Touchdown Shop

[Preview] Semaine 8 : la trêve est finie pour les Vikings et les Cowboys

Au sortir de leur semaine de repos, Minnesota et Dallas reviennent directement dans le vif du sujet en prime time.

Alors que les Packers ont fait tomber Arizona pour la première fois de la saison, place désormais au reste de la NFL. Au chaud durant la septième semaine de compétition, Minnesota et Dallas ont eu deux semaines pour préparer le choc du week-end. Une opposition entre deux attaques explosives que la NFL a décidé de placer en prime time. C’est LE match à ne pas manquer de la semaine.

Pour savoir où et quoi regarder, on vous fait un petit tour d’horizon. Une défense au sol de nouveau testée, Kansas City en négatif, le retour d’un receveur, un entraîneur qui s’affirme, une équipe toujours sans succès, la NFC Sud au crible et les traditionnels duels de division : voici le programme de la semaine 8.

Le match à ne pas manquer

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi 01h20
Minnesota Vikings (3-3) – Dallas Cowboys (5-1)

Finis le repos, retour aux affaires pour Dallas et Minnesota. Après leur Bye Week, les deux franchises se retrouvent pour un match en prime time à l’occasion du Sunday Night Football. Pour Mike McCarthy et ses équipes, les premières rencontres après une semaine de repos sont souvent des victoires puisque l’entraîneur affiche un bilan de 10 succès pour 4 défaites dans ces conditions. Pour Mike Zimmer en revanche c’est plus compliqué avec 3 victoires seulement et 4 revers. Dimanche sera en tout cas l’occasion de voir s’affronter deux des attaques les plus emballantes de la ligue. D’un côté, il y a Minnesota qui gagne plus de 400 yards par rencontre (414,2 exactement, 5e de la ligue) avec Kirk Cousins (1769 yards, 13 TDs et 2 INts) à la baguette. L’occasion pour lui de continuer de tordre cette idée reçue qui le fait en difficulté lors des matchs de grande audience.

Il devra en tout cas se méfier de Trevon Diggs. Le cornerback n’en finit plus d’épater, malgré un style de jeu risqué. Il en est déjà à 7 interceptions cette saison, dont deux retournées pour des touchdowns. S’il met les mains sur une passe des Vikings ce dimanche, il deviendra le seul défenseur de l’histoire de la NFL à afficher une interception par rencontre durant les sept premiers matchs de la saison. De l’autre côté, il y a l’escouade offensive de Dallas. Elle est encore plus productive avec 460,8 yards/match (1e de la ligue). Personne n’a encore trouvé le moyen d’arrêter cette attaque qui marque 34,2 points par rencontre (1e). Les Vikings ont donc une lourde tâche devant eux. Pas sûr qu’ils réussissent, mais une chose est sûre, cette rencontre a le potentiel pour se transformer en feu d’artifice.

Le duel : la course des Pats vs. le run stop des Chargers

Coup d’envoi dimanche à 21h05
Los Angeles Chargers (4-2) – New England Patriots (3-4)

Au sortir de leur grosse défaite face à Baltimore, les Chargers ont eu deux semaines pour préparer cette réception de New England. D’abord, ils auront certainement un sentiment de revanche après la terrible déconvenue subie l’an dernier. Les Patriots avaient en effet traversé tout le pays pour infliger un 45-0 à Los Angeles. Justin Herbert avait vécu une soirée compliquée (26/53, 209 yards et 2 INTs) et il n’y avait jamais eu photo. Mais les choses ont changé depuis, Brandon Staley est le nouvel entraîneur des Chargers, le quarterback de deuxième année a encore progressé et Cam Newton a laissé sa place à Mac Jones. Pas sûr donc qu’on assiste au même match avec des Patriots désormais clairement outsider à l’approche de cette rencontre.

Et s’ils veulent faire déjouer les pronostiques, ils vont devoir profiter d’une faiblesse de Los Angeles : le jeu de course. Les Chargers possèdent tout simplement la pire défense au sol de la ligue avec 162,5 yards autorisés par match. C’est dans ce domaine qu’ils ont craqué face aux Ravens et c’est véritablement un point d’inquiétude pour les locaux. Une véritable aubaine pour New England qui aime mettre en place ses attaques grâce au sol pour libérer des espaces pour son quarterback rookie. Damien Harris vient d’ailleurs d’enchaîner deux rencontres à plus de 100 yards et pourrait être le premier Patriots a poussé cette série à trois depuis Corey Dillon en 2004. Il aura en tout cas un rôle essentiel si les Patriots veulent l’emporter dimanche.

La stat : 29 septembre 2015

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h15
Kansas City Chiefs (3-4) – New York Giants (2-5)

Plus qu’une statistique, c’est une date qui nous intéresse cette semaine. Ce 29 septembre 2015 représente la dernière fois où Kansas City a affiché un bilan négatif. Les Chiefs venaient de chuter à Green Bay et leur bilan était d’une victoire pour deux défaites au sein d’un début de saison qui les verra tout de même finir à 11-5. À ce moment-là, Alex Smith était encore le quarterback, Patrick Mahomes venait d’avoir 20 ans et entamait à peine sa deuxième saison universitaire à Texas Tech. Une éternité en NFL. Six ans plus tard, l’équipe d’Andy Reid se retrouve de nouveau sous les 50 %. Comptablement rien d’alarmant, mais sur le terrain les questions se font de plus en plus nombreuses à propos d’une équipe qui a pour seul objectif de retourner au Super Bowl.

Pas sûr en revanche que ce bilan négatif reste très longtemps. Pour ce nouveau Monday Night Football, Kansas City reçoit les Giants. New York sort certes d’une victoire face aux Panthers, mais reste l’une des équipes les plus faibles de la ligue. C’est le moment pour la défense de Steve Spagnuolo de monter d’un cran et de prendre confiance. Elle qui encaisse 29 points par rencontre (28e de la ligue) et autorise 404,6 yards par match (28e) se retrouve face à une escouade qui a du mal à marquer chez les Giants (19,9 points/match, 25e en NFL). Kansas City a largement le bénéfice du doute pour l’instant, mais ce match en prime time doit leur permettre de remettre (un peu) les pendules à l’heure. Une défaite lundi et les quelques petites inquiétudes deviendraient de gros doutes.

Le joueur : Jerry Jeudy

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Denver Broncos (3-4) – Washington Football Team (2-5)

Un homme ne peut pas tout changer, mais dans le cas des Broncos il peut faire beaucoup de bien. Au moral d’abord, tant Denver est dans une spirale négative. Après trois victoires initiales, les hommes de Vic Fangio n’arrivent plus à gagner. Leur dernier succès remonte au mois dernier et une nouvelle défaite ce dimanche les ferait terminer le mois d’octobre sans aucune victoire. Ce qui serait une première depuis 1967. Comme l’ont dit Teddy Bridgewater et Von Miller, c’est le moment de tirer la sonnette d’alarme. Le retour de Jerry Jeudy va donc faire du bien dans les têtes, mais il va aussi et surtout faire du bien sur le terrain. Blessé à la cheville lors du premier week-end de compétition, le receveur de deuxième année sera de nouveau disponible.

Dans la lignée de son année rookie (856 yards et 3 TDs), il va pouvoir aider Teddy Bridgewater (1701 yards, 12 TDs et 5 INTs) et une attaque qui a du mal à avancer ces derniers temps (seulement 20 points/match, 24e de la ligue). Ce renfort tombe bien puisqu’il arrive face à une équipe de Wahsington qui elle a beaucoup de mal à défendre les receveurs adverses. L’escouade de Jack Del Rio, le coordinateur défensif, encaisse pas moins de 30 points par match (32e en NFL) et 300,6 yards à la passe par rencontre (32e). C’est donc le moment ou jamais pour Denver de retrouver la victoire. Et les Broncos comptent beaucoup sur Jerry Jeudy dimanche.

L’entraîneur : Zac Taylor

Coup d’envoi dimanche à 18h00
New York Jets (1-5) – Cincinnati Bengals (5-2)

Critiqué, parfois moqué, Zac Taylor est en train de faire taire certaines mauvaises langues à son encontre. On ne peut pas dire que l’entraîneur principal avait convaincu grand monde depuis son arrivée à la tête des Bengals en 2019. Mais pour sa troisième saison, les progrès de son équipe sont enfin visibles. Au point même où Cincinnati caracole en tête de sa division pour l’heure. Les playoffs ne sont plus seulement un espoir, mais un objectif désormais. Dans le sillage d’un trio offensif composé de Joe Burrow (1956 yards, 17 TDs et 8 INTs), Ja’Marr Chase (754 yards et 6 TDs) et Joe Mixon (539 yards et 4 TDs), l’attaque est l’une des plus excitantes à voir jouer en ce début d’année.

Mais la défense n’est pas mal non plus. L’escouade n’encaisse que 18,3 points par rencontre (5e de la ligue) et offre une impression visuelle convaincante. Les lignes arrière tiennent le choc pendant que la ligne défensive est l’une des bonnes surprises de la saison, à l’image d’un Trey Hendrickson (6,5 sacks, 3e meilleur total de la ligue) qui n’a pas mis longtemps à s’acclimater. Face à eux ce dimanche, ils ont l’une des franchises les plus en difficultés de cette première moitié de saison. New York sort d’un match catastrophique à New England (54-13) et doit même composer désormais avec un lanceur remplaçant. Robert Saleh a annoncé cette semaine que, malgré le retour de Joe Flacco, Mike White sera bien à la tête de cette escouade offensive. On lui souhaite en tout cas bien du courage.

À la recherche du premier succès

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Detroit Lions (0-7) – Philadelphia Eagles (2-5)

Une fois de plus les Lions se sont battus la semaine passée, mais une fois de plus ils sont rentrés bredouilles. Les hommes de Dan Campbell sont toujours à la recherche de leur première victoire de la saison. Tant qu’ils ne réussiront pas à débloquer leur compteur, ils seront à l’honneur dans cette catégorie des preview. Un rapide coup d’œil au calendrier immédiat de Detroit, avec deux déplacements dans l’AFC Nord (chez les Steelers et les Browns), nous montre l’importance de cette réception des Eagles. L’occasion de gagner ne se représentera pas de si tôt, il faut absolument se défaire de Philadelphia. Pour cela, l’essentiel sera de livrer une partie complète. Depuis le début de la saison, ils manquent de constance sur la durée d’une rencontre. Tantôt bons en première, mais en difficulté après la pause, tantôt l’inverse, les Lions cherchent encore leur match référence.

Il pourrait venir à domicile face aux Eagles. Pour cela, ils vont devoir continuer d’appuyer sur ce qui a bien marché la semaine passée. D’Andre Swift notamment s’est montré à son avantage (13 courses et 48 yards + 8 réceptions, 96 yards et 1 TD). Dans son sillage, c’est toute l’attaque au sol de Detroit qui a été plus performante avec 137 yards au total (plus haut total de la saison). Un secteur sur lequel ils devront s’appuyer tant les visiteurs du week-end sont en difficultés dans ce domaine. Philadelphia autorise en effet 133 yards par match aux coureurs adverses (29e de la ligue). Courir plus, permettrait aussi d’enlever un peu de pression sur les épaules de Jared Goff qui reste sur un seul touchdown lancé pour quatre interceptions lors des trois derniers matchs. Attention toutefois, si les hommes de Nick Sirianni n’ont que deux succès au compteur, ils sont à l’aise à l’extérieur. Leurs deux victoires ont en effet été remportées hors de leurs bases Atlanta et chez les Panthers).

NFC Sud

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Atlanta Falcons (3-3) – Carolina Panthers (3-4)

Coup d’envoi dimanche à 22h25
New Orleans Saints (4-2) – Tampa Bay Buccaneers (6-1)

Les quatre équipes de la division s’affrontent cette semaine. En première partie de soirée, les Panthers vont faire le court déplacement pour aller à Atlanta. Chez les Falcons, l’attraction du moment se nomment Kyle Pitts (31 réceptions, 471 yards et 1 TD). Le rookie est l’une des raisons principales pour laquelle la franchise vient d’enchaîner deux victoires consécutives pour revenir à un bilan équilibré pour la première fois depuis la semaine 2 en 2019. L’objectif désormais sera de passer au dessus des 50 %, ce qui ne leur est plus arrivé depuis la fin de la saison 2017. Pour cela, ils devront battre une équipe de Carolina qui n’a plus gagné depuis plus d’un mois (4 défaites consécutives) et qui s’enfonce petit à petit dans le doute sans Christian McCaffrey.

Plus tard dans la soirée, c’est plutôt le haut de cette NFC Sud qui va nous intéresser. Les Saints retrouvent le champion en titre pour la première fois depuis leur élimination des playoffs à domicile par Tom Brady et les siens en janvier dernier. Depuis les Buccaneers ont remporté une bague donc, Drew Brees n’est plus là et une vieille connaissance de la maison a pris les rennes de l’attaque de New Orleans : Jameis Winston. Mais parmi les nombreux duels que va comporter ce match, on observera particulièrement celui entre Mike Evans (37 réceptions, 496 yards et 7 TDs) et Marshon Lattimore. Les deux hommes se connaissent très bien et s’affrontent deux (voire trois) fois par an. Après DK Metcalf lundi dernier, le cornerback va devoir suivre un receveur qui sort d’une performance à trois touchdowns. Surtout, on sait l’animosité qu’il existe entre Evans et Lattimore.

Les duels de division

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Indianapolis Colts (3-4) – Tennessee Titans (5-2)

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Cleveland Browns (4-3) – Pittsburgh Steelers (3-3)

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Buffalo Bills (4-2) – Miami Dolphins (1-6)

Les autres duels de division de cette semaine se dérouleront uniquement en AFC. D’abord au Sud avec déjà le deuxième match entre les Colts et les Titans. Lors de la semaine 3, Tennessee était allé s’imposer dans l’Indiana 25 à 16 dans un match une fois de plus dominé par Derrick Henry (28 courses pour 113 yards). Depuis le running back n’a pas ralenti le rythme (191 courses, 869 yards et 10 TDs) et sera une fois de plus le principal danger pour cette équipe des Colts qui espèrent revenir à un bilan équilibré. À l’opposée, au Nord, Cleveland espère finaliser la passation de pouvoir dans la division. Dominants depuis plusieurs années, les Steelers semblent en difficultés cette saison.

Les Browns veulent en profiter pour définitivement enfoncer leurs adversaires du soir. Comme ils l’avaient fait en playoffs l’an dernier, avec une victoire 48-37 qui avait mis fin aux espoirs de Pittsburgh. Ce match est d’autant plus important que dans la division, les Bengals et Ravens ne semblent pas avoir envie de ralentir le rythme et personne ne veut prendre trop de retard. Enfin, à l’Est, les Dolphins retrouvent leurs meilleurs ennemis de ces dernières années. Face aux Bills, Brian Flores et Miami semblent être incapables de bien jouer. Ils restent notamment sur six défaites consécutives sur un score moyen de 39-19. Les deux derniers matchs, la défaite 56-26 en semaine 17 en 2020 et le revers 35-0 lors de la deuxième de compétition cette saison, en sont l’exemple parfait.

Le reste

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Houston Texans (1-6) – Los Angeles Rams (1-6)

Coup d’envoi dimanche à 18h00
Chicago Bears (3-4) – San Francisco 49ers (2-4)

Coup d’envoi dimanche à 21h05
Seattle Seahawks (2-5) – Jacksonville Jaguars (1-5)

Après Detroit, les Rams continuent leur tournée des équipes de bas de tableau. Cette semaine, les hommes de Sean McVay se déplacent dans le Texas pour affronter une équipe de Houston qui n’a plus gagné depuis la semaine 1. Une partie qui ne devrait être qu’une formalité pour Matthew Stafford (2172 yards, 19 TDs et 4 INTs) et ses coéquipiers. Attention toutefois à l’excès de supériorité qui a bien failli leur jouer des tours face aux Lions. Mais avec du sérieux et le talent présent dans l’effectif, les Texans ne devraient pas poser de problèmes. Toujours à 18h, les Bears accueillent les 49ers dans un match qui promet d’être défensif.

San Francisco possède en effet la 6e meilleure escouade du pays en termes de yards autorisés (324 yards/match), tandis que Chicago est juste en dehors du Top 10 (341,9 yards/rencontre, 11e de la ligue). Enfin, en deuxième partie de soirée, Seattle accueille une équipe de Jacksonville qui vit de rares moments de bonheur dans cette saison. Après une victoire à Londres et une semaine de repos, les Jaguars sont de retour sur les terrains avec, ils l’espèrent, une dynamique nouvelle. La spirale est en tout cas beaucoup plus positive que celle que vivent actuellement les Seahawks. Eux qui viennent de perdre trois rencontres consécutives, qui sont toujours sans succès à domicile et qui devront toujours se passer de Russell Wilson, le quarterback star blessé. L’occasion rêvée pour Urban Meyer et Dexter Lawrence (1465 yards, 7 TDs et 8 INTs) d’enchainer.

Les affiches

Coup d’envoi dimanche à 18h00
New York Jets (1-5) – Cincinnati Bengals (5-2)
Indianapolis Colts (3-4) – Tennessee Titans (5-2)
Houston Texans (1-6) – Los Angeles Rams (1-6)
Cleveland Browns (4-3) – Pittsburgh Steelers (3-3)
Detroit Lions (0-7) – Philadelphia Eagles (2-5)
Chicago Bears (3-4) – San Francisco 49ers (2-4)
Atlanta Falcons (3-3) – Carolina Panthers (3-4)
Buffalo Bills (4-2) – Miami Dolphins (1-6)

Coup d’envoi dimanche à 21h05
Los Angeles Chargers (4-2) – New England Patriots (3-4)
Seattle Seahawks (2-5) – Jacksonville Jaguars (1-5)

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Denver Broncos (3-4) – Washington Football Team (2-5)
New Orleans Saints (4-2) – Tampa Bay Buccaneers (6-1)

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi 01h20
Minnesota Vikings (3-3) – Dallas Cowboys (5-1)

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h15
Kansas City Chiefs (3-4) – New York Giants (2-5)

Au repos
Baltimore Ravens (5-2) et Las Vegas Raiders (5-2).

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires