Rams – 49ers (20-17) : Los Angeles s’offre une remontée et un Super Bowl à domicile

Les Rams ont remonté 10 points de retard dans le 4e quart-temps pour s’imposer en fin de match.

Los Angeles Rams (4) – San Francisco 49ers (6) : 20-17

Ils savaient que rien ne serait facile, que San Francisco défendrait sa peau jusqu’au bout. C’est exactement ce qu’ont fait les 49ers en poussant Los Angeles dans ses derniers retranchements. Menés de 10 unités à l’entrée de l’ultime quart-temps, les hommes de Sean McVay ont répondu présents pour s’offrir un deuxième voyage au Super Bowl après celui en 2018. Cette fois-ci le trajet sera court puisqu’ils le joueront au SoFi Stadium dans la cité des anges.

Le moment clé : l’interception manquée de Jaquiski Tartt

En milieu de quatrième quart-temps, les Rams retrouvent des couleurs. Ils viennent d’inscrire un touchdown et de forcer un punt. Ils ne sont plus qu’à trois points de leurs adversaires et on sent le vent tourner. Los Angeles est lancé et rien ne peut l’arrêter. Sauf qu’en tout début de drive, San Francisco a l’occasion parfaite de doucher les espoirs de son rival.

Dès le premier jeu, Matthew Stafford (31/45, 337 yards, 2 TDs et 1 INT) tente une très longue passe vers Odell Beckham Jr. (9 réceptions et 113 yards). Sauf que celle-ci est manquée et se transforme en offrande pour Jaquiski Tartt. L’arrière défensif est seul au milieu du terrain et n’a plus qu’à attraper le ballon. Il va finalement le laisser tomber et s’en vouloir jusqu’au bout.

Bien qu’il restait près de 10 minutes au moment de cette action, une interception à ce moment-là aurait certainement complètement changé la physionomie du match pour remettre les 49ers dans l’avancée. Au lieu de ça, Los Angeles a pu égaliser grâce à ce drive pour ensuite aller chercher la victoire.

Le film du match

Après un échange de punts inaugural, sous forme de round d’observation, le match se lance véritablement sur la deuxième série offensive des Rams. Los Angeles trouve des solutions pour avancer et toque à la porte de la end-zone après 10 jeux et 64 yards parcourus. Malheureusement pour Sean McVay et ses hommes, la dynamique est cassée par une interception de Jimmy Ward dans son propre en-but. L’ouverture du score devra attendre un peu. Deux drives supplémentaires pour être exacte.

Cette fois, les Rams prennent encore plus leur temps. Ils traversent tout le terrain (97 yards) en quasiment 10 minutes (9 minutes et 33 secondes). Surtout, ils parviennent enfin à conclure. Et comme depuis le début de la saison et durant ces playoffs, le duo Stafford – Kupp continue de porter l’équipe. Cette fois c’est sur une superbe passe de 16 yards que les locaux prennent l’avantage. Une avance de courte durée puisqu’une autre star va sortir de sa boite. Du tac au tac Deebo Samuel va répondre par un touchdown sur une réception de 44 yards (7-7) après une passe de Jimmy Garoppolo (16/30, 232 yards, 2 TDs et 1 INT).

La fin de la première période est à l’avantage des visiteurs avec la combinaison d’un field goal manqué par Matt Gay et d’un réussi par Robbie Gould. Tout ça dans les deux dernières minutes de ce deuxième quart-temps. San Francisco rentre aux vestiaires en menant au score dans un match qui convient parfaitement aux hommes de Kyle Shanahan. La ligne défensive met la pression sur Stafford (2 sacks et 9 QB Hits) et Deebo Samuel (4 réceptions, 72 yards et 1 TD + 7 courses et 26 yards) fait du mal aux Rams.

D’autant plus que le début de seconde période et du même acabit. L’escouade défensive réussit un superbe stop sur une quatrième tentative tentée par McVay et l’attaque récompense la solidité de son escouade défensive. Cette fois-ci, Georges Kittle (2 réceptions, 27 yards et 1 TD) est trouvé sur 16 yards dans la end-zone et donne 10 points d’avance aux siens (7-17).

Les Rams doivent réagir et la machine va finalement se mettre en route. Los Angeles va inscrire 13 points dans les quinze dernières minutes. Sans en encaisser un seul. D’abord, Matthew Stafford va de nouveau trouver Cooper Kupp pour leur second touchdown de la partie (14-17). Matt Gay va faire le reste. Deux fields goal de 40 et 30 yards pour égaliser puis prendre l’avantage (20-17). Dans le même temps, la défense resserre les boulons, Aaron Donald devient de plus en plus dangereux et les 49ers n’y arrivent plus. Deebo Samuel est muselé et Jimmy Garoppolo est sans solutions.

Le quarterback va même doucher tous les espoirs des siens en lançant une ultime interception lors du dernier drive de son équipe. Comme souvent dans ces matchs entre Rams et 49ers, il aura fallu attendre le tout dernier moment pour que se fasse la décision. Los Angeles a terminé par un enchainement Touchdown/Field Goal/Field Goal quand San Francisco n’a pas pu faire mieux que Punt/Punt/Interception. Sean McVay a peut-être enfin vaincu le signe indien face à Kyle Shanahan. Il retrouve en tout cas le Super Bowl quatre ans après.

Le MVP du match : Cooper Kupp

La triple couronne ne lui suffit pas, Cooper Kupp veut une bague. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il fait tout pour l’obtenir. Dans cette finale de conférence, le receveur a été intenable. Avec 11 réceptions, 142 yards et 2 TDs, il a encore une fois pesé de tout son talent sur la rencontre. Matt Stafford a pu compter sur sa cible préférée dans les moments chauds et ne s’en est pas privé.

Seul un drop en début de match vient (un peu) ternir la performance du numéro 10 de Los Angeles, mais personne ne lui en tiendra rigueur tant il s’est montré décisif.

La stat : 61,11 %

Voilà le pourcentage de réussite des Rams sur troisième tentative dans cette rencontre. Los Angeles a réussi 11 de ses 18 essais. Une statistique symptomatique du rapport de force de ce côté du ballon. San Francisco a souvent ralenti son adversaire, le poussant régulièrement jusqu’à la troisième tentative, mais a rarement pu le stopper.

Pour comparaison, le plus haut pourcentage de réussite en saison régulière appartenait aux Chiefs avec 53 %. C’est dire la performance des Rams et de Matthew Stafford lors de cette finale de conférence. Surtout qu’en face, les visiteurs se sont contentés de 33,3 % dans ce secteur (3/9).

La suite

Alors que la NFL n’avait jamais vu une équipe jouer un Super Bowl à domicile jusqu’à l’an dernier, les Rams (comme les Bucs en 2021) vont pouvoir vivre l’expérience dans deux semaines. Déjà défaits face à New England en 2018, ils veulent désormais toucher le Graal. Pour cela, ils devront se battre les invités surprises : les Bengals.

Côté San Francisco, la défaite doit être amère. Si on ne les attendait pas forcément à ce niveau au milieu de la saison, ils peuvent avoir des regrets de perdre ce match alors qu’ils l’ont mené une grande partie. Il va falloir continuer de renforcer l’équipe désormais, notamment dans le back field défensif. Il faudra surtout prendre une décision concernant le quarterback.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires