Draft : les chutes les plus emblématiques de la draft

La draft n'est pas toujours une belle histoire pour les joueurs.

La draft est un évènement imprévisible et spectaculaire, qui est l’occasion de voir de belles histoires et des sélections inattendues à chaque tour. Si certains joueurs sont choisis plus rapidement que prévus, certains au contraire tombent choix après choix.

Lorsque cela arrive au premier tour, c’est souvent encore plus cruel, car le joueur est souvent présent dans la « green room », et la caméra ne se lasse pas de filmer le visage se décomposer après chaque choix.

Voici un retour sur les joueurs annoncés comme des vedettes ayant connu les plus grosses chutes au premier tour ces dernières années.

1. Aaron Rodgers (Draft 2005, 24e choix de la draft par les Packers)

Si on sait aujourd’hui qu’Aaron Rodgers est un futur Hall of Famer, sa carrière a débuté dans le chaos. Alors qu’Alex Smith est choisi (logiquement) par les 49ers avec le premier choix, Rodgers est attendu dans le top 10. Mais le quarterback de Cal va chuter, sélection après sélection, pour finalement être choisi par les Packers en 24. Parmi les équipes qui décident de passer leur tour, se trouvent les Dolphins de Nick Saban, qui choisiront le coureur Ronnie Brown avec le choix 2.

Le plus surprenant dans ce choix, c’est que les Packers ont Brett Favre et n’ont pas besoin de quarterback. C’est pourquoi Aaron Rodgers, en plus d’être sélectionné plus tard que prévu, va devoir attendre 3 ans sur le banc des Packers avant de devenir titulaire. Il ne le regrettera pas.

2. Brady Quinn (Draft 2007, 22e choix de la draft par les Browns)

La draft 2007 est mémorable par bien des aspects, mais la relation particulière entre Brady Quinn et les Cleveland Browns est de loin l’histoire la plus ahurissante. Après le choix de JaMarcus Russell (Raiders, QB) et de Calvin Johnson (Lions, WR), Cleveland a un choix à faire : le tackle Joe Thomas ou le quarterback Brady Quinn ? Ils vont choisir le premier, et pensent alors faire une croix sur le quarterback de Notre Dame. Sauf que…

À l’image d’Aaron Rodgers, Quinn va finir deuxième quarterback pris mais va attendre longtemps. Il faut dire que les équipes suivantes ne sont pas particulièrement en recherche à la position. Finalement, en 22e position, Quinn est récupéré par… les Cleveland Browns, après un échange avec Dallas !

À l’époque, cela apparaît comme l’affaire du siècle. Alors que Cleveland « devait » récupérer Quinn au 3e choix, ils récupèrent le quarterback et le meilleur tackle de la draft. Si Joe Thomas devient effectivement un Hall of Famer, Quinn aura une carrière plus décevante, et les Browns ne décolleront jamais.

3. Laremy Tunsil (Draft 2016, 13e choix de la draft par les Miami Dolphins)

Si Laremy Tunsil est maintenant plus connu par le fameux échange entre les Dolphins et les Texans, il est à l’époque de la draft 2016 l’attraction du premier jour. Attendu dans le top 5, ou au maximum le top 10, il finira finalement 13e chez Miami.

La chute n’est pas spectaculaire, mais ce sont les raisons de cet effondrement qui restent dans les mémoires. Quelques minutes avant la draft, une vidéo est postée sur le Twitter du joueur : on le voit consommer de la drogue à l’aide d’un masque, et à ce moment la date de la vidéo n’est pas claire.

Finalement les Dolphins choisissent le joueur et annoncent dans la foulée avoir eu connaissance de la vidéo en amont. Élément de langage ou réalité ? On ne le saura jamais vraiment, mais voir la valeur d’un joueur s’effondrer à quelques minutes de la draft est inédit.

4. La’el Collins (Draft 2015, non drafté)

Plus fort que Tunsil. Ce n’est pas pour une histoire de drogue que La’el Collins a chuté, au point de finir non-drafté, mais bien un double meurtre. Après le meurtre d’une ex-relation, Brittany Mills, Collins est convoqué par la police juste avant la draft pour un interrogatoire.

Non choisi dans les trois premiers tours, bien qu’il ne soit pas inculpé (il ne le sera jamais et sera innocenté), il finira finalement par être non drafté notamment suite aux manœuvres de ses agents. Il sera finalement signé par les Cowboys, et deviendra un excellent joueur de NFL.
C’est toute la cruauté de la situation, Collins a perdu des millions, et la possibilité d’être drafté dans le top 15, pour une affaire ou il n’aura finalement jamais été suspect ou même témoin assisté.

5. Randy Moss (Draft 1998, 21e choix de la draft par les Minnesota Vikings)

Certains rookies mettent du temps avant de faire regretter aux équipes de ne pas les avoir pris, d’autres n’attendent pas. Choisi en 21e position par les Vikings, Moss va réussir dès sa première saison 1 313 yards et 17 touchdowns, lui permettant de devenir rookie de l’année.
Les raisons de cette chute ne sont pas à cause des performances sur le terrain, où il était flamboyant avec Marshall, mais bien en dehors.

Entre ses déboires en High School et en université, il cumule un nombre de casseroles impressionnantes. Bagarre, problèmes de test de dépistage des drogues, il est considéré comme un joueur à problème. Il démontrera en NFL qu’il a changé, et deviendra un Hall of Famer.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook

L'info NFL en continu

Afficher les actus suivantes
Soutenez Touchdown Actu sur Tipeee

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés