Buccaneers – Chiefs (31-9) : Tom Brady et Tampa Bay au septième ciel !

Dans un Super Bowl LV sans véritable suspense, les Buccaneers ont étouffé Patrick Mahomes et les Chiefs pour décrocher le titre. Tom Brady écrit un chapitre de plus dans son incroyable histoire.

Tampa Bay Buccaneers – Kansas City Chiefs : 31-9

Et de sept ! Dès sa première saison à Tampa, Tom Brady décroche son septième titre NFL au terme d’un Super Bowl dominé quasiment de bout en bout par les Buccaneers, champions dans leur stade.

Exposé derrière une ligne offensive débordée, Patrick Mahomes a livré un des pires matchs de sa carrière.

Tampa Bay menait 21-6 à la pause, puis 31-9 à la fin du troisième quart. La défense a fait un boulot titanesque, tout comme le jeu au sol ou Rob Gronkowski.

Le moment clé : la fin de la première mi-temps

Dans ce Super Bowl LV à sens unique, difficile de ressortir un vrai tournant. Mais la fin de la première mi-temps, mal gérée par les Chiefs, a précipité leur chute. Après avoir réduit le score à 14-6 sur un field goal, ils font les gourmands en prenant un temps-mort pour tenter de récupérer une nouvelle fois la balle. Mauvaise tactique, car Tampa Bay arrive finalement à avancer et surtout, les Chiefs enchaînent les grosses pénalités. Une interférence de passe de 34 yards d’abord de Bashaud Breeland, puis une deuxième de Tyrann Mathieu au niveau de la end zone. Résultat, ça termine en touchdown et l’écart est fait.

Le film du match

Si ce Super Bowl LV oppose les deux meilleures attaques aériennes de la NFL, le début de match est clairement dominé par les défenses. Patrick Mahomes est sous pression et est souvent obligé d’utiliser ses jambes, tandis que Tom Brady mange une première fois la pelouse sur un sack de Frank Clark. Il faut attendre le quatrième drive de la rencontre pour voir le tableau d’affichage se débloquer à travers un field goal pour les Chiefs (0-3).

Les Buccaneers répondent tout de suite. Le jeu de course est performant sous l’impulsion de Leonard Fournette (16 courses, 89 YDS, 1 TD, 4 REC, 46 YDS), et Brady trouve coup sur coup Antonio Brown (5 REC, 22 YDS, 1 TD) et Cameron Brate (3 REC, 26 YDS) pour un gain total de 31 yards. Dans la zone rouge, le quarterback de 43 ans se connecte avec son fidèle compagnon Rob Gronkowski (6 REC, 67 YDS, 2 TD), qui atteint la terre promise pour donner l’avantage à son équipe (7-3).

Le momentum est dans le camp de Tampa Bay, et les Chiefs sont incapables d’inverser la tendance malgré un énorme stop défensif sur un quatrième down à un yard de leur end zone. Un mauvais punt permet aux Buccaneers d’être bien placés sur le terrain, puis les pénalités font mal à Kansas City. Un holding annule une interception de Tyrann Mathieu, un offside offre une nouvelle série de downs à Tampa Bay, et Tom Brady en profite pour trouver une deuxième fois Gronk dans la end zone. 14-3 !

Les Chiefs veulent profiter des dernières minutes de la première mi-temps pour réduire la marque, sauf qu’ils vont s’enfoncer. S’ils parviennent dans un premier temps à inscrire un field goal (14-6), on assiste ensuite à un festival de pénalités défensives, et ça ne pardonne pas. Car Brady trouve Antonio Brown pour un troisième touchdown juste avant la pause (21-6).

Au retour des vestiaires, les Chiefs veulent directement réagir mais ne peuvent faire mieux qu’un field goal (21-9). C’est au contraire les Buccaneers qui enchaînent. Toujours aussi chauds, ils avancent sans problème, à la passe comme à la course, et Leonard Fournette enfonce le clou avec un touchdown de 27 yards (28-9).

Les minces espoirs de Kansas City s’amenuisent un peu plus quand Patrick Mahomes se fait intercepter par Antoine Winfield Jr. sur le drive suivant, ce qui se traduit par un field goal adverse (31-9). Et c’est précisément sur ce score que la rencontre va se terminer, le dernier quart-temps ne faisant office que de garbage time. Comme un symbole, la rencontre se termine sur une ultime interception de Mahomes.

Le MVP officiel du match : Tom Brady

Qui d’autre ? Tom Brady a rajouté une ligne de plus à sa légende, remportant son septième Super Bowl en carrière – le premier en dehors de New England – et son cinquième MVP du match. Il a été propre, il a été décisif, il a été focus du début à la fin, il a été Tom Brady, tout simplement. Ses stats : 21/29 à la passe, 201 yards, 3 touchdowns, 0 perte de balle.

Les autres MVPs : la défense de Tampa

Devin White (12 plaquages, 2 plaquages pour perte de yards, 1 interception), Lavonte David (6 plaquages, 2 passes défendues), Antoine Winfield Jr. (6 plaquages, 2 passes déviées, 1 interception) ont livré une grande rencontre.

L’escouade défensive de Tampa Bay a fait vivre un enfer à Mahomes, Tyreek Hill et Travis Kelce, le trio censé être inarrêtable pour Kansas City.

Le flop : l’attaque des Chiefs

On la pensait quasiment inarrêtable, mais elle n’a jamais réussi à décoller. L’attaque des Chiefs a complètement manqué son rendez-vous, la défense de Todd Bowles dominant de la tête et des épaules dans les différents secteurs. Patrick Mahomes, constamment sous pression derrière une ligne offensive privée notamment du tackle Eric Fisher, n’a pas vu le jour (26/49, 270 YDS, 2 INT, 3 sacks subis) et les chiffres parlent d’eux-mêmes : seulement 9 points marqués (plus faible total dans la carrière de Mahomes avec les Chiefs), et un terrible 3/13 sur les troisièmes tentatives.

La stat : 2

Comme le nombre de touchdowns pour l’éternel duo Tom Brady – Rob Gronkowski. Le tandem, à nouveau champion après avoir remporté trois titres ensemble avec les Patriots, est ainsi devenu le plus prolifique de l’histoire des Playoffs en nombre de touchdowns marqués (14). Au revoir Joe Montana – Jerry Rice !

La suite

Les Chiefs sont tombés du trône, Tom Brady remonte dessus. À 43 ans, celui qui est considéré comme le GOAT ne semble pas encore prêt à raccrocher et il faudra donc à nouveau compter sur les Buccaneers la saison prochaine.

Pour Kansas City, la pilule est forcément difficile à avaler après une nouvelle saison impressionnante. Les Chiefs voulaient devenir la première équipe à faire le doublé depuis les Patriots de… Tom Brady en 2003 et 2004, c’est raté. Cependant, avec Patrick Mahomes aux commandes, les champions de l’AFC resteront pendant longtemps parmi les favoris pour le titre.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook

L'info NFL en continu

Afficher les actus suivantes
Soutenez Touchdown Actu sur Tipeee

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés
Parier en ligne sur la NFL avec