Packers – Titans (17-27) : Derrick Henry au four et au moulin

Au sol et ... à la passe, le coureur a fait de grosses misères à Green Bay.

Green Bay Packers (4-7) – Tennessee Titans (7-3) : 17-27

L’embelli aura été de courte durée dans le Wisconsin. Relancé par leur victoire face aux Cowboys, les Packers ont été sèchement ramenés sur terre par les Titans. Hyper efficaces, réalistes et pragmatiques, les hommes de Mike Vrabel ont fait la course en tête tout le match et n’ont jamais été réellement inquiétés. Il faut dire qu’en face, les Packers n’ont pas su accorder leurs escouades. Tantôt efficace en défense et muet en attaque, tantôt productif offensivement mais incapable de stopper Tennessee. Une nouvelle fois, Matt LaFleur a abandonné le jeu courses de manière inexplicable pour forcer à la passe avec un Aaron Rodgers frustré (24/39, 227 yards, 2 TD).

Derrick Henry (28 courses, 87 yards, 1 TD, 2 réceptions, 45 yards, 1 TD à la passe) a monopolisé et usé ses adversaires, offrant des espaces aux receveurs et à Ryan Tannehill (22/27, 333 yards, 2 TD, 1 Int) qui réalise sa meilleure performance de la saison. Solidement installés au sommet de leur division, les Titans ont déjà un pied en playoffs.

Le plan de jeu parfait des Titans

L’entame est idéal pour Tennessee qui malgré la neige déroule son drive inaugural parfaitement pour lancer les hostilités par l’intermédiaire de Dontrell Hilliard. Les visiteurs ont une recette, laisser Aaron Rodgers hors du terrain. Travail de sape de Derrick henry au sol, petites passes de Tannehill et les chaines bougent, et la montre tourne. Sur une possession fleuve de plus de 10 minutes, Henry finit cependant par caler sur 4e tentative à quelques yards de la end zone. Mais très vite les hommes de Mike Vrabel ont une autre opportunité. Et cette fois, le running back finit dans la end zone.

En face, l’attaque de Green Bay souffle comme à son habitude, le chaud et le froid. Deux 3 & out, mais une possession parfaitement exécutée qu’Aaron Rodgers conclut magnifiquement en trouvant Christian Watson. Mais en rentrant aux vestiaires, l’attaque des locaux a passé deux fois moins de temps sur le terrain, parcouru deux fois moins de yards et marqué deux fois moins de points.

Plus que jamais homme de base de l’attaque de son équipe, Henry est partout. Si ses avancées au sol restent assez bien maitrisées, il trouve d’autres moyens de faire des misères aux Packers. D’abord sur une réception de 42 yards, puis sur une passe pour un touchdown.

Derrière les Packers s’accrochent tant bien que mal. Rodgers se connecte une nouvelle fois avec Watson pour le cinquième touchdowns en 4 jours du receveur rookie. Aaron Jones ajoute 2 points sur la conversion qui suit. Mais la défense souffre. Elle encaisse un 3e touchdown de suite par l’intermédiaire d’Austin Hooper parfaitement trouvé par son quarterback.

Et si une interception de Rasul Douglas stoppe la série au début du 4e quart-temps, l’attaque est repassée au point mort. Cette incapacité à jouer au diapason des deux côtés du ballon rend impossible toute ambition de come back. Plusieurs tentatives infructueuses concluent un 4e quart temps où les Titans n’auront eu qu’à gérer.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires