unibet

Russell Wilson (Broncos) : « Je veux jouer 10 à 12 ans et gagner 3 ou 4 autres Super Bowls »

Pour son arrivée à Denver, l'ancien quarterback des Seahawks a immédiatement affiché de grandes ambitions.

Toujours le numéro 3, mais un maillot orange. Russell Wilson est officiellement un membre des Denver Broncos.

L’arrivée du quarterback a été officialisée mercredi lors d’une conférence de presse. Et Wilson l’a vite rappelé, il n’est pas venu seulement pour profiter de l’air de la montagne.

« Mon objectif est de jouer 10 ou 12 ans de plus, et, je l’espère, gagner trois ou quatre Super Bowls supplémentaires. C’est le plan. C’est mon état d’esprit. C’est pour ça que je suis venu ici, pour finir ma carrière et je l’espère finir au sommet, en champion. Et le faire plusieurs fois. »

Wilson a 33 ans. Il espère donc jouer jusqu’à 43, voir 45 ans.

Si Wilson vise haut, c’est parce qu’il considère qu’il arrive dans une franchise qui vise toujours la gagne. Ce sont notamment des conversations avec Peyton Manning qui l’ont conforté à ce sujet.

« Le plus important pour moi était de venir dans une franchise qui gagne. C’était le plus important. Évidemment, on le sait de l’extérieur, mais quand vous le vivez de l’intérieur, que vous êtes le quarterback et que les gens veulent que vous meniez les choses, vous voulez être sûr de pouvoir le faire. Et il (Manning) m’a dit : « Sans aucun doute. » Il a adoré être ici et vit toujours ici. »

« J’étais très heureux de venir dans une franchise qui a la tradition de la gagne et de l’excellence. Je voulais m’assurer que c’était l’endroit parfait pour moi. Une fois que j’ai rencontré George Paton (GM) et coach (Nathaniel) Hackett, je me suis dit : « OK, ça pourrait marcher pour un long moment. »

Sur son départ de Seattle, Wilson a parlé d’une « décision mutuelle » entre lui et la franchise.

Du côté de Denver, on n’a pas hésité longtemps pour l’accueillir. Paton a d’abord mené les discussions seul. Une fois que la transaction semblait réalisable, il est allé trouver son coach.

« Je ne crois pas qu’il ait dit « oui. » Il a dit « Putain oui ».

Et quand le manager a demandé à Hackett de regarder les images de match de Wilson pour être sur de lui…

« Il m’a répondu : « Je n’ai pas besoin de regarder les images, il m’a botté le cul pendant des années. »

Tags →  
Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires