Touchdown Shop

Bengals – Ravens (3-38) : Les corneilles sont prêtes pour janvier

Une prestation historique au sol et une opposition impuissante offrent aux Ravens un ticket pour les playoffs.

Cincinnati Bengals (4-11-1) – Baltimore Ravens (11-5) : 3-38

Sans grande surprise les Ravens sont venus à bout de leur opposant du soir sans difficulté. Les Bengals, tous appliqués qu’ils ont été en défense, n’ont pas trouvé de solution à l’équation Lamar Jackson. Ensuite l’attaque a été incapable de produire le moindre yards pendant une large partie du match et n’a jamais su profité des rares opportunités crées par les gros jeux.
Baltimore a martelé au sol avec un grand succès et n’a pas eu besoin de forcer le destin dans les airs. Lamar Jackson devient le premier quarterback à franchir la barre des 1000 yards courus deux années de suite. Gus Edwards et J.K. Dobbins ont crucifié les tigres en complément des échappées de Jackson. En tout, Baltimore a engrangé pour 404 yards au sol, à une poignée de longueurs du record all time. Les Ravens se dirigent vers la post saison avec la confiance remontée à bloc après une prestation à valeur de déclaration. Malgré la faiblesse de l’adversaire du jour. Les corneilles sont prêtes.

Des tigres qui hibernent déjà

Dès l’ouverture de la partie, Lamar Jackson (QB, 10/18, 113 yards, 3 TD, 1 INT – 97 yards à la course) fait tourner la défense tigrée en bourrique. En insistant à la course et en improvisant des jeux Maddenesques pour échapper à la pression, Jackson mène son escouade pour n’être arrêté que par une pénalité. 3 points de glanés pour ouvrir le score avant que Miles Boykin (WR) ne transperce la couverture pour un touchdown de 43 yards. Pour les Bengals les choses sont beaucoup plus compliquées. S’ ils semblent réagir en forçant une passe de 41 yards sur troisième tentative, c’est pour perdre Tee Higgins (WR) sur le jeu et voir l’action rappelée par les arbitres. A la fin du premier quart, quand Baltimore a produit 150 yards, Cincinnati n’en a que 4 misérables au compteur. 0-10.

Pour les tigres la période s’ouvre de façon positive mais l’équipe ne trouve toujours pas les solutions. Margus Hunt (DE) détourne deux passes de suite, dont une atterrit dans les mains de Akeem Davis-Gaither (LB, 9 TKL, 1 PD), mais la série offensive avorte comme les précédentes. En face, les corneilles alternent entre Gus Edwards (RB, 70 yards) et J.K. Dobbins (RB, 160 yards, 2 TD) avec quelques touches de Mark Ingram (RB, 39 yards) pour éventrer une défensive disciplinée et efficace, mais qui joue sur les talons et ne reçoit aucune aide de son attaque. Quand la couverture ferme les options, Jackson s’échappe et gagne les yards. Si bien qu’à la conclusion d’un drive de 93 yards et presque 9 minutes, les Ravens rajoutent 7 points grâce à une réception de 18 yards de Marquise Brown (WR, 5 rec, 41 yards, 2 TD). Il faut attendre les quatre dernières minutes du quart pour que les tigres enregistrent leur premier first down. Enfin efficaces en attaque les Bengals approchent la zone rouge, mais refusent de jouer une 4&1 et préfèrent se contenter de 3 points. 3-17 au coup de sifflet.

Les Ravens font imploser les Bengals

Au retour des vestiaires, le schéma se répète. Les Bengals sont incapables de produire, et le jeu de course des Ravens continue sur des bases historiques. Dobbins perce d’abord pour 27 yards avant de traverser la peinture pour accroître l’écart.Les jeux sont faits et préparent un quatrième quart en forme de long enterrement. Marquise Brown capte son second touchdown et la partie semble pliée à 3-31. D’autant qu’après une splendide course de 55 yards de Trayveon Williams (RB) et une pénalité sur A.J. Green (WR) qui mettent les Bengals en zone rouge, Brandon Allen (QB, 6/21, 48 yards, 2 int) se fait intercepter dans l’en-but par Marcus Peters (CB, 1 TKL, 1 PD). L’agonie se poursuit quand Dobbins déchire la poursuite sur 72 yards pour lui aussi inscrire un doublé. Tyler Huntley (QB, 1/1, 8 yards) remplace Jackson, 3-38, les jeux sont faits.

Sans complètement perdre sa combativité, Baltimore lève progressivement le pied. Une perte de possession sur quatrième tentative, ainsi qu’une interception par Chuck Clark (S, 4 TKL, 2 PD) seront les seuls événements notables avant la fin de partie. Cincinnati commence son intersaison après une campagne de nouveau bien difficile. Baltimore attaque sa post saison sur une bonne note et une lancée positive. Quarterback imprévisible, jeu de course dominateur et grosse défense, la recette historique pour briller pendant les playoffs.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires