Touchdown Shop

Jaguars – Giants (17-23) : Appelez-les « Comeback Giants » !

Les Giants ont eu chaud. Dommage pour les Jaguars, c'est là qu'ils sont les meilleurs.

Jacksonville Jaguars (2-5) – New York Giants (6-1) : 17-23

Surprise de ce début de saison, les Giants rencontraient ce dimanche des Jaguars en perte de vitesse, après une entame de saison porteuse d’espoirs. Dans un match plus équilibré que prévu, les Giants ont ENCORE fait le coup de gagner après avoir été mené au score une grande partie de la rencontre. Les Jaguars pourront peut-être s’en vouloir de n’avoir pas fait assez tourner l’horloge.

A la tienne, Etienne

Sur le début de match, les Jaguars sont séduisants en attaque comme en défense. Déjà coéquipier de Trevor Lawrence (22/43, 310 yards) à Clemson, Travis Etienne (14 courses, 114 yards, 1 TD) est bien en jambes. L’attaque floridienne est diversifiée : des courses créatives, des jet sweep, des tracés variés pour les receveurs. Tout tend à montrer une bonne préparation du match du côté des joueurs de Doug Pederson. Le virevoltant running back s’offre même une belle percée dans les lignes new-yorkaises.

Le tournant : fumble dans la end zone !

Les Jaguars maitrisent plutôt le cours du match en première mi-temps, et mis à part le touchdown subi sur le premier drive, les attaques des Giants sont contenues. A proximité de la mi-temps, les Jags ont la possibilité d’enfoncer le clou sur la tête des Giants. Travis Etienne n’est plus qu’à quelques yards de la end-zone quand Xavier McKinney provoque le fumble, recouvert par Julian Love.

Les Giants remontent le terrain pour marquer un field goal, et au lieu d’une avance, les floridiens rentrent au vestiaire en retard. Le mojo des Giants a encore frappé.
Les Jaguars repassent devant en seconde période, mais tout le monde voit venir l’inéluctable. Sous les coups de boutoir de Saquon Barkley (24 courses, 110 yards) et d’un Daniel Jones propre dans les airs et surtout léthal au sol (19/30, 202 yards, 1 TD, 11 courses, 107 yards, 1 TD), les Jags finissent par craquer. En fin de match, Jacksonville termine à 1 yard de la victoire, mais c’est presque anecdotique tant le destin de ce match semblait scellé depuis longtemps.

New York a encore initié un comeback, leur marque de fabrique depuis le début de saison. La mi-saison n’est pas passée mais au vu de son effectif (le meilleur receveur est encore une fois Darius Slayton avec 58 yards et 1 TD !), Brian Daboll a déjà une main sur le trophée de coach de l’année.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires