Touchdown Shop

[Preview] Semaine 9 (jeudi) : véritable étincelle ou feu de paille ?

Mike White veut confirmer, mais l’effet de surprise est passé.

Indianapolis Colts (3-5) – New York Jets (2-5)

Avant la victoire de New York face aux Bengals, cela faisait 373 matchs qu’un quarterback des Jets n’avait pas dépassé les 400 yards. Une série qui durait depuis plus de 20 ans et que Mike White a stoppée avec sa superbe performance contre Cincinnati (405 yards, 3 TDs et 2 INTs). Tout n’a pas été parfait certes, mais le lanceur a peut-être montré plus de choses en quatre quart-temps que Zach Wilson depuis le début de la saison. Reste désormais à confirmer. Le joueur drafté en 2018 va en avoir l’occasion avec ce déplacement chez les Colts.

Faire un gros coup à l’extérieur

Pour New York, la saison est déjà perdue. Certes ils ne sont qu’à deux matchs dans la colonne des victoires d’une place en playoffs actuellement, mais ils ont beaucoup trop de lacunes. Cela relèverait du miracle. L’idée est surtout de donner de l’expérience au groupe et de développer Zach Wilson (quand il est sur le terrain). Mais ce Thursday Night Football sera peut-être l’occasion de faire un coup à l’extérieur à une heure de grande écoute. En prime time, Mike White a une nouvelle chance de prouver que son match n’était pas une anomalie. Et si la défense l’aide comme face aux Bengals, New York ne se déplacera pas en victime dans l’Indiana. Enchaîner une deuxième victoire d’affilée leur ouvrirait de nouvelles perspectives. Mais en sont-ils capables ?

Côté Colts en revanche on n’a pas encore perdu tout espoir de post-saison. Déjà parce qu’ils ont une victoire de plus que leurs adversaires et surtout parce qu’ils espèrent certainement une nette baisse de régime des Titans dans leur division après la blessure de Derrick Henry. Le problème est qu’Indianapolis n’arrive pas à gagner des matchs. Accrocheurs face aux Rams, Ravens ou Titans, les coéquipiers de Carson Wentz (1926 yards, 14 TDs et 3 INTs) finissent toujours par perdre. À croire que leur vrai niveau est peut-être celui-là. Jusqu’à présent en tout cas, ils ont réussi à battre les équipes considérées plus faibles qu’eux (Dolphins et Texans). Ce sera aussi le cas des Jets. Eux n’ont donc pas le droit à l’erreur.

Du sol et des turnovers

Pour cela, Jonathan Taylor pourrait être la clé. Le running back livre une saison de grande qualité pour l’instant (121 courses, 649 yards et 6 TDs + 21 réceptions, 265 yards et 1 TD). À tel point que Frank Reich aimerait plus l’utiliser. Ce jeudi il pourrait avoir plus de vingt portées, lui qui n’a jamais dépassé les 18 cette année. Face à lui, la défense des Jets est 18e de la ligue contre la course et autorise 3,99 yards par tentative. L’autre point important sera leur défense. Cette escouade est la 12e du pays en termes de yards (352,4 autorisés par rencontre) et 14e en termes de points (22,9 encaissés par match). Sauf que dimanche dernier, Tennessee leur en a passé 34.

Ils doivent donc se ressaisir. Surtout qu’ils affrontent une attaque qui est en grande difficulté. Les Jets gagnent (habituellement) peu de yards (306,4 par match, 28e de la ligue) et marquent peu de points (16,3 par rencontre, 30e en NFL). Les Colts ne doivent donc pas laisser Mike White et cette attaque prendre confiance. La semaine dernière ils ont terminé avec 34 points, 511 yards et 32 first downs gagnés. Indianapolis doit à tout prix éviter cela et doit donc mettre la pression de suite. S’ils y arrivent, ils pourront peut-être provoquer des pertes de balles, eux qui savent si bien le faire (18 depuis le début de la saison, plus haut total de la ligue). À l’inverse de New York qui a déjà donné 15 ballons cette année (31e derrière les Chiefs).

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires