France Autriche Football americain

[Fiches draft] Greg Dulcich (TE), monsieur big plays

Athlétique et robuste, le tight end a est capable de gagner beaucoup de terrain à chaque fois qu’il touche le ballon.

Greg Dulcich – Tight end – 22 ans – Senior – UCLA

Taille : 1m92

Poids : 112 Kg

Position estimée dans la draft : 3e – 4e tour

Stats 2021 : 11 matchs, 42 réceptions, 725 yards, 5 touchdowns

Comparaison NFL :  Austin Hooper (Titans) ou Hayden Hurst (Bengals)

Points forts

– Réception
– Athlétisme global
– Mains fiables
– Polyvalence
– Envergure

Avec ses 192 centimètres et 112 kilos, Greg Dulcich colle au portrait-robot du tight end hybride NFL. Il a de longs bras et un gabarit auquel il peut ajouter encore du muscle. Polyvalent, il a été aligné à différentes positions durant son cursus (tight end Y en bout de ligne offensive, H-back en retrait de la ligne offensive, receveur écarté ou dans le slot) en fonction des jeux appelés. Il était aussi utilisé comme joueur en mouvement à l’occasion, changeant d’alignement avant le snap pour se projeter sur des jet motions.

Il est globalement un bon athlète, avec une vitesse suffisante pour menacer les défenses verticalement. Si l’on ajoute ses capacités à la réception, il peut être productif dès son année rookie. Il a le bon feeling pour trouver les espaces libres, en se glissant dans les zones vides de couverture sans se faire remarquer par les défenseurs. Le tight end maitrise l’arbre des tracés et sait se positionner pour maximiser ses fenêtres de réception afin de gagner des yards supplémentaires.

Dulcich montre également qu’il sait utiliser ses mains pour se dégager de la couverture individuelle sans être ralenti, ou voir son tracé perturbé. C’est un receveur naturel, très fiable, capable de gagner des yards après réception et qui a une bonne force de préhension pour sécuriser le cuir lorsqu’il va au sol. Il sait utiliser la longueur de ses bras pour s’ajuster aux lancers loin du corps, donnant ainsi à son quarterback une cible de premier choix. Tout cela lui confère un avantage significatif dans presque toutes les attaques modernes, lui permettant d’être un élément utile sur 3e tentative ou zone rouge.

Points faibles

– Technique de bloc
– Manque d’un trait athlétique élite
– Manque de masse musculaire

Dulcich peut être un bloqueur très compétitif lorsque tout se passe bien. Malheureusement, cela n’arrive qu’occasionnellement et le plus souvent il reste plus une gêne qu’autre chose en à ce stade de son développement. Ce n’est pas un joueur faible, et la force qu’il laisse entrevoir dans d’autres aspects de son jeu suggère qu’il a le potentiel pour faire bien mieux. Son problème est beaucoup plus technique. Il n’est tout simplement pas bon dans les détails. Il est lent, rigide, et positionné trop haut sur ses appuis au départ de l’action, ce qui lui fait perdre l’effet de levier et annule sa force à l’impact. Il est assez facilement déplacé par les défenseurs et peut avoir du mal à maintenir ses blocs. Dulcich initie rarement le contact et permet souvent aux défenseurs de gagner son plastron. Ses qualités athlétiques lui sont précieuses lorsqu’il bloque au 2e niveau, mais il arrête souvent son mouvement ou montre une certaine hésitation avant de s’engager, ce qui peut lui faire perdre l’avantage.

Bien qu’il soit un athlète supérieur à la moyenne dans l’ensemble, il lui manque un trait athlétique d’élite, car sa vitesse, son explosivité et son agilité n’ont rien d’exceptionnel. Le tight end des Bruins n’a pas la vitesse nécessaire pour se séparer des safeties sur les tracés profonds (Seam) ou horizontaux (Drag). Il n’est pas non plus capable de prendre le large le ballon en main. Plus tight end Y que H*, il manque d’explosivité dans ses changements de direction et a tendance à arrondir ses trajectoires plutôt que d’effectuer des coupes franches.

En ce qui concerne ses capacités à la réception, il est parfois enclin à faire des erreurs de concentration au milieu du terrain. Ses mains pourraient être un peu plus fortes et il pourrait être plus proactif dans les contacts. Son gabarit est encore un peu léger pour la NFL, et cela peut avoir un impact sur sa capacité à résister aux chocs. Mais rien d’insurmontable. Dulcich n’est pas non plus très doué pour s’élever ou se contorsionner pour capter les ballons. Son niveau de jeu est correct, mais il manque de flexibilité.

* Le tight end Y est le plus souvent attaché à la ligne offensive en tant que bloqueur étendu, mais possède des compétences à la réception pour mettre la pression sur la défense indépendamment de l’alignement.

Les stats

17,3 yards par réceptions et 60,4 yards par matchs en 2021

Redoutable en un contre un, il profite de sa taille, son athlétisme et l’utilisation de ses mains pour créer des séparations presque à volonté. Avec une moyenne de 17,3 yards par réception lors de la dernière saison, il était le 3e tight end le plus productif du pays. Ses 60,4 yards par match représentent le 5e plus haut total à la réception de la PAC-12.

Destinations possibles

Houston Texans, Baltimore Ravens, Cincinnati Bengals, Indianapolis Colts, Los Angeles Chargers, Green Bay Packers, New York Giants

En l’état actuel des choses, Greg Dulcich se projette mieux en tant que second tight end qui pourrait s’épanouir au sein d’une équipe qui utilise un taux élevé de personnel 12 (1 running back, 2 tight ends) où ses facilités à la réception peuvent faire des ravages. Bien qu’il joue souvent comme un receveur large surdimensionné, il offre un avantage lorsqu’il est opposé à des linebackers et possède une vitesse suffisante pour étirer les défenses. Il a le potentiel pour être titulaire, mais il devra améliorer ses blocs, à la fois en protection de passe ou pour le jeu au sol, avant d’en arriver là. Il possède les outils, avec une bonne force, une grande résistance à la compétition et un bon contrôle du corps. Il doit juste peaufiner sa technique.

En tant qu’excellent receveur Dulcich faciliterait la vie de Davis Mills à Houston dans les zones intermédiaires. Sans oublier qu’il possède également la faculté de produire en profondeur. Les Ravens ont besoin d’une menace complémentaire à Mark Andrews pour enlever un peu de pression et d’attention sur les épaules du All-Pro. Un rôle qui pourrait convenir à merveille au prospect d’UCLA. À Indianapolis, il apporterait cette menace verticale pour la position afin d’étirer le milieu de terrain. Green Bay est à la recherche de cibles fiables pour compenser le départ de Davante Adams et peut envisager cette option, d’autant plus que Robert Tonyan revient d’une grave blessure au genou et Marcedes Lewis n’excelle pas dans le jeu aérien. Cincinnati vient de récupérer Hayden Hurst et l’ajout du jeune homme apporterait encore plus de profondeur (et de cibles) à une escouade déjà explosive. Les Giants ou Chargers ont déjà un vétéran en place (respectivement Ricky Seals-Jones et Gerald Everett) mais cet ajout offrirait une solution plus productive pour la position.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires