France Autriche Football americain

Steelers – Browns (26-14) : l’heure de Big Ben n’a pas encore sonné

Pour le dernier match à domicile de sa carrière, Ben Roethlisberger repart avec la victoire et un espoir de playoffs.

Pittsburgh Steelers (8-7-1) – Cleveland Browns (7-9) : 26-14

Il a quitté le terrain en larmes. Ben Roethlisberger devrait mettre un terme à son immense carrière à la fin de la saison, cela ne fait désormais plus de doute. La réception de Cleveland représentait le dernier match de sa carrière au Heinz Field stadium. De son propre aveu en fin de rencontre au micro d’ESPN, « cela n’a pas forcément été très beau, mais se termine au moins avec la victoire ».

Peu importe ce qui se passera la semaine prochaine face aux Ravens, le quarterback quitte en effet les supporters qui l’ont soutenu depuis sa draft en 2004 avec une victoire. Un succès qui permet à lui et ses coéquipiers de maintenir encore quelques maigres espoirs de playoffs.

Harris-Watt, symboles de domination

Si Big Ben est sans aucun doute l’homme de cette rencontre, sportivement, Mike Tomlin peut dire merci à deux joueurs : Najee Harris (28 courses, 188 yards et 1 TD + 3 réceptions et 18 yards) et TJ Watt (4 sacks, 5 QB Hits, 2 passes défendues et 3 plaquages pour perte). En attaque, le running back a été utilisé sans modération. Nick Chubb rêverait d’ailleurs de pouvoir en dire de même. 28 courses et 3 réceptions pour le rookie qui s’impose réellement comme le joueur du futur dans cette escouade offensive. C’est en tout cas lui qui permet à son équipe d’avancer.

Il est l’élément clé sur les deux touchdowns des locaux. En première mi-temps d’abord avec plusieurs belles actions sur le drive qui voit Diontae Johnson capter une passe de 5 yards de Ben Roethlisberger (24/46, 123 yards, 1 TD et 1 INT) pour l’ouverture du score (7-0). En fin de match ensuite avec une course de 37 yards vers l’en-but pour clôturer définitivement la rencontre (26-14). Entre ces deux drives ? Beaucoup de field goals (4/4 pour Chris Boswell) et de sacks. Et quand on évoque les plaquages sur les quarterbacks à Pittsburgh un nom revient sans hésitation : Watt.

Le défenseur a une fois de plus livré une performance digne des meilleurs défenseurs de l’histoire. Avec 4 sacks lors de ce Monday Night Football, il affiche désormais 21,5 unités sur la saison (en 14 rencontre jouées). À une petite longueur du record de Michael Strahan qui existe depuis 2001. Toute la rencontre il a martyrisé Baker Mayfield sous les hourras des supporters. Dans ce match, Najee Harris et TJ Watt symbolisent la domination des Steelers sur des Browns toujours aussi décevants.

Kevin Stefanski difficile à suivre

Alors qu’il continue de passer un entretien d’embauche grandeur nature pour la suite de sa carrière à Cleveland, Baker Mayfield (16/38, 185 yards, 2 TDs et 2 INTs) ne convint toujours pas. Le quarterback est imprécis et a toujours un mal fou à faire avancer son équipe. Et ce n’est pas les deux touchdowns inscrits en fin de rencontre vers David Njoku sur 3 yards et Harrison Bryant sur 1 yard qui vont changer l’analyse de ce match. Mayfield semble errer sans certitudes à la tête de cette attaque. Constamment mis sous pression, il manque beaucoup de lancers et ne laisse transpirer aucune confiance.

Aussi moyen que sa performance aura pu être face aux Steelers, il n’est toutefois pas le seul à blâmer pour cette défaite (et cette saison décevante). Sa ligne offensive l’a complètement abandonné d’abord avec pas moins de 9 sacks autorisés. Ensuite, Kevin Stefanski semble de plus en plus difficile à suivre. L’entraîneur de l’année en 2020 n’a pas confirmé cette saison, à l’image de son play-calling face aux Steelers.

Nick Chubb (12 courses pour 58 yards), certainement le meilleur Brown dans ce match, n’a touché que 12 ballons. Cleveland n’aura couru qu’à 20 reprises dans cette rencontre pour 38 tentatives de passes. Curieux. Les Browns termineront en tout cas leur saison à domicile face aux Bengals, mais même une victoire n’atténuera certainement pas le goût amer des supporters qui attendaient plus de leur équipe après la victoire en playoffs l’an passé.

Pour les Steelers, il faut désormais un succès face aux Ravens doublé d’une victoire de Jacksonville contre Indianapolis (ainsi qu’un vainqueur entre les Raiders et les Chargers) pour se qualifier en playoffs. La probabilité est faible, mais ils vont y croire jusqu’au bout. Après ça, il sera temps de dire au revoir à Ben Roethlisberger, quarterback de la franchise depuis 18 saisons.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires