Touchdown Shop

Les 10 leçons de la Semaine 15 : T.J. Watt et Aaron Rodgers toujours plus loin dans la légende

Des records tombent à Pittsburgh et Green Bay. Et ce n'est peut-être pas fini.

Aaron Rodgers ne dépassera pas la cote d’amour de Brett Favre, mais il est bien le meilleur quarterback de l’histoire des Packers

Dimanche, Aaron Rodgers a égalé le nombre de touchdowns lancés par Brett Favre sous le maillot de Green Bay. Il a déjà autant de titres de MVP (3) et de victoires au Super Bowl (1).

Le taux d’interception de Rodgers est infiniment moins élevé que celui du numéro 4 : 1,3% contre 3,3%. Son football est bien plus propre.

S’il va au bout cette année, sa place de meilleur quarterback de l’histoire de la franchise pourra difficilement être contesté. Au moins sur le papier. Pour ce qui est du coeur, c’est probablement autre chose.

T.J. Watt dans les pas de son frère

17,5 sacks sur la saison, nouveau record pour un Steelers. C’est immense dans une franchise avec une telle tradition défensive.

66,5 sacks qui approche de la fin de sa cinquième saison. Seuls Reggie White (81) et J.J. Watt (74,5) ont fait mieux. T.J. Watt évolue déjà dans des hauteurs rares.

Si la présence d’Aaron Donald l’a privé du titre de défenseur de l’année pour le moment, cela ne semble plus être qu’une question de temps. Cette année, sa capacité à décider du sort des matchs depuis la défense est incroyable.

S’il connait moins de blessures, T.J. pourrait même finir par empiler encore plus de stats que son illustre aîné.

Rien ne sert de courir

Les Cardinals n’ont pas existé contre les Lions. C’est inquiétant. Ils ont perdu leurs deux derniers matchs, et quatre de leurs sept dernières rencontres.

Forcément, les souvenirs de la saison dernière reviennent. En 2020, Arizona affichait un bilan de 5 victoires et 2 défaites avant de s’effondrer en ne gagnant que trois de leurs neufs dernières sorties. Pour l’instant, pas de panique, et surtout pas de comparaison pour Kyler Murray.

« Pas du tout. Nous sommes toujours à 10 victoires et 4 défaites, toujours à la première place de la division. Cela n’a rien à voir avec l’an dernier et nous n’allons pas autoriser à ce que ça le devienne », a assuré le quarterback.

Avec des matchs à venir contre les Colts, Cowboys et Seahawks, on sera vite fixés. Mais avec la blessure de DeAndre Hopkins et cette vilaine défaite, la dynamique n’est pas rassurante.

Arriver à son meilleur au coeur de l’hiver, c’est l’important pour les grandes équipes. Pour le moment, c’est là qu’Arizona a encore des progrès à faire.

Bon, bah les 49ers seront en playoffs

Il était franchement difficile d’imaginer San Francisco en phases finales quand l’équipe affichait un bilan de 3 victoires pour 5 défaites avec une infirmerie remplie. Et pourtant.

Depuis, cette équipe a retrouvé son identité (le sol et la défense), redonné confiance à son quarterback (en laissant Trey Lance sur le banc) et retrouvé la forme. Les rencontres à venir contre les Titans et Texans devraient permettre d’assurer la qualification.

Ensuite ? Ils ne seront pas bons à prendre sur un match de playoffs.

Les Bengals aussi !

C’est beau une équipe qui naît. Cette fois, ils ont gagné en défense. Et avec huit victoires, les voilà en tête de l’AFC Nord.

Les Bengals ont le mérite de ne jamais s’écrouler cette saison, même après quelques défaites difficiles.

Amari Cooper n’est plus un receveur numéro 1

Pour se rendre compte de la baisse de l’influence d’Amari Cooper dans le jeu des Cowboys, il suffit de l’avoir dans son équipe fantasy. 13 réceptions lors du premier match de la saison. Deux dimanche contre les Giants.

Cooper n’est plus le numéro 1 de l’attaque aérienne de Dallas. CeeDee Lamb a largement pris la place. Même Michael Gallup a désormais un rôle plus important.

Le contrat de 5 ans et 100 millions de dollars donné à Cooper ressemble de plus en plus à une erreur. Heureusement, ils peuvent le couper et ne bloquer que 6 millions sur la masse salariale l’année prochaine. À réfléchir ?

Mais non, Saquon Barkley n’est pas un bust, regardez, il a capté une passe à une main

Drafter un coureur en seconde position pour donner plus de ballons à Mike Glennon, c’est la vie qu’on choisi les Giants. Mais promis, ça valait le coup (et le coût ?), parce qu’il peut réussir des jolies réceptions à une main pour illuminer un peu les défaites.

Les Texans ont peut-être un truc avec Davis Mills

Si les choses se sont compliquées en deuxième mi-temps, Davis Mills a encore livé une première partie de match intéressante. Très intéressante quand on parle d’un joueur sélectionné au troisième tour et qui ne peut pas franchement se vanter d’être entouré par une équipe de tueurs. Sans être gourmand, il a encore distillé beaucoup de passes précises. Mieux, malgré 24 sacks déjà encaissés cette saison, soit sur 8,1% de ses tentatives, il ne panique pas. Il n’a pris qu’un sack contre Jacksonville.

« J’étais à l’aise dans la poche. J’ai trouvé que nos gars ont fait un super boulot de protection sur la ligne. Nous avons bien communiqué sur leurs pressions », a-t-il expliqué après le match.

La prochaine Draft étant pauvre en options de qualité au poste de quarterback, les dirigeants de Houston pourraient vouloir renforcer l’effectif et donner une année d’évaluation de plus à Mills. Le match à venir contre les Chargers en dira plus sur ses capacités. S’il passe cette épreuve, il y aura matière à réflexion.

Trevor Lawrence ne voit vraiment pas les receveurs ouverts

D’accord, c’était un supporter. Mais tout de même, le quarterback aurait pu ajuster l’appel de jeu pour profiter cette cible complètement ouverte.

Il faut plus de touchdowns de linemen offensifs et défensifs parce qu’il faut plus de célébrations de linemen

Qui a dit qu’ils ne sont pas athlétiques ?

Tags →  
Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires