France Autriche Football americain

Steelers – Raiders (17-26) : la bande à Derek Carr fait sa loi à Pittsburgh

Et de deux pour les Raiders !

Pittsburgh Steelers (1-1) – Las Vegas Raiders (2-0) : 17-26

Vainqueurs de leur premier match de saison régulière face à des gros morceaux de l’AFC, les Steelers et les Raiders voulaient confirmer ce dimanche à Pittsburgh. Et à ce jeu-là, c’est l’équipe de Derek Carr (28/37 à la passe, 382 yards, 2 TD) qui a été la plus inspirée, prenant le dessus sur des Steelers un peu courts pour rivaliser avec Las Vegas.

Les Raiders dominent, mais gâchent

Dans un début de match dominé par les défenses, c’est une interception qui débloque la rencontre. Sous pression, Ben Roethlisberger (27/40, 295 yards, 1 TD, 1 INT) trouve… le cornerback des Raiders Trayvon Mullen, qui permet à l’attaque de Las Vegas d’être en bonne position sur le terrain. Cependant, Derek Carr et ses coéquipiers ont du mal à en profiter. Sur deux actions consécutives, les Raiders ne sont pas loin de rendre le ballon à l’adversaire, Carr se faisant notamment sacker par l’inévitable T.J. Watt. Les hommes de Jon Gruden sont finalement limités à field goal (0-3).

Cette incapacité à conclure, elle va plomber Las Vegas pendant toute la première mi-temps. Sérieux en défense et globalement dominateurs, les Raiders ratent en effet plusieurs opportunités d’atteindre la end zone. Derek Carr distribue bien à ses différents receveurs en profitant de l’attention particulière accordée à son tight end Darren Waller, mais ça coince dans la zone rouge. La faute notamment à plusieurs pénalités, et l’absence du running back Josh Jacobs n’aide pas non plus. Alors que la star défensive des Steelers T.J. Watt – touché à l’aine – est obligé de regarder depuis la touche (il ne reviendra pas), les Raiders doivent se contenter de deux field goals supplémentaires avant la pause. Frustrant.

Du côté des Steelers, l’attaque peine à trouver son rythme. Mis à part un stiff arm très sale du running back rookie Najee Harris (10 courses, 38 yards, 5 REC, 43 yards, 1 TD), il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Jusqu’à cette passe de 41 yards de Roethlisberger pour Diontae Johnson (9 REC, 105 yards) au milieu du deuxième quart-temps. Ce big play ouvre la voie au seul touchdown de la première période, signé Juju Smith-Schuster (6 REC, 41 yards, 1 TD à la course). À la mi-temps, le tableau d’affichage indique 7-9 pour les Raiders.

Derek Carr en mode MVP

Après avoir gâché en première période, les Raiders font les bons réglages dans les vestiaires. Le premier drive de Las Vegas en deuxième mi-temps ? Sept jeux, 82 yards, avec un Derek Carr parfait. Le quarterback trouve Bryan Edwards (3 REC, 40 yards), Hunter Renfrow (5 REC, 57 yards) et Henry Ruggs III (5 REC, 113 yards, 1 TD) pour de gros gains, avant de servir Foster Moreau (2 REC, 34 yards, 1 TD) dans la end zone. En-fin ! 7-16 Raiders.

Les Steelers sont dans le dur, ils ont du mal à trouver l’étincelle contre un adversaire qui semble maîtriser son sujet. Mais au début du quatrième quart-temps, le Heinz Field a de quoi s’enflammer avec cette bombe de 52 yards de Roethlisberger vers Chase Claypool (3 REC, 70 yards). C’est le big play qu’il fallait à Pittsburgh, puisque Najee Harris conclut juste derrière sur une réception qui se transforme en un touchdown de 25 yards. Les Steelers reviennent ainsi à 14-16, mais perdent leur lineman offensif Trai Turner, expulsé pour un crachat suite à un accrochage. Pas beau ça.

Le match est alors relancé. Cependant, les Raiders coupent immédiatement le momentum des Steelers. Et avec style en plus. Le bourreau de Pittsburgh se nomme Henry Ruggs III, envoyé sur orbite par Derek Carr pour un touchdown de 61 yards (14-23). Les hommes de Mike Tomlin ne s’en remettront pas. Car si le kicker Chris Boswell maintient l’espoir pour les locaux (17-23), Las Vegas gère bien la fin de match. Le jeu de course des Raiders se réveille un peu, la défense fait le boulot, et une grosse réception de Darren Waller (5 REC, 65 yards) permet à LV d’ajouter un field goal qui tue définitivement la rencontre (17-26).

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires