmer les espoirs placés en lui.

Avec 116 pénalités, les Chargers sont la 3e équipe la plus pénalisée. Une indiscipline qui a coûté plus de 1000 yards aux Californiens. Un détail loin d’être anodin en NFL et qui coûte souvent des matches. Quand on sait que la franchise a manqué les playoffs d’un rien

Facteur X : la capacité à gagner les matches importants

En 2021 les hommes de Brandon Staley ont eu deux fois l’opportunité de s’envoler vers les playoffs. Deux occasions gâchées. Si la défaite au bout des prolongations sur le terrain des Raiders peut trouver une logique, perdre sur le terrain d’une équipe avec le 3e pire bilan de la saison à deux semaines de la fin l’est beaucoup moins. Les Chargers ont cultivé depuis des années, une culture de la défaite au sens large, souvent objet de moquerie et que le coach résume très bien.

« L’histoire de cette équipe quand je suis arrivé ici, c’était comme si quelqu’un allait se blesser, gâcher une avance, quelque chose de catastrophique allait arriver. Il y a ce truc de Chargers » a déclaré Staley. 

Pour enfin passer un cap et ambitionner autre chose que le rôle de faire valoir, la franchise va devoir apprendre à gagner. Avec du talent des deux côtés du ballon, l’équipe doit être en mesure de maitriser les rencontres de bout en bout et de ne pas gâcher une avance confortable pour finir par perdre. La force des grandes équipes est aussi de savoir gagner dans la douleur et de forcer le destin en leur faveur. En 2021, les Chargers ont perdu 5 matches par une possession d’écart ou moins, pour 3 victoires. Leurs rivaux des Chiefs ont un bilan inverse avec 3 défaites pour 7 victoires. Leur capacité à enfin l’emporter dans les matches serrés et à enjeu sera prépondérant pour devenir une équipe référence.

Joueur à suivre : JC Jackson

Parmi les agents libres les plus convoités de la dernière intersaison JC Jackson a décroché un contrat de 5 ans avec les Chargers pour plus de 80 millions de dollars. Jackpot pour un joueur non drafté en 2018. Il faut dire qu’avec 25 interceptions en carrière dont 17 ces 2 dernières saisons, le joueur de 26 ans s’est imposé comme une référence à son poste et un playmaker fantastique. Recruté à prix d’or par Los Angeles pour renforcer un backfield pas assez décisif dans les turnovers, Jackson a désormais un statut à assumer.

Des doutes entourent sa capacité à maintenir son niveau de performance loin de New England. Les exemples des défenseurs ayant connu une nette baisse de régime après avoir quitté les Patriots contre un gros chèque ne manquent pas. Le cornerback est attendu au tournant et doit prouver qu’il ne doit pas son statut qu’à Bill Belichick.

Calendrier

Raiders, @Chiefs, Jaguars, @Texans, @Browns, Broncos, Seahawks, Bye, @Falcons, @49ers, Chiefs, @Cardinals, @Raiders, Dolphins, Titans, @Colts, Rams, @Broncos

La preview audio du Podcast

En résumé

Sur le papier, il ne manque plus grand chose aux Chargers pour s’inviter dans la liste des prétendants. Attaque explosive, défense fournie en playmakers, au niveau de l’effectif, ils n’ont rien à envier à leurs concurrents. Les attentes sont en tout cas élevées et le recrutement de l’intersaison va dans ce sens. La franchise doit se débarrasser de son complexe d’infériorité et de son costume de perdant magnifique. L’expérience de 2021 doit servir à l’effectif pour s’endurcir et s’armer pour les joutes décisives.

Dans la division la plus relevée de la ligue et en croisant avec très compétitive NFC ouest du champion en titre, le calendrier n’est pas simple. Pourtant, sur la papier, la bande de Justin Herbert semble en mesure de pouvoir faire de l’ombre aux Chiefs et viser la conquête de l’ouest.

Le pronostic : 11 victoires – 6 défaites, divisional round

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires