France Autriche Football americain

Steelers – Bengals (10-24) : Pittsburgh en grande difficulté

En AFC Nord, une seule équipe a un bilan négatif après 3 matchs, et ce n'est pas celle à laquelle on s'attendait.

Pittsburgh Steelers (1-2) – Cincinnati Bengals (2-1) : 10-24

Qu’elle semble loin, la victoire de la première semaine contre les Bills. Sans leur défenseur star T.J. Watt, les Steelers se sont fait dominer par une encourageante équipe de Cincinnati, emmenée par un duo Burrow-Chase en grande forme.

Un joueur du calibre de Watt manquerait à n’importe quel pass rush, cela ne fait aucun doute. Mais cela n’excuse pas l’absence de pression subie par Joe Burrow (14/18, 172 yards, 3 TD, 1 INT), qui a pu jouer dans un fauteuil toute la soirée, n’étant pas sacké une seule fois. Alors qu’on pouvait logiquement émettre des doutes concernant la ligne offensive des Bengals, celle-ci a bien résisté, permettant à Joe Mixon (18 courses, 90 Yards) de faire avancer son équipe, et à Burrow de prouver que rétablir sa connexion avec Ja’Marr Chase (4 réceptions, 65 yards, 2 TD) dans la grande ligue était une idée judicieuse.

Le receveur rookie démarre sa carrière dans la grande ligue sur des bases plus que solides. Des doutes le concernant avaient commencé à sortir, notamment sur ses drops en présaison. Mais l’ancien de LSU a retrouvé ses automatismes avec son copain Joe Burrow, et a inscrit ses 3e et 4e touchdowns de la saison, en 3 matchs.

L’attaque des Steelers à l’agonie

De l’autre côté du terrain, Ben Roethlisberger (38/58, 318 yards, 1 TD, 2 INT) n’a pas semblé en mesure de faire quoi que ce soit pour faire avancer son équipe. Le jeu au sol a manqué d’efficacité (seulement 45 yards, 3 yards par course), et il a dû se résigner à lancer, sûrement trop. Et avec une ligne offensive complétement dépassée, difficile d’être vraiment impactant.

Big Ben s’est retrouvé sous pression dès qu’il avait le ballon en main, l’obligeant à lancer des passes rapides. Preuve en est, c’est son coureur, Najee Harris (40 yards à la course, 14 réceptions, 102 yards), qui se retrouve leader en réception, malgré un corps de receveur de qualité. La 4e tentative à 11 yards de l’en-but des Bengals est la représentation des difficultés d’ensemble de l’attaque de Pittsburgh. Roethlisberger, par ce manque de temps dans la poche, s’est également fait intercepter à 2 reprises par Logan Wilson, le linebacker de Cincinnati.

Au final, ce sont donc les Bengals qui s’imposent sans trembler, profitant au maximum des faiblesses apparentes des Steelers. C’est la 1e fois depuis 1995 que Cincinnati s’impose de plus de 10 points contre Pittsburgh. La connexion Burrow-Chase qui avait tant dominé en NCAA semble bel et bien de retour, pour le plus grand plaisir des supporters dans l’Ohio. Les Steelers, eux, avaient débuté la saison de la meilleure des manières contre un prétendant au titre, envoyant un message à tous ceux qui avaient douté d’eux. Mais après deux défaites consécutives, dont l’une à domicile contre une équipe sur le papier bien plus faible, le tout avec deux possessions d’écart, il va falloir se poser les bonnes questions.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires