Touchdown Shop

Packers – Bears (27-10) : Aaron Jones et la défense relancent Green Bay

C'est à l'ancienne que les Packers sont allés chercher leur première victoire de la saison.

Green Bay Packers (1-1) – Chicago Bears (1-1) : 27-10

Cette fois, Aaron Rodgers (19/25, 234 yards, 2 TDs) a été aidé. Par tout le monde. Après un premier match discret, Aaron Jones a été le héros de l’attaque des Packers, avec 132 yards et un touchdown au sol, mais aussi 3 réceptions pour 38 yards et un autre passage dans la end zone. L’efficacité du jeu au sol (203 yards cumulés) a permis à Rodgers de distribuer plus sereinement la gonfle. Le quarterback a touché huit cibles différentes, sans forcer, et sans faire d’erreur.

Mais c’est peut-être la défense verte qui a apporté le plus gros coup de main au collectif. Après avoir encaissé un touchdown de Justin Fields (7/11, 70 yards, 1 int) sur la première offensive des Bears, les Packers n’ont plus rien laissé passer, ou presque. Preston Smith (2 sacks, 8 pressions sur la QB) a mené une escouade déterminée.

Alors que Chicago, mené 24-10 dans le dernier quart, frappait à la porte de la end zone, Smith et Jarran Reed ont stoppé Fields à un yard du touchdown sur une quatrième tentative. De quoi anéantir les derniers espoirs des visiteurs.

Un quart-temps pour faire la différence

Si les Packers ont été plus efficaces, la régularité offensive reste à trouver. Après un field goal pour démarrer le match, Jones a marqué son premier touchdown au tout début du second quart. Le début de 15 minutes fastes pour son équipe. Pendant que la défense force trois punts rapides, Jones double la mise, et Allen Lazard marque pour le 24-7 à quelques secondes de la pause.

Green Bay déroule, mais la machine s’enraye au retour des vestiaires. D’abord avec un fumble perdu sur une transmission entre Aaron Rodgers et A.J. Dillon (18 courses, 61 yards). Puis avec un nouveau punt, résultant notamment d’un cafouillage sur un snap qui a causé une grosse perte de yards. Des erreurs sans conséquence grâce à une défense appliquée, et l’attaque ajoutera même un dernier field goal après la quatrième tentative stoppée de Fields.

Le quarterback des Bears, justement, a vécu une soirée très compliquée. Régulièrement sous pression (3 sacks), il a mené une attaque qui ne montre toujours que quelques fulgurances. David Montgomery (15 courses, 122 yards) a été le principal animateur de l’escouade, mais la moitié de ces yards ont été gagnés dans le dernier quart, alors qu’il n’y avait plus beaucoup d’espoir.

Malgré un bilan équilibré, Chicago semble toujours trop faible offensivement pour voir loin. À l’inverse, les Packers ont retrouvé pas mal de motifs d’espoir.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires