Un match en France est « dans le radar » de la NFL !

Après l'Angleterre et l'Allemagne, la ligue tourne son regard vers l'Espagne et la France.

L’empreinte de la NFL en Europe s’est agrandie à Munich dimanche dernier, mais ce n’est peut-être pas terminé. Dans un entretien avec l’Associated Press, Brett Gosper, en charge de la NFL pour le Royaume-Uni et l’Europe, est même allé jusqu’à citer deux pays : l’Espagne et la France.

Gosper a indiqué que les deux destinations sont « tout à fait dans notre radar. »

« Nous devons faire notre travail de recherche et nous assurer qu’il y a un endroit pour accueillir des matchs dans ces marchés, mesurer l’intérêt des stades potentiels, mesurer l’intérêt de la ville hôte, et même le gouvernement, pour ce qui est de leur enthousiasme à nous aider à faire venir un match.

Petit avantage pour l’Espagne, elle figure déjà dans le grand plan marketing international de la ligue, qui a permis aux franchises de se partager différents pays. Actuellement, ce sont les Bears et Dolphins qui ont les droits marketing prioritaires en Espagne. La France n’était pas incluse dans ce programme.

« La France est un peu en-dehors, et c’est un marché et une culture particulière », explique Gosper. « Mais en même temps, c’est un marché médiatique incroyablement fort pour le sport, où les retours pourraient être plus élevés et plus rapides qu’en Espagne. »

Saint Denis, Lyon ou Marseille ?

L’année prochaine, la NFL va aller jouer dans un stade de 51 000 places à Francfort. En partant de ce chiffre, le Stade de France (St Denis, 80 698 places), l’Orange Velodrome (Marseille, 67 394) et le Groupama Stadium (Lyon, 59 186) seraient les destinations potentielles pour l’hexagone.

En Espagne, il y aurait le choix, rien qu’à Madrid, avec un Santiago Bernabeau en pleine rénovation, ainsi que le récent Wanda Metropolitano de l’Atletico Madrid. Du côté de Barcelone, le Camp Nou est tout simplement le plus grand stade d’Europe, avec 99 000 places.

« Dans les six à douze mois à venir, nous allons vraiment étudier la viabilité de nos options en terme de stade, pas seulement en Europe, mais aussi ailleurs. En même temps, nous allons voir quel est l’appétit des équipes pour potentiellement exploiter ces marchés avec un match. »

Gosper a mentionné la Suède parmi les autres destinations possibles. Les Vikings étaient venus y jouer un match de présaison en 1988.

Tags →  
Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires