France Autriche Football americain

[Preview 2022] Detroit Lions : le lion va-t-il encore s’associer avec le cafard ?

Dan Campbell cherche la potion magique, pour construire un palais dans le Michigan.

La saison 2022 approche, alors la rédaction de TDActu vous propose de faire le point sur les forces et faiblesses des 32 franchises. Vous pouvez retrouver toutes les présentations en cliquant sur ce lien.

Souviens-toi… l’automne dernier.

La chance, la gloire, les honneurs, autant de mots absents du dictionnaire à Detroit. Les Lions n’ont pas gagné leur division depuis 1993, quand celle-ci ne s’appelait pas encore la NFC Nord. La saison passée, comme bien d’autres avant, a apporté tristesse et consternation aux fans de la franchise du Michigan. Dix défaites et un nul pour démarrer, c’est difficile à vivre. Une majorité de revers dans des matches serrés, dont trois achevés sur un coup de pied aux allures de coup de poignard, c’est terrible.

Terrible, mais il y a une lumière au bout du tunnel. Dan Campbell et ses joueurs ont gagné trois de leurs six dernières rencontres, en terminant sur une belle note face aux réservistes des Packers. Mais, puisque le célèbre animal de compagnie cher à Didier Deschamps et Benoît Paire n’est pas le meilleur ami des Lions, ce dernier succès a privé Detroit du premier choix tant espéré. Battre le rival du Wisconsin, pour rater l’occasion de signer l’enfant du pays, le très probable numéro 1, quel pied de nez. Heureusement, il y a les Jaguars.

La saison dernière : 3-13-1, 4e de la NFC Nord

Les mouvements à l’intersaison

Arrivées notables : Justin Jackson (RB), D.J. Chark (WR), Chris Board (LB), Jarrad Davis (LB), Mike Hughes (CB), DeShon Elliott (S)

Re-signatures : Kalif Raymond (WR), Josh Reynolds (WR), Charles Harris (DE), Alex Anzalone (LB), Tracy Walker (S)

Draft : Aidan Hutchinson (DE), Jameson Williams (WR), Josh Paschal (DE), Kerby Joseph (S), James Mitchell (TE), Malcolm Rodriguez (LB), James Houston (DE), Chase Lucas (CB)

Pertes notables : Jalen Reeves-Maybin (LB)

Heureusement donc, il y a Jacksonville. En se laissant charmer par les atouts physiques de Travon Walker, les Jaguars ont offert l’opportunité aux Lions de sélectionner leur premier amour. Aidan Hutchinson, chasseur capable de dominer la prochaine décennie en NFL, marquait le début d’une belle soirée pour le manager général Brad Holmes et son staff. Dans la foulée, la franchise profitait de l’extrême gentillesse des Vikings, pour se jeter sur l’explosif Jameson Williams. Les choix effectués lors des tours suivants apportent de la profondeur, notamment en défense, à une équipe encore en construction dans tous les secteurs.

Si la Draft semble être le point principal des activités printanières et estivales des Lions, c’est bien car les dirigeants n’ont pas vraiment fait parler d’eux sur le marché des agents libres. Aucun départ important, excepté celui de Jalen Reeves-Maybin (82 plaquages en 2021). Des contrats d’une année donnés à plusieurs joueurs, comme D.J. Chark, Jarrad Davis ou Mike Hughes, pour garder de la flexibilité. Rien de brillant donc, mais des décisions intelligentes, pour une franchise dont le salut passera par le développement de jeunes diamants.

Le(s) point(s) fort(s)

Ces pépites en devenir, justement, devraient incarner les principales forces de cette équipe : les tranchées. La ligne offensive d’abord, renforcée par l’imposant Penei Sewell l’an dernier et emmenée par d’excellents vétérans, comme Taylor Decker, Frank Ragnow et Halapoulivaati Vaitai (son nom devait être cité, sous la contrainte de Victor Roullier). Ce groupe peut être l’un des meilleurs de la ligue et, si le 7e choix de la Draft 2021 développe encore son immense potentiel, Jared Goff et ses coureurs pourraient évoluer dans un fauteuil. Le duo formé par D’Andre Swift et Jamaal Williams dans le backfield a d’ailleurs toutes les qualités pour s’engouffrer dans les brèches.

La ligne défensive ensuite, un secteur déjà bien fourni avant l’arrivée d’Aidan Hutchinson. Pour faciliter l’éclosion de son prodige, le coaching staff peut compter sur les précieux Charles Harris et Michael Brockers et sur une poignée d’autres éléments talentueux, comme les frères Okwara, ou les colosses Alim McNeill et Levi Onwuzurike. La défense tient donc des arguments pour tenir le jeu au sol adverse et aller chercher le quarterback, un moindre mal pour le coordinateur Aaron Glenn. Car derrière…

Le(s) point(s) faible(s)

Derrière, ce n’est pas la panacée, comme dirait l’autre. Du côté des linebackers, on ne sait pas vraiment où donner de la tête. Alex Anzalone n’est pas un mauvais joueur, mais s’il doit être le leader à son poste, c’est un peu léger. Chris Board et Jarrad Davis ne vont rien révolutionner. Il faudra donc sans doute compter sur Derrick Barnes et Malcolm Rodriguez, pour prendre la relève et redonner vie à cette escouade. Ce ne serait vraiment pas du luxe, car le dernier rideau n’incite pas à l’enthousiasme.

Le safety Tracy Walker, prolongé durant l’intersaison, doit passer un cap et endosser le rôle de patron de cette secondary. Autre nom ayant un poids important sur ses épaules, Jeff Okudah. Une première saison ratée, la suivante arrêtée par une blessure après 48 snaps, l’ancien d’Ohio State n’a pas encore décollé. Alors, Jeff pourra-t-il rester au coude-à-coude avec ses adversaires ? S’il n’est pas au niveau, Amani Oruwariye et Mike Hughes iront peut-être devant de trop grandes responsabilités.

Parler de responsabilités conduit forcément vers le dossier Jared Goff. On le sait, l’ancien lanceur des Rams n’a pas le bras de Matthew Stafford, son prédécesseur dans le Michigan, tout juste titré avec Los Angeles. Les Lions ont tourné une page, mais ils n’ont pas encore trouvé un chef d’orchestre capable d’écrire la suivante. Le premier choix de la Draft 2016 est une solution de transition, pas une figure de franchise. Alors, en attendant d’avoir accompli cette mission, il faudra s’appuyer sur les autres composantes de l’attaque.

Le facteur X : les cibles de Jared Goff

Jared Goff n’étant donc pas le rayon de soleil attendu dans le Michigan, ses cibles pourraient bien faire la pluie et le beau temps. En commençant par sa soupape de sécurité, T.J. Hockenson. Son talent lui avait valu une sélection à la 8e place en 2019, mais des blessures à répétition l’ont empêché de trouver son rythme à l’échelon supérieur. L’ancien d’Iowa a disputé une seule saison pleine en 2020, pour 723 yards et 6 touchdowns. Il devra rester sur ses jambes cette année, pour apporter de la diversité à son attaque.

Pour l’accompagner, une bande de receveurs dont le plafond est assez intriguant. Le leader de ce groupe devrait être Amon-Ra St. Brown, un joueur de 22 ans dont la fin de saison dernière est encore dans toutes les mémoires. Un total de 51 réceptions, 560 yards et 5 touchdowns en six rencontres, une production à confirmer dès cette année, pour entre dans une autre dimension. À ses côtés, les Lions misent sur un D.J. Chark à la relance, après une fin de parcours difficile à Jacksonville, mais tout de même auteur d’une campagne à plus de 1000 yards en 2019.

Pour complémenter ce trio de cibles, vous trouvez qu’il manque de la vitesse, de l’explosivité, un danger de tous les instants ? Cette menace est déjà présente dans l’effectif, son nom est Jameson Williams. Le bijou d’Alabama s’est gravement blessé à un genou, pendant le match pour le titre perdu contre Georgia. Évidemment, une acclimatation réussie en cours d’année offrirait un bon coup de boost à son équipe. Et justifierait l’échange monté avec Minnesota, en avril dernier.

Le joueur à suivre : Aidan Hutchinson

Avant de se tourner vers la fusée du Crimson Tide, la franchise a donc choisi le nouvel emblème de sa défense. Et même s’il n’a pas encore démarré son aventure en NFL, Aidan Hutchinson impressionne déjà par son travail et sa maturité. Le numéro 97 a tout d’un chef, prêt à hanter les lanceurs venant croiser sa route. Et même si rien n’est jamais garanti à ce niveau, il sera d’entrée l’un des principaux rouages du système défensif de Detroit, dont le nouveau schéma en 4-3 devrait parfaitement correspondre à ses immenses qualités.

Et bien sûr, devoir lutter avec Penei Sewell lors du camp, c’est un test grandeur nature.

Calendrier

Eagles, Commanders, @Vikings, Seahawks, @Patriots, @Cowboys, Dolphins, Packers, @Bears, @Giants, Bills, Jaguars, Vikings, @Jets, @Panthers, Bears, @Packers

La preview audio du podcast

En résumé

Les amoureux du sport le savent, les grands espoirs peuvent conduire vers d’immenses peines. Les fans de Detroit sont à l’abri, ils n’attendent jamais monts et merveilles de leurs Lions. Pas ces derniers temps, en tout cas. À moins d’un nouveau Big Bang, leurs protégés ne joueront pas le Super Bowl en février 2023. Ils auront déjà bien du mal à éviter un 5e bilan négatif de suite. Mais au fond, quel est le plan, où est le plaisir ?

D’abord, voir éclore des talents capables d’incarner une génération. Aidan Hutchinson, Amon-Ra St. Brown, Jameson Williams, ils sont peut-être les prémices d’un grand frisson. Ensuite, il faudra croiser les doigts, pour attirer l’un des alléchants quarterbacks attendus au printemps. Enfin, quand il y aura cette lueur dans le ciel du Michigan, quand la franchise troquera Hard Knocks pour la course aux playoffs, il sera temps de le dire haut et fort : non, le lion ne s’associe plus avec le cafard.

Pronostic : 5-12, pas de playoffs

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires