France Autriche Football americain

Titans – Colts (25-16) : Tennessee plus réaliste

Malgré trois pertes de balle, les Titans ont su marquer quand ils en ont eu l’occasion.

Tennessee Titans (2-1) – Indianapolis Colts (0-3)  : 25-16

Dans cette rivalité, l’équipe sur la route a remporté les 5 derniers matchs. Les Titans ont mis fin à cette statistique en se montrant plus efficaces que leurs rivaux de division. Accueillir Indianapolis qui n’a pas connu la victoire cette année et qui se présentait avec un quarterback blessé devait être l’occasion de surfer sur la victoire probante acquise en prolongation à Seattle. Objectif atteint, les hommes de Mike Vrabel n’ont pas laissé passer l’occasion de prendre de l’avance dans la division tout en enfonçant un rival direct.

Ce qui n’a pas changé en revanche, c’est la réussite de Derrick Henry (28 portées, 113 yards + 3 réceptions, 31 yards) face aux Colts. Le coureur est un peu plus rentré dans l’histoire de la division et de sa franchise. Son équipe n’a jamais perdu lorsqu’il a eu au moins 24 portées dans un match (20-0). Il est le seul running back de la ligue qui a passé la barre des 100 yards au sol face à Indianapolis, une performance réalisée à 4 reprises.  Enfin, il a dépassé cette marque symbolique au cours des 6 derniers matchs intra-division, rejoignant Adrian Peterson dans l’histoire. Monstrueux.

Les visiteurs peuvent avoir des regrets. Trois ballons volés et 10 points marqués derrière, la défense des hommes de Matt Eberflus a fait le travail pour maintenir l’équipe dans le match. Mais l’inefficacité en zone rouge (1 touchdown en 3 apparitions) a une nouvelle coûté des points précieux. Incertain jusqu’à la dernière minute à cause de chevilles douloureuses, Carson Wentz (19/37, 194 yards) a finalement tenu sa place. Le plan de jeu a été adapté à son manque de mobilité avec une libération rapide de la balle à base de jeu au sol et de passes courtes. Mais cela n’a pas suffit pour dépasser un adversaire plus réaliste. Pour ne pas arranger les choses, l’équipe a aussi connu son lot de blessures avec les sorties prématurées de Kwity Paye et Quenton Nelson.

Tennessee, des pertes de balle qui font mal

Désireux de se rattraper devant son public après une défaite cuisante en semaine 1 face à Arizona, Tennessee répond présent d’entrée de jeu. La défense marque son territoire et force Indianapolis aux punts sur leurs 2 premières séries. Offensivement, le plan de jeu équilibré établit par Todd Downing permet de faire bouger les chaines et de trouver rapidement la faille. Julio Jones (3 réceptions, 47 yards) convertit une 4e tentative, puis Chester Rodgers  se rappelle aux bons souvenirs des Colts en marquant au terme d’une série chronophage (71 yards en 5 minutes 34) sur sa seule réception du jour.

Et quand Derrick Henry va, tout va. Utilisé à toutes les sauces, le coureur poursuit sur sa bonne 2e mi-temps à Seattle et devient la plaque tournante d’une escouade qui commence à dérouler. Les locaux semblent maîtriser leur sujet et ajoutent un nouveau touchdown par voie aérienne avec Nick Westbrook-Ikhine (4 réceptions, 53 yards, 1 touchdown) à la conclusion. Mais l’écart sur le terrain ne se matérialise pas au tableau d’affichage. À la blessure rapide d’A.J Brown viennent s’ajouter deux interceptions qui cassent leur dynamique. Celle directement lancée dans les mains de Darius Leonard permet aux visiteurs de revenir à égalité après l’ouverture du score grâce à Nyheim Hines au sol (6 portées, 25 yards, 1 touchdown + 5 réception, 54 yards). Puis Kenny Moore II bénéficie d’un ballon jonglé pour annihiler une bonne avancée des hommes de Mike Vrabel. Rodrigo Blankenship se charge alors de faire revenir son équipe à 4 points à la pause (10-14).

Mais plus réaliste

Leonard provoque un fumble, et Rock Ya-Sim met la main sur le cuir. La coupure n’a pas brisé les jambes de l’escouade défensive visiteuse qui récupère un 3e ballon ce soir. En revanche, son pendant offensif n’affiche pas la même régularité, ne parvenant pas à concrétiser en zone rouge. La (très) longue série de reprise (17 actions, 8 minutes 34) n’est conclue que par un field goal. Même son de cloche dans le dernier quart-temps où Wentz et les siens buttent sur les 5 yards adverses mais reviennent tout de même à 6 points grâce à leur kicker.

Entre les deux coups de pieds, les Titans ont laissé passer l’orage, concrétisant quand ils ont en eu l’occasion. Tannehill a trouvé Jeremy McNichols pour sa 3e offrande du jour, avant que Henry ne convertisse à deux points. Dans les 3 dernières minutes, Randy Bullock ajoute ensuite un dernier field goal pour entériner un 2e succès de Tennessee cette saison (25-16). Malgré un dernier baroud d’honneur, les Colts ne concrétisent pas leur ultime série pour donner du piment à cette fin de match, Blankenship voyant sa tentative passer à droite des poteaux.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires