unibet
Touchdown Shop

Les 9 leçons de la Semaine 2 : Derek Carr superstar, Derrick Henry le phénomène

Viva Las Vegas !

Derek Carr superstar

817 yards en deux matchs. Deux victoires, contre les Ravens et Steelers. La saison ne pouvait pas mieux commencer pour Derek Carr et les Raiders. Statistiquement, personne n’a lancé plus de yards que lui.

Pour un quarterback qui a été si régulièrement remis en cause et annoncé sur le départ, Carr enchaîne des performances qui forcent le respect. Si Kyler Murray ou Tom Brady ont été annoncés pour le remplacer, il n’est pas fou de dire qu’il joue le début de saison comme un des meilleurs lanceurs de la ligue.

Il ne fallait pas enterrer Lamar Jackson et Derrick Henry

Excuses nécessaires. La défense semblait condamner les Titans. Les blessures faisaient déjà du mal aux Ravens. L’élan des saisons précédentes semblait déjà cassé.

Non. Tennessee a Derrick Henry, un coureur unique, qui bouscule toutes les normes de son poste, et qui a écrasé les Seahawks. 35 courses, 182 yards et 3 touchdowns, c’est iréel.

Il n’y a aussi qu’un Lamar Jackson, plus que jamais obligé de tenir son attaque à bout de bras, au sol comme dans les airs.

Baltimore et Tennessee ne sont pas morts.

Il y a un effet Dan Quinn à Dallas

Si Dak Prescott et ses cibles sont l’élément glamour des Cowboys, c’est sur la défense que la saison reposait. Pour le moment, Dan Quinn relève le défi. Dallas n’a encaissé que 17 points contre les Chargers, malgré les absences de DeMarcus Lawrence et Randy Gregory.

En 2013 et 2014, les Seahawks avaient la première défense de la ligue sur le plan statistique avec Quinn aux commandes. La Legion of Boom, c’était aussi lui. Si son passage de coach à Atlanta l’avait fait oublier, son début d’aventure à Dallas est en train de le rappeler.

Sam Darnold, alors peut-être ?

Ca n’a pas vraiment marché avec Jameis Winston. Peut-être qu’il fallait chercher quelque chose de moins spectaculaire. Il y a bien eu une vilaine perte de balle, mais Sam Darnold a encore gagné. Surtout, il a lancé 2 touchdowns et plus de 300 yards, en afficheant une certaine maitrise de l’attaque.

Peut-être qu’il n’y avait vraiment rien chez les Jets. Peut-être qu’il y a encore de l’espoir pour Sam Darnold. Et peut-être qu’il y a de l’espoir pour des Panthers solides dans leur victoire face aux Saints.

Adam Gase n’était pas le seul problème des Jets

Comme un mirroir de la performance de Darnold, Zach Wilson a vécu un calvaire face à New England. Pas vraiment une surprise tant Bill Belichick aime faire souffrir les rookies (22 victoires – 6 défaites).

Mais le match a aussi rappelé que Sam Darnold n’a pas été qu’une victime d’Adam Gase. Robert Saleh ne peut pas faire plus pour son quarterback tant l’effectif manque de qualité en attaque. Sur la ligne, au sol ou dans les airs, il n’y a pas grand monde pour aider Wilson. Le résultat, c’est une fiche terrible de 19/33 pour 210 yards et 4 interceptions.

Rob Gronkowski aussi repousse les limites

Si les lumières sont (à raison) placées sur Tom Brady, Rob Gronkowski aussi prolonge sa carrière de manière étonnante. S’il n’a que 32 ans, le Gronk avait du prendre sa retraite après une première carrière marquée par quelques sérieuses blessures. Dimanche, il a capté 2 touchdowns. Comme en première semaine.

Cela faisait depuis 2012 que Gronkowski n’avait pas enchaîné deux matchs de suite avec plusieurs passages dans la end zone. La Floride a des propriétés rajeunissantes.

Teddy Bridgewater, héros discret

Gagner les matchs dont on est le favori, c’est déjà beaucoup en NFL. Pour le moment, les Broncos le font, avec un Teddy Bridgewater impeccable. 77,1% de passes complétées, 592 yards, 4 touchdowns et aucune interception en deux matchs. Le joueur de 28 ans ne sera jamais une superstar. Il ne sera pas spectaculaire, mais pour le moment, il gagne. Cela devrait continuer en Semaine 3 contre les Jets, avant des tests bien plus violents contre les Ravens, Steelers, Raiders et Browns.

Houston s’est peut-être trouvé un coach

On leur promettait l’enfer. Dimanche, pourtant, les Texans ont bien embêté les Browns pendant la première moitié du match. Il a fallu la sortie d’un Tyrod Taylor jusque là impeccable pour que les choses se décantent en faveur de Cleveland.

Si certains coachs débutants sont à la peine, il faut saluer le travail de David Culley avec un groupe de vétérans. Son message semble passer et l’équipe joue de manière solide. Tout ça malgré le chantier en coulisses et l’affaire Deshaun Watson. Costaud.

Indianapolis vit la « Carson Wentz experience »

Une belle esquive. Une passe superbe. Un espoir. Une blessure. Une défaite.

Les Colts apprennent à connaître Carson Wentz.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires