France Autriche Football americain

[Preview 2022] Seattle Seahawks : Pete Carroll, es-tu magicien ?

Russell Wilson et Bobby Wagner se sont envolés, laissant place à une terre brûlée.

La saison 2022 approche, alors la rédaction de TDActu vous propose de faire le point sur les forces et faiblesses des 32 franchises. Vous pouvez retrouver toutes les présentations en cliquant sur ce lien.

Un dimanche de janvier 2022, dans l’Arizona. Les Seahawks disputent le dernier match de leur saison. Les Cardinals mènent de 7 points, quand Russell Wilson trouve Freddie Swain, en fin de 3e quart. À ce moment, personne ne le sait encore, mais il s’agit du dernier touchdown lancé par l’exceptionnel quarterback de Seattle, avec sa franchise de toujours.

Deux mois plus tard, la nouvelle tombe : le vainqueur du Super Bowl XLVIII quitte le Washington, pour rejoindre l’équipe contre laquelle il avait décroché le titre en février 2014. Direction Denver pour Wilson, destination inconnue pour Seattle. Car sans lui, Pete Carroll et ses hommes vont devoir trouver un nouveau type de magie. La formule composée de mauvaises décisions durant l’intersaison, de choix douteux à la Draft, mais de saisons sauvées par un chef d’orchestre fantastique, ce n’est plus possible. Désormais, il reste un coach, son manager général, un effectif de faible niveau et des questions, beaucoup de questions.

La saison dernière : 7-10, 4e de la NFC Ouest

Les mouvements à l’intersaison

Arrivées notables : Drew Lock (QB), Noah Fant (TE), Austin Blythe (C), Shelby Harris (DE), Quinton Jefferson (DE), Uchenna Nwosu (LB), Artie Burns (CB), Justin Coleman (CB)

Re-signatures : Geno Smith (QB), Rashaad Penny (RB), DK Metcalf (WR), Will Dissly (TE), Al Woods (DT), Sidney Jones (CB), Quandre Diggs (S)

Draft : Charles Cross (OT), Boye Mafe (LB), Kenneth Walker III (RB), Abraham Lucas (OT), Coby Bryant (CB), Tariq Woolen (CB), Tyreke Smith (LB), Bo Melton (WR), Dareke Young (WR)

Pertes notables : Russell Wilson (QB), Chris Carson (RB), Gerald Everett (TE), Ethan Pocic (C), Duane Brown (OT), Carlos Dunlap (DE), Kerry Hyder (DE), Bobby Wagner (LB), K.J. Wright (LB), D.J. Reed (CB)

À Seattle, on ne fait donc pas les choses à moitié. Le départ de Russell Wilson, comme s’il n’était pas assez difficile à digérer pour les supporters des Seahawks, a été suivi par celui de Bobby Wagner. Le leader de la défense, illustre représentant d’une génération dorée, a simplement été coupé par ses dirigeants. En quelques heures, ces derniers ont tourné une page, un chapitre, une longue et belle histoire. Et si l’on ajoute la retraite d’un autre emblème de cette escouade défensive, K.J. Wright, celle du coureur Chris Carson, ou les départs de vétérans comme Duane Brown et Carlos Dunlap, on obtient une multitude de postes à repenser.

Du côté des arrivées, il y a d’abord eu un trio de joueurs, en provenance des Broncos : Drew Lock, Noah Fant et Shelby Harris. Si les deux derniers sont de vraies valeurs ajoutées, le premier interpelle Raphaël Masmejean et bien d’autres gens. Son passage à Denver ne restera pas dans les livres d’histoire et, s’il devait devenir le titulaire à Seattle, les fans des Seahawks pourraient vieillir plus vite que la nature le prévoit. Le staff a aussi tenté quelques paris, comme le linebacker Uchenna Nwosu et décidé de conserver certains éléments importants, comme Rashaad Penny, Will Dissly, Al Woods ou Quandre Diggs. Sans oublier l’épaisse prolongation offerte à DK Metcalf.

Enfin, lors de la Draft, la décision a été prise de renforcer la ligne offensive, en sélectionnant Charles Cross et Abraham Lucas. Logique de protéger son lanceur, quand on l’a envoyé dans le Colorado. Les défenseurs Boye Mafe et Coby Bryant et le running back Kenneth Walker III auront déjà du travail cette année, pour boucher des trous béants au sein de leur nouvelle équipe.

Le(s) point(s) fort(s)

S’il fallait garder un groupe, une position dans cet effectif, on se tournerait sans doute vers les receveurs. DK Metcalf va pouvoir commencer sa 4e année avec l’esprit léger (et le portefeuille lourd) et le duo qu’il forme avec Tyler Lockett est une référence. Derrière eux, les jeunes Freddie Swain, D’Wayne Eskridge et Bo Melton ont une carte à jouer, pour donner encore plus de rythme à cette escouade. Les Seahawks devraient également se reposer sur le poste de tight end et, si Noah Fant continue sa progression, il pourrait vite devenir l’une des principales forces de cette attaque et le rester pour les années à venir.

Une partie de la réussite offensive de Seattle repose aussi sur les épaules de Rashaad Penny, re-signé pour un an après avoir terminé la campagne 2021 en boulet de canon (671 de ses 749 yards sur les 5 dernières rencontres). S’il confirme et si Kenneth Walker III se montre à la hauteur, le sol pourrait apporter un peu de stabilité à cette attaque.

Concernant la défense, le principal (le seul ?) danger vient du fond du terrain. Jamal Adams sort d’une saison délicate, mais il reste l’une des stars défensives de cette ligue, pour laquelle les Seahawks avaient vendu la maison en 2020. Avec lui, Quandre Diggs a cumulé 10 interceptions lors des deux dernières saisons. Ajoutez-y Ryan Neal et vous possédez une triplette capable de donner le ton. Il le faudra, en tout cas.

Le(s) point(s) faible(s)

Adieu, les passes au millimètre, les échappées fantastiques, les moments suspendus dans le temps. Pour la première fois depuis 2011 et le regretté Tarvaris Jackson, Seattle s’apprête à lancer sa saison sans Russell Wilson. Pour lui succéder, les noms de Baker Mayfield, de Jimmy Garoppolo et d’autres ont circulé dans les rumeurs. Mais pour le moment, le titulaire se nomme Geno Smith. Et même s’il n’avait été si mauvais l’an passé (702 yards, 5 touchdowns et 1 interception en 4 matches, dont 3 comme titulaire), l’ancien lanceur des Jets a ses limites. Évidemment, un changement d’une telle envergure, sans même imaginer Drew Lock aux commandes, représente une faille géante.

Surtout si l’on ajoute le fait que devant le quarterback, il y a sa ligne offensive. Celle de Seattle n’était pas un modèle du genre avec Wilson, elle ne devrait pas non plus l’être cette année. Car, même si les dirigeants ont mis l’accent sur ce secteur durant la Draft, Charles Cross et Abraham Lucas n’ont encore rien prouvé. Et, si les Seahawks deviennent la 3e franchise depuis 1970 à entamer une campagne avec deux tackles débutants, ce sera tout sauf un gage de sécurité.

Dans sa globalité, la défense n’incite pas non plus à l’optimisme, avec deux compartiments en particulier. D’abord, celui du pass rush : 34 sacks en 2021 et du souci à se faire aussi en 2022, malgré les arrivées d’Uchenna Nwosu et de Boye Mafe. Il va pourtant falloir trouver des solutions afin de mettre la pression, car la couverture peut donner lieu à de nombreux cauchemars. D.J. Reed est parti et, sans lui, les cornerbacks attendus comme des titulaires sont Sidney Jones, Artie Burns, Justin Coleman ou Coby Bryant. La peur est dans le pré.

Le facteur X : Pete Carroll

On peut débattre du talent de l’effectif, parler des qualités et des défauts d’un joueur, suivre la progression attendue d’un autre, la réalité est celle-ci, du côté de Seattle : les derniers représentants du titre de 2014 sont partis, Pete Carroll est resté. Le coach âgé de 70 ans est aux commandes et, avec les décisions prises durant cette intersaison, il a pour mission de lancer un nouveau cycle. Est-il l’homme de la situation ? Telle est la question, tant son bilan est associé à celui de Russell Wilson. Quand Carroll est l’entraîneur et Wilson le quarterback titulaire, c’est exceptionnel : 104 victoires, 53 défaites et un match nul. Quand le second n’est pas là, c’est nettement moins reluisant : 15 succès, pour 20 revers (2010, 2011 et 2021).

Pour l’ancien technicien des Jets (1994) et des Patriots (1997-1999), l’enjeu est donc clair : il doit remettre les Seahawks sur les bons rails et trouver de nouvelles solutions, sans son magicien. Le challenge est forcément motivant, mais le travail semble colossal.

Le joueur à suivre : Jordyn Brooks

La génération dorée, celle des Wilson, Lynch, Bennett, Wagner, Sherman, Thomas ou Chancellor, Pete Carroll et John Schneider l’ont d’abord bâtie par la défense. Et si Bobby Wagner, le dernier emblème de celle-ci, a été remercié, c’est peut-être parce que le coach et son manager général veulent donner les clés à son possible successeur.

Sélectionné au premier tour en 2020, Jordyn Brooks n’avait pas convaincu pour ses débuts. Mais l’an dernier, l’ancien linebacker de Texas Tech est entré dans une nouvelle dimension, en battant le record de franchise de… Bobby Wagner, avec 184 plaquages (contre 167). Bien sûr, les statistiques ne disent pas tout et Brooks doit encore beaucoup apprendre. Mais il sera cette saison le capitaine de l’escouade défensive de Seattle, un rôle occupé jusqu’ici par son mentor. Ses dirigeants lui font confiance, la franchise croit en son éclosion. S’il veut incarner le renouveau d’une défense mythique, son ascension doit être immédiate. Son équipe n’a pas vraiment le luxe de pouvoir attendre.

Calendrier

Broncos, @49ers, Falcons, @Lions, @Saints, Cardinals, @Chargers, Giants, @Cardinals, @Buccaneers (Munich), Raiders, @Rams, Panthers, 49ers, @Chiefs, Jets, Rams

La preview audio du podcast

En résumé

Le jour d’après a donc commencé à Seattle. Pour la première fois depuis une décennie, la franchise aborde une saison avec un point d’interrogation, au poste de quarterback. Et les incertitudes ne s’arrêtent pas à ce seul poste. Le brouillard est épais au-dessus du Lumen Field et, dans une division très relevée, la tâche s’annonce trop compliquée. La première réponse viendra évidemment du lever de rideau, le 13 septembre, avec la réception de Denver et donc, déjà, le retour de Russell Wilson à la maison.

Mais Wilson ne viendra pas simplement pour faire coucou et, dans son sillage, les Broncos pourraient très vite envoyer les Seahawks sur le chemin d’une saison galère. Avec au bout, la crainte d’une première campagne à moins de 7 victoires depuis 2009.

Pronostic : 6-11, pas de playoffs

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires