Touchdown Shop

Les 11 leçons de la Semaine 4 : Dallas a une défense, les Giants ont… une attaque ?

Dallas a fini de s'affirmer dans la NFC Est. Maintenant, le monde ?

Dallas a une défense

À quel moment Trevon Diggs s’est-il transformé en Deion Sanders ? C’est la question qui a été posée dimanche soir sur le chat interne de la rédaction de TDActu. Et elle symbolise la nouvelle dynamique de la défense de Dallas. Diggs a intercepté (au moins) un ballon dans chaque match cette saison, pour un total de 5. Mais il n’est pas seul.

La défense de Dallas encaisse des yards, mais elle est opportuniste. Dimanche, elle a freiné l’adversaire au bon moment. Et surtout, elle vole des ballons. 10 depuis le début de l’année. Seuls les Bills font mieux en NFL.

Quand l’attaque tourne aussi bien que dimanche, alors cette défense opportuniste devient suffisante pour gagner. Les Cowboys auraient-ils tous les ingrédients ?

Les Giants ont… une attaque ?

Ne le dites pas trop fort, cela pourrait les effrayer. Mais les Giants avaient une chose qui ressemblait à une attaque sur le terrain des Saints. Daniel Jones (28/40, 402 yards, 2 TDs, 1 int) a flambé et son seul ballon perdu est intervenu sur une passe Avé Maria avant la pause. Saquon Barkley a marqué le touchdown décisif. Kenny Golladay (6 rec, 116 yards) a dominé les airs. Même Kadarius Toney (6 rec, 78 yards) a participé à la fête. Il y avait presque de quoi rendre jaloux Sean Payton.

Pourvu que ça dure.

Kyler Murray est sacrément fun

Il n’était pas étonnant de penser que les Rams pourraient se relâcher après une victoire de prestige contre les Buccaneers. Mais la victoire des Cardinals va au-delà de ça. Kyler Murray (24/32, 268 yards, 2 TDs) et ses coéquipiers ont pulvérisé Los Angeles.

Le quarterback d’Arizona est à la fois fun et efficace. Clairement dans la course au MVP.

Andy Reid est un grand

Tom Brady a battu le record de yards à la passe dimanche à New England. Mais ce n’était pas le seul record qui est tombé de manière très symbolique.

Pour son deuxième retour à Philadelphie avec les Chiefs, Andy Reid a remporté son 100e match aux commandes de l’équipe de Kansas City.

De quoi faire de lui le premier entraîneur à gagner 100 fois avec deux équipes différentes. Il avait quitté Philadelphie avec 140 succès au compteur. Le genre de chose qui n’arrive pas par hasard. Reid est en train de s’inscrire parmi les plus grands de sa profession.

Russell Wilson aussi

On ne dirait pas comme ça, mais Russell Wilson est grand. Lui aussi a atteint les 100 victoires. Et plus vite que personne.

Selon Pro Football Talk, le quarterback des Seahawks a empôché son centième succès dans le 4e match de sa dixième saison. Le précédent record était détenu par Peyton Manning, dans le dixième match de sa dixième saison. Tom Brady a mis une saison de plus que Wilson, mais après avoir passé son année rookie sur le banc.

Ben Roethlisberger, Brett Favre ou Jim Kelly ont tous attendu leur onzième saison. La preuve que Wilson évolue parmi les légendes.

Pauvre David Mills, mais Nathan Peterman a fait pire

11/21, 87 yards, aucun touchdown et 4 interceptions. Il y a des jours où il vaudrait mieux rester au lit. David Mills a vécu l’enfer dimanche contre Buffalo.

Sur l’échelle d’évaluation de 1 à 100 d’ESPN, baptisée le QBR, Mills a rendu un score de 0,8.

La bonne nouvelle pour le rookie, c’est qu’il y a déjà eu pire. En 2018, Nathan Peterman était entré dans la légende avec une fiche de 5/18 pour 24 yards, aucun touchdown et 2 interceptions dans une défaite des Bills contre les Ravens. De quoi lui offrir une note de 0,7.

Mais Peterman, c’est aussi l’homme d’un 6/14 pour 66 yards, aucun touchdown et 5 interceptions. C’était en 2017 contre les Chargers, avec un 0,6 à la clé. Si cela peut rassurer Mills, Peterman a toujours un job en NFL.

Drew Lock est très bien sur le banc des Broncos

Vic Fangio a pris la bonne décision en titularisant Teddy Bridgewater en début de saison. C’était évident après les trois premières victoires de son équipe. Cela l’était encore plus après la défaite contre les Ravens dimanche.

Bridgewater sorti avec une commotion cérébrale à la mi-temps, Drew Lock tenait une chance de donner tort à tout le monde. Il a montré que rien n’a changé depuis l’an dernier. 12/21, 113 yards, une interception, et pas le moindre point en deux quart-temps. C’était pauvre.

Les Titans n’ont ni excuse ni défense

Ce n’est pas une nouveauté, mais les Titans n’ont vraiment que peu de chances d’aller au bout si leur défense ne se met pas miraculeusement à être performante.

Même sans leurs receveurs titulaires, les Titans devaient battre les Jets. Au lieu de ça, ils ont offert à Zach Wilson ses premiers beaux souvenirs en NFL. Les verts n’ont rien volé. Tant mieux pour eux. Mais Tennessee a de la chance d’évoluer dans une division aussi faible.

Cordarrelle Patterson est vraiment comme le bon vin

Les Falcons ont perdu, mais ils sortent tout de même de leur rencontre avec une drôle de certitude : Cordarrelle Patterson est l’homme à tout faire de l’attaque. Puissant au sol (6 courses, 34 yards), efficace dans les airs (5 rec, 82 yards, 3 TDs), l’ancien choix du premier tour des Vikings était partout face à Washington.

Terry McLaurin : Larry Fitzgerald reboot

Un receveur d’immense talent dans une équipe déstructurée qui fait défiler les quarterbacks. Oui, parfois, le début de carrière de Terry McLaurin (6 rec, 123 yards, 2 TDs contre les Falcons) rappelle le parcours de Larry Fitzgerald.

Patrick Mahomes joue au foot dans son jardin, épisode « on a arrêté de compter »

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires