Touchdown Shop

Cowboys – 49ers (17-23) : San Francisco résiste à une fin de match délirante

Dans une fin de match sous tension, les Californiens résistent au retour de Dallas et s'envolent vers le tour suivant.

Dallas Cowboys – San Francisco 49ers : 17-23

Après avoir été mené de bout en bout, les Cowboys se sont offerts deux possibilités pour une égalisation inespérée en fin de match. Sur la 1ère balle de match sur une 4e tentative, c’est une glissade du receveur, pourtant bien lancé par Prescott, qui sauve les 49ers. Sur la seconde, avec 14 secondes à jouer, Dak Prescott choisit de courir plutôt que de passer empêchant l’arrêt de l’horloge. Dans la confusion générale, le quarterback n’a plus de temps, le match est terminé.

Dominateur en défense, les hommes de Kyle Shanahan n’ont pas su enfoncer le clou et ont laissé filer le momentum remettant les Cowboys dans le match sur une vilaine interception de Jimmy Garroppolo en milieu de 4e quart-temps. Le quarterback peut remercier sa défense d’avoir tenu dans les derniers instants.

Le moment clé : l’interception bonifiée

Menés mais toujours vivant dans le 3e quart-temps, les Cowboys viennent de stopper l’attaque des 49ers pour la première fois du match. Mais harcelé par la ligne adverse, Prescott envoie le cuir dans les mains de K’Waun Williams.

Remis sur la ligne des 26 yards de Dallas, San Francisco capitalise dans la foulée. Deebo Samuel se joue de la défense et file dans la end zone pour le break.

Le film du match

Dans le rythme dès le coup d’envoi, les 49ers n’ont pas trainé pour mettre la main sur le match.
Sur la 1ère série offensive, ils ont déroulé jusqu’au touchdown du rookie Elijah Mitchell. De l’autre côté du ballon, le front seven met immédiatement la pression sur Prescott. L’attaque texane est totalement asphyxiée. Seulement 7 yards sur leurs deux premières possessions. Pendant ce temps San Francisco ajoute deux field goals et se détache.

Il faut attendre la 2e partie du second quart-temps pour voir Dallas mettre la marche avant. Après avoir martelé à la course, c’est sur une belle passe de Prescott pour Amari Cooper que les Cowboys débloquent leur compteur.

Mais l’embelli ne dure pas. Malgré la perte de Nick Bosa sur commotion, San Francisco ne relâche pas son emprise et force le punt sur leurs deux possessions suivantes. Mais l’attaque des Niners est moins fringante qu’en début de match. Après avoir marqué des points sur leurs quatre premières possessions, ils puntent pour la première fois du match. Mais Garoppolo et consort vont vite retrouver le terrain. Harcelé par la ligne défensive, Prescott est intercepté par K’Waun Williams à 26 yards de son en-but. Deebo Samuel se charge de concrétiser d’un magnifique slalom au milieu de la défense.

A l’orée du 4e quart temps, les hommes de McCarthy sont bien mal embarqués. Malgré un field goal qui réduit l’écart, l’attaque semble incapable de prendre à défaut les Californiens. C’est grâce à une erreur de Garropolo de Prescott peut récupérer le ballon aux portes de la zone rouge. Le quarterback texan concrétise lui-même sur une course de 5 yards. 17-23
Après avoir dominé et contrôlé tout le match, les 49ers sont sous la pression. Ils sont même à deux doigts de la catastrophe sur un fumble perdu mais finalement annulé à juste titre. Incapable de faire filer l’horloge, ils doivent le ballon pour une dernière offensive de Dallas.

Avec 2 minutes 50 à jouer, Prescott est en position d’aller chercher la prolongation. Une nouvelle fois sous pression le quarterback parvient à lancer vers Cedrick Wilson démarqué. Mais le receveur trébuche et laisse filer le ballon de l’égalisation. Dans une fin de match totalement folle et décousue, les Cowboys ont même une seconde opportunité de recoller. Avec seulement 14 secondes, plutôt que de tenter une passe, Prescott choisit la course laissant l’horloge filer. San Francisco s’en sort.

Le MVP : Deebo Samuel

Principal acteur et moteur de l’attaque californienne durant la saison régulière, Deebo Samuel n’a pas baissé de rythme en playoffs. Avec 110 yards cumulés et un touchdown magnifique, le joueur a fait parler sa polyvalence pour donner le tournis à ses vis-à-vis. Extrêmement efficace au sol, Samuel est l’outil créatif du système Shanahan et ça fonctionne parfaitement.

Le flop : Ezekiel Elliott

Inexistant, le coureur le mieux payé de la ligue a traversé la rencontre sans jamais peser. Avec seulement 31 yards gagnés en 12 courses, Elliott a été incapable de déjouer le premier rideau de San Francisco.

La stat : 23

Le nombre de mouchoirs jaunes qui ont été lancés au cours du match. Particulièrement haché, la fin de match a été marquée par l’indiscipline des deux équipes. Déjà dernier de la ligue sur les pénalités, les Cowboys ont encore été largement handicapés par leurs pénalités. 14 fautes pour 89 yards c’est beaucoup trop dans un match de playoffs, encore plus quand on court après le score.

La suite

Direction le Lambeau Field de Green Bay pour les Niners. Deux ans après une finale de conférence qu’ils avaient dominée de la tête et des épaules, ils seront cette fois en position d’outsiders pour défier le leader de la saison régulière.

Passé d’un bilan de 6-10 en 2020 à 12-5 cette saison, les Cowboys de McCarthy ont beaucoup progressé en particulier en défense. La franchise devra profiter de l’intersaison pour continuer à construire un effectif prometteur pour franchir un nouveau cap la saison prochaine.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires