France Autriche Football americain

[Preview 2021] Cincinnati Bengals : On enclenche la marche avant ?

Troisième année de reconstruction dans l’Ohio. Les tigres doivent inverser la tendance.

Comme tous les ans, Touchdown Actu vous propose ses traditionnelles fiches d’avant-saison. Vous pouvez toutes les retrouver en cliquant sur ce lien.

Le coach Zac Taylor entame sa troisième année à la tête des tigres de l’Ohio. Le résultat est bien maigre pour l’instant : une saison d’évaluation, et une saison perdue suite aux blessures de Joe Burrow (QB) et Joe Mixon (RB). Un bilan de 6 victoires pour 25 défaites et 1 nul en deux campagnes.

Avec la perte des deux leaders offensifs dès la mi-2020, l’attaque n’a pas pu faire mieux que se classer 29e de la ligue (27e à la passe, 24e à la course, 29e en points). De son côté la défense reste un chantier en souffrance. L’escouade a échoué à la 26e place NFL (19e aérienne, 29e terrestre, 22e aux points) et a peiné a afficher la moindre consistance. L’expérience Taylor est proche de la sortie de route.

Mais désormais la franchise construit son avenir. Repartis de zéro, les Bengals entament leur marche en avant. Premières étapes : construire les lignes, et installer les futurs cadres de la franchise.

La saison dernière : 4 victoires – 11 défaites – 1 nul, 4e de l’AFC Nord

Mouvements à l’intersaison

Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis la mise en place du nouveau régime, Cincinnati affiche une attitude volontariste. La franchise continue d’être active sur le marché libre, a fait des choix stratégiques à la draft, et a vidé son effectif des cadres hérités du régime précédent et autres investissements manqués.

Les Bengals ont d’abord fait le grand ménage. A.J. Green (WR), Geno Atkins (DT), Giovani Bernard (RB) et John Ross (WR) ont quitté le navire, comme une bonne partie de la défense anti-aérienne. Les plus grosses pertes concernent le départ de Carl Lawson (DE, 36 plaquages, 5,5 sacks, 2 FF) et William Jackson (CB, 45 plaquages, 11 PD, 1 INT), mais les deux défenseurs ont été respectivement remplacés par les prometteurs Trey Hendrickson (25 plaquages, 13,5 sacks) et Chidobe Awuzie (38 plaquages, 5 PD, 1 INT) via la free agency.

Le marché libre, qui a permis notamment de renouveler la défense contre la passe en apportant Mike Hilton (48 plaquages, 3 sacks, 7 PD, 3 INT) au poste de nickel corner ainsi que de la profondeur. De plus, Larry Ogunjobi (45 plaquages, 2,5 sacks) arrive à l’appui de D.J. Reader à l’intérieur de la ligne défensive. Et pour renforcer la ligne offensive, Riley Reiff prend le poste de tackle droit à la place de Bobby Hart.

Enfin, le club a pris une orientation claire à la draft. Il a tranché le dilemme cornélien entre le meilleur tackle offensif (Penei Sewell) et le meilleur receveur (Ja’Marr Chase) de la sélection en faveur de l’ancien camarade receveur de Joe Burrow à Louisiana State. Cincinnati a préféré attendre le second tour pour sélectionner Jackson Carman (Clemson), qui occupera un des postes de garde. La suite du repêchage a essentiellement servi à renforcer les lignes et sélectionner un kicker.

Arrivées notables : Riley Reiff (OT/OG), Trey Hendrickson (DE), Larry Ogunjobi (DT), Chidobe Awuzie (CB), Mike Hilton (CB), Ricardo Allen (S), Eli Apple (CB).

Re-signatures : Clark Harris (LS), Brandon Allen (QB), Brandon Wilson (S/KR), Samaje Perine (RB), Kevin Huber (P), Quinton Spain (OG), Mike Daniels (DL)

Draft : Ja’Marr Chase (WR), Jackson Carman (OT/OG), Joseph Ossai (DE/OLB), Chauncey Golston (DE), Cameron Sample (DE), Tyler Shelvin (NT), D’Ante Smith (OT), Evan McPherson (K), Trey Hill (C), Chris Evans (RB), Wyatt Hubert (DE).

Pertes notables : Ryan Finley (QB), Giovani Bernard (RB), A.J. Green (WR), John Ross (WR), Bobby Hart (OT), Carl Lawson (DE), Geno Atkins (DT), Christian Covington (DT), William Jackson (CB), Mackensie Alexander (CB), Randy Bullock (K), B.J. Finney (C), Shawn Williams (S), Alex Erickson (WR).

Le(s) point(s) fort(s)

En alignant le trio Tyler Boyd (841 yards, 4 TD), Tee Higgins (908 yards, 6 TD), et Ja’Marr Chase, les Bengals disposent d’un splendide groupe de receveurs. Boyd a commencé sa carrière avec deux saisons à plus de 1000 yards, et s’est imposé comme l’homme de confiance de l’attaque, un très bon receveur de possession. Higgins a eu une excellente saison rookie et a su trouver la connexion avec Joe Burrow assez rapidement. Quant à Chase, Burrow le connaît, Burrow le voulait, et l’ancien de LSU vient compléter le groupe avec tout son talent. L’unité devrait être un point fort de l’équipe.

Cincinnati dispose également d’un des meilleurs coureurs de la conférence. Depuis sa sélection, Joe Mixon (428 yards courus/3 TD, 138 yards réceptionnés/1 TD en 6 matchs) a prouvé ses qualités et sa valeur. Son absence sur blessure dès le début de saison l’an passé a grandement impacté les résultats de l’équipe. Samaje Perine (367 yards, 3 TD) a mis le temps pour prendre le jeu sur ses épaules en remplacement, mais il a fini 2020 sur de belles performances et a été prolongé.

De l’autre côté du cuir, les tigres peuvent compter sur un des meilleurs free safeties de la ligue. En trois saisons, Jessie Bates (109 plaquages, 15 PD, 3 INT) a su s’imposer et est devenu un des visages de la franchise. Il est secondé par Von Bell (114 plaquages, 4 TFL, 5 PD) qui a pris la place de Shawn Williams au poste de strong. Ricardo Allen (25 plaquages, 5 PD, 2 INT) a été recruté pour la profondeur, et pour sa capacité à jouer nickel.

Le punter Kevin Huber (47,2 yards de moyenne) a régulièrement progressé ces dernières années, au point d’entrer dans le top 10 de la ligue en 2019 et 2020. Il a été récompensé par une prolongation de contrat, tout comme le relanceur Brandon Wilson (629 yards, 1 TD). Celui-ci voit peu d’actions en dehors des équipes spéciales, mais il est un des plus efficaces à son poste. Pour compléter les spécialistes, les tigres se sont séparés d’un Randy Bullock (21/26 FG, 24/25 XP) en difficulté pour recruter Evan McPherson (Alabama), seul kicker drafté cette année.

Le(s) point(s) faible(s)

La ligne offensive était une priorité de Cincinnati, pour aider l’attaque et protéger Joe Burrow. Les tigres ont fait l’impasse sur Penei Sewell à la draft, mais n’ont pas été inactifs. Riley Reiff reprend le poste de tackle droit – une vraie amélioration par rapport à Bobby Hart – pendant que Quinton Spain (droite) et Jackson Carman (gauche) seront les gardes. Si ces mouvements devraient renforcer une escouade en perdition depuis plusieurs années, le plan des tigres repose aussi sur la disponibilité de Jonah Williams pour assurer la position de tackle gauche. L’ancien premier tour de draft a plutôt brillé par son absence sur son début de carrière, et est un abonné de l’infirmerie. Quant à Billy Price on n’en fini pas d’attendre son éclosion. Il devrait prendre le poste de centre le temps que Trey Hopkins revienne de blessure.

Le poste de linebacker avait été considéré les dernières années, mais n’a pas été modifié pour 2021 malgré le faible rendement de la position. L’escouade continuera donc de s’appuyer sur les jeunes joueurs recrutés en espérant une évolution positive. Logan Wilson (33 TKL, 4 TFL, 3 PD, 2 INT) et Akeem Davis-Gaither (30 TKL, 3 PD, 1 INT) ont une marge de progression au sortir de leur saison rookie, mais Germaine Pratt (89 TKL, 5,5 TFL, 2 PD) et Josh Bynes (99 TKL, 5,5 TFL, 2 PD, 1 sack) doivent encore prouver des choses.

En 2020, les Bengals ont continué leur tradition de perdre leur tight end sur blessure. C.J. Uzomah (87 yards, 1 TD) est rapidement tombé en début de saison, et a été remplacé par Drew Sample (349 yards, 1 TD) qui est plutôt un spécialiste du bloc. Les résultats ont donc été mitigés une nouvelle fois. La position est un des points faibles de l’attaque tigrée, par son niveau moyen et son manque de profondeur.

Facteur(s) X

Les Bengals ont cherché à construire leur défense aérienne par le marché libre. En dehors de l’excellent Darius Phillips (38 plaquages, 12 PD, 1 INT) repêché en 2018, le club a investi sur Trae Waynes, Chidobe Awuzie et Mike Hilton, sans conserver William Jackson (45 plaquages, 1 PD, 1 INT). Blessé en 2020, Waynes n’a pas joué, mais est un joueur solide qui fera la rotation. Lui aussi touché aux adducteurs, Awuzie a perdu de sa superbe mais a connu un bon début de carrière qui donne quelques espoirs. Transfuge des Steelers, Hilton est un excellent slot corner et devrait être une bonne addition. Eli Apple a également été signé pour apporter de la profondeur. Reste à voir comment toutes ces pièces rapportées vont se marier.

Sur le même schéma, la ligne défensive a subi une refonte. Cincinnati n’a pas su retenir Carl Lawson (36 plaquages, 5,5 sacks, 2 FF), mais l’a remplacé par Trey Hendrickson qui a enregistré 13,5 sacks l’an passé. Une grosse acquisition pour booster un pass rush qui en a bien besoin. Dans ce but, Joseph Ossai (Texas) et Cameron Sample (Tulane) ont aussi été repêchés pour apporter de la pression sur les extérieurs. Larry Ogunjobi a été ajouté pour retrouver une position plus naturelle aux côtés de D.J. Reader et Mike Daniels (blessés en 2020) et bloquer les intérieurs. Décevant l’an passé, le polyvalent Sam Hubbard (62 TKL, 2 sacks, 3 PD, 1 FF) complète une ligne qui continue de se chercher, entre blessures et contre performances.

Enfin le coaching est un énorme point d’interrogation pour les Bengals. Après trois intersaisons et deux campagnes, Zac Taylor n’a plus l’excuse de l’effectif ou de la fin d’une génération. L’architecture est en place, les choix ont été faits. Le club doit aller de l’avant, il est temps que le système prouve son efficacité. Si la saison 2021 devait être une nouvelle déception, l’entraîneur en chef se retrouverait certainement dans une position très inconfortable.

Le joueur à suivre : Joe Burrow, QB

Au delà de la facilité quand il est question de quarterback, les performances de Joe Burrow (2688 yards, 13 TD, 5 INT, 89,8 de rating) seront le baromètre de  la reconstruction de l’équipe. Sera-t-il remis physiquement de sa grave blessure au genou ? Sera-t-il remis psychologiquement ? Sera-t-il capable de retrouver le niveau qu’il a affiché pendant sa saison rookie ? Sera-t-il capable de passer encore un cap ? Toutes ces questions, Burrow les porte sur ses épaules.

Pour l’aider dans sa progression, la franchise a pris des décisions. En lui offrant un groupe de receveur de premier plan, tout en améliorant sensiblement la ligne offensive, le club espère avoir fait les bons choix. Avoir un Joe Burrow performant validerait de fait la démarche de l’encadrement.

Calendrier

Vikings, @ Bears, @ Steelers, Jaguars, Packers, @ Detroit, @ Ravens, @ Jets, Browns, BYE, @ Raiders, Steelers, Chargers, 49ers, @ Broncos, Ravens, Chiefs, @ Browns

La preview audio du Podcast

En résumé

Il est temps que Cincinnati, sans avoir des prétentions, ait des ambitions. Les retours de Joe Burrow et Joe Mixon, les sélections de Ja’Marr Chase et Jackson Carman, les arrivées de Trey Hendrickson et Riley Reiff, tous ces éléments doivent permettre aux Bengals d’enclencher une démarche positive. Le but est d’être compétitifs au sein de la très relevée AFC Nord, qui envoie les trois autres équipes de la division en playoffs l’an passé.

Mais les tigres seront-ils à la hauteur du défi ? Joe Burrow revient d’une grave blessure et n’est qu’un sophomore. Le coeur de l’attaque, la ligne offensive, reste un point noir jusqu’à preuve du contraire. La défense est à la fois instable et impuissante à se montrer performante dans un secteur du jeu. L’entraineur en chef n’a pas encore prouvé ses talents de leader ou de stratège.

Pour l’instant le club espère probablement avoir mis en place les fondations. Mais la tâche reste immense et 2021 s’annonce encore comme une saison difficile.

Le pronostic : 4 victoires – 13 défaites, 4e de l’AFC Nord, pas de playoffs

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires