France Autriche Football americain

[NCAA] L’affiche de la semaine : Alabama-Georgia, le choc des titans

C'est le choc de la saison ! Deux collectifs bien huilés et des individualités de talent par milliers.

Chaque vendredi, la rédaction de touchdownactu vous décortique l’affiche du week-end en football universitaire. Pour suivre les futurs joueurs de vos franchises NFL préférées et pour vibrer au rythme de rivalités et de traditions ancestrales.

Semaine 14 : les finales de conférence

Enfin ! Cette affiche est attendue par tous les observateurs depuis le début de la saison 2021. La South Eastern Conference est la plus relevée des 10 conférences du football universitaire et elle est divisée en deux divisions de 7 équipes : l’Ouest avec Alabama, LSU, Texas A&M et la division Est avec Georgia, Florida et Tennessee, entre autres. Premiers de leurs divisions respectives, les deux mastodontes du football universitaire s’affrontent pour la finale de conférence, sur le terrain neutre des Falcons à Atlanta. Attention vos yeux, ce match est ce qui se rapproche le plus d’un match NFL.

Quarterbacks : avantage Alabama

Après Tua Tagovailoa (Dophins) et Mac Jones (Patriots), Bryce Young est le quarterback de Alabama, le prochain qui sera un 1e tour de la draft NFL. Encore trop jeune pour être éligible à la draft 2022, il est d’ores et déjà parmi les meilleurs quarterbacks du niveau universitaire. Recrue 5 étoiles et QB1 chez les lycéens en 2020, il est le meneur de jeu d’une attaque explosive. Très bien entouré certes, mais c’est bien lui qui rend possible le coté rouleau compresseur de cette attaque : 492 yards en moyenne par match ! Joueur précis, sa mobilité dans la poche en fait aussi un expert pour laisser le temps à ses receveurs de se démarquer.

En face, le titulaire aurait du être JT Daniels mais ce dernier est depuis 3 saisons gêné par des blessures. S’il joue en 2021 (5 matchs pour 722 yards et 7 touchdowns), le titulaire est Stetson Bennett. Peu recruté à sa sortie d’un lycée de Georgie, il était destiné à être un remplaçant. Avec son physique frêle et son profil de « game manager » sans aucune qualité supérieure, il s’efforce de ne pas faire perdre son équipe. Et il faut reconnaitre qu’il s’en sort bien (21 touchdowns pour 5 interceptions). Au poste le plus décisif, l’avantage est cependant énorme du coté de Alabama.

Ligne offensive : avantage Georgia

Alors que le Crimson Tide de Alabama peut aligner le meilleur joueur de ligne offensive de ce match en Evan Neal, c’est bien la ligne offensive de Georgia qui est la plus performante. Seulement 8 sacks concédés lors des 12 matchs 2021. Plus encore que les résultats chiffrés, l’impression visuelle est celle d’un cinq majeur fonctionnant comme les doigts d’une main. Protection du quarterback et ouvertures de brèches pour le jeu au sol : mode expert activé.

Georgia pourrait cependant devoir se passer de son tackle gauche Jamaree Salyer : un joueur avec un avenir proche en NFL, surement en tant que Guard. Si toujours indisponible alors, ce sera Broderick Jones qui occupera le poste, une recrue 5 étoiles en 2020. Les 4 autres joueurs sont tous de très hautes recrues, que des joueurs de grand talent. Ancien joueur au poste de Centre puis entraineur principal, à l’université de Ole Miss, Matt Luke dirige cette unité de mains de maitre. Pourtant, la ligne offensive adverse n’est pas en reste. Le tackle gauche Evan Neal est un candidat pour le top 5 de la draft 2022 car immense et athlétique. À ses cotés, beaucoup de talent : du centre Darrian Dalcourt au guard droit Emil Ekiyor. Si les deux unités sont performantes, Georgia a néanmoins l’avantage dans ce secteur en 2021.

Receveurs : avantage Alabama

Après tous les Jerry Jeudy (Broncos), DeVonta Smith (Eagles) ou Jaylen Waddle (Dolphins) et sans remonter jusqu’à Julio Jones (Titans), la fac de Alabama est réputée pour la formation de receveur de premier plan. John Metchie est le receveur numéro 1 en 2021 et son mix de vivacité et de puissance physique, malgré un gabarit moyen, peut rappeler Terry McLaurin (Washington). Comme lui, Jameson Williams postule au top 50 de la draft 2022. Joueur moins accomplit, son potentiel de playmaker avec son explosivité est largement au-dessus de la moyenne (son profil ici). Autour d’eux, beaucoup de jeunes joueurs talentueux comme Ja’Corey Brooks, Thaiu Jones-Bell, Agiye Hall et Javon Baker. Aussi, un joueur rappelant que si la dimension physique de ce jeu est importante, la science du jeu prime toujours : Slade Bolden.

L’escouade des Bulldogs parait moins séduisante. Mais dans une attaque qui court bien plus qu’elle ne passe par les airs, ils font le boulot, comme on dit (25 passes pour 37 courses tentées en moyenne/match). Kearis Jackson et Jermaine Burton ont du talent mais la blessure, avant la saison, du numéro 1 George Pickens a fait beaucoup de mal. Ce dernier vient de faire son retour avec 1 réception de 5 yards samedi dernier. Sa présence, plus active, serait un atout de choix pour Georgia. Athlétique, il a le profil d’un receveur numéro 1 en NFL (on en parle demain dans le podcast consacré aux receveurs de la cuvée 2022).

Tight-ends : égalité

La paire de Georgia est clairement la plus talentueuse. Darnell Washington est une recrue 5 étoiles, mesurant plus de 2 mètres et pesant 120 kilos, il est un cauchemar pour les défenseurs adverses : le fameux « trop costaud pour un safety et trop rapide pour un linebacker ». Son complice Brock Bowers est lui un expert pour se démarquer : 10 touchdowns inscrits en 2021. Le souci étant qu’ils jouent tous deux leurs première saison universitaire. Et c’est là que l’unité de Alabama égalise. Jahleel Billingsley a de l’expérience et son profil de tight-end spécialisé en réceptions lui confère une cote pour la draft 2022. Son compère Cameron Latu est la sensation de la saison. Recruté comme défenseur, il s’épanoui en 2021 du coté offensif du ballon : 6 touchdowns.

Coureurs : avantage Georgia

L’entraineur de Georgia Kirby Smart est un adepte du « smash mouth football ». Pour ce faire, il s’appuie tout d’abord sur un duo : Zamir White et James Cook (frère de Dalvin des Vikings). White est le leader du groupe au sol alors que Cook porte le cuir mais est aussi un facteur pour le jeu de passe. Le duo est relayé par un autre duo : les très costauds Kendall Milton et Kenny McIntosh. Du coté de Alabama, la recrue star Trey Sanders (RB1 des lycéens en 2019) est enfin en bonne santé et il montre son talent derrière l’expérimenté Brian Robinson. Ce dernier semble prêt pour la NFL avec la fiabilité de ses courses et son apport en réception. Malheureusement, le talentueux Jase McClellan s’est blessé en cours de saison. Le solide Roydell Williams complète l’escouade. Le receveur Christian Leary sait tout autant porter le cuir que l’attraper alors il est utilisé de différentes façons par l’attaque.

Front 7 : avantage Georgia

En égrenant les joueurs du front 7 de Alabama, comprendre que celui de Georgia est meilleur fait peur ! En effet, Alabama peut s’appuyer sur des joueurs avec un avenir en NFL comme les deux linebackers intérieurs (défense 34) Christian Harris et Henry To’o To’o. L’edge rusher Will Anderson est aujourd’hui considéré comme le meilleur à son poste. Oui, devant Kayvon Thibodeaux (Oregon) et Aidan Hutchinson (Michigan). Mais contrairement à ces deux joueurs, il est trop jeune pour la draft 2022. Devant eux, des joueurs qui trouveront une place dans une rotation NFL ces deux prochaines saisons : Phidarian Mathis, Byron Young, DJ Dale, Tim Smith, LaBryan Ray et Justin Eboigbe se relayent pour les 3 places disponibles, sans jamais montrer qu’avec cette rotation la qualité diminue. Impressionnant. Oui mais voila. Georgia quoi !

En 12 matchs 2021, la défense de Georgia n’a encaissé que 83 points, une moyenne de 6,9 par match ! Même pas un touchdown par match ! Wow. Et elle le doit avant tout à ses deux premiers rideaux défensifs. Seulement 2 touchdowns concédés au sol. Pour gagner des yards en portant le cuir, il faut déjà que les coureurs puissent passer la ligne d’engagement. Un véritable problème pour les équipes affrontant Georgia car Jordan Davis est un homme et demi au milieu (2m pour 155 kilos). L’admirer se mouvoir pour un joueur de son gabarit est un régal. Tout aussi imposant, il apparait plus athlétique que Vita Vea (Buccaneers). Il est un candidat plus que crédible au 1e tour de la draft 2022 et il n’est pas le seul. Le linebacker Nakobe Dean est une machine. Une de celle qui sait tout faire : plaquer, couvrir, blitzer, compenser et surtout, donner le ton en tant que leader. Son travail est facilité par les hommes entourant Jordan Davis devant lui. Devonte Wyatt et Travon Walker seront draftés et si Jalen Carter est trop jeune pour la draft 2022, il sera un joueur à suivre pour le top 50 de la draft 2023. Le pass rusher Adam Anderson est touché par des problèmes extra sportif mais le lycéen numéro 1 en 2019, Nolan Smith, contribue à tous les niveaux : pressions, défense de course, fumbles provoqués et gros jeux en équipe spéciale. Le polyvalent Quay Walker apporte lui sa vitesse et son moteur, de l’intérieur à l’extérieur sur le second rideau. Un front 7 de malades !

Couverture : avantage Georgia

Le meilleur DB sur le terrain jouera à Georgia mais sera trop jeune pour se présenter à la draft 2022. Kelee Ringo était en 2020 une recrue 5 étoiles, considéré comme le cornerback lycéen numéro 1 des Etats-Unis. Grand et costaud, ses qualités athlétiques et sa science du jeu font que les quarterbacks adverses évitent, au maximum, de lancer de son coté. Sauf souci de santé, il est un candidat au 1e tour de la draft 2023. À son opposé, Derion Kendrick arrive après deux saisons à Clemson. Si en dehors du terrain il ne donne pas toutes les garanties, ses qualités sur le terrain sont indéniables et une franchise NFL misera sans doute un choix du 2e tour sur lui. Le plus expérimenté de cette escouade est le safety Lewis Cine. Accompagné de Latavious Brini, ces deux leaders évoluent dans une défense arienne qui ne concède que 150 yards aérien par match (2e performance des 130 universités de division 1A).

Maitre défensif, l’entraineur Nick Saban a cependant des armes à faire valoir dans ce domaine. Le souci étant que ses joueurs les plus talentueux sont jeunes : Malachi Moore, Brian Branch et Kool-Aid McKinstry. L’expérience, nécessaire, vient du safety Jordan Battle et du cornerback Josh Jobe. Les joueurs sont talentueux et bien coachés mais là aussi, comme pour le front 7, l’avantage semble revenir à Georgia.

Entraineurs

Nick Saban est une légende du sport : 7 titres de champion national. Il est réputé pour sa rigueur et ses équipes sont toujours très disciplinées. Ce n’est pas par hasard, en plus des origines Croates communes de leurs familles, qu’il est ami avec Bill Belichik (Patriots). Les deux hommes partagent le souci du détail, cette volonté constante d’atteindre la perfection. Comme son confrère NFL, il est connu pour savoir s’entourer du meilleur staff possible. Alors l’un comme l’autre ont vu plusieurs de leurs assistants devenir à leur tour entraineur en chef. C’est le cas de l’entraineur de Georgia Kirby Smart. Mais qu’il est difficile de dépasser le maitre ! Rencontrant un entraineur étant un de ses anciens assistant, Nick Saban a remporté 24 victoires consécutives ! Certes, son armada de Alabama est le plus souvent supérieure aux équipes affrontées mais la performance reste la performance. Cependant attention : Nick Saban a été défait pour la 1e fois par un ancien assistant et c’était cette saison 2021, lors de la défaite face au Texas A&M de Jimbo Fisher. Un espoir pour Kirby Smart ?

Conclusion

Cela semble la saison où jamais pour Georgia mais attention au réveil de la force de l’empire Alabama. Ce match décidera, non seulement du champion de la SEC mais a aussi des implications pour les playoffs à 4. Une défaite de Alabama et ce serait la fin de leurs espoirs d’y participer. Georgia reste sur 6 défaites consécutives face à leur rival et leur dernière victoire face à Alabama remonte à la saison 2007 ! Ils devront donc battre un adversaire redoutable mais aussi un inévitable complexe d’infériorité. Match samedi 4 décembre à 22h. Le choc des Titans est annoncé : let’s get ready to rumble !

À suivre aussi

Samedi réunissant les finales des 10 conférences universitaire.

Pittsburgh – Wake Forest (ACC), Iowa – Michigan (Big 10), Baylor – Oklahoma State (Big 12), Oregon – Utah (Pac 12), Cincinnati – Houston (AAC), Louisiana – Appalachian State (Sun Belt), UTSA – Western Kentucky (USA), Northern Illinois – Kent State (MAC), San Diego State – Utah State (Mountain West).

Le bonus de la semaine

Kool-Aid McKinstry joue sa première saison universitaire. Lors du recrutement lycéen 2021, il était considéré comme un prospect 5 étoiles et tout simplement, le cornerback numéro 1 du pays ! Grand et athlétique, il montre déjà par séquences un avenir brillant. Son vrai prénom est Ga’Quincy. Ce surnom il l’a depuis son plus jeune âge : sa grand-mère, voulant qualifier un bébé aussi souriant, utilisa le personnage publicitaire des boissons « Kool-Aid » pour le décrire. Alors puisqu’il s’agit de son presque prénom, pourquoi ne pas en tirer avantage ?

Depuis cette saison 2021, les étudiants-athlètes ont le droit de signer un contrat de droits à l’image. Dans la majorité des cas, les quelques chanceux signent avec une chaine de fast food ou avec une marque de boissons. Alors à votre avis, avec quelle compagnie McKinstry a t’il signé ?

Tags →  
Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires