[Super Bowl LV] La saison des Chiefs : les champions n’ont pas douté

Andy Reid et les siens n'ont pas trop transpiré cette saison

A quelques jours de leur deuxième finale en deux saisons, Kansas City aborde cette rencontre dans le costume de favori. Emmenés par leur attaque explosive et une défense qui bombe le torse une nouvelle fois en playoffs, les Chiefs n’ont qu’un but : réaliser le doublé.

Et quoi de mieux que de réussir cette performance face au quarterback étant le dernier à l’avoir réussi : Tom Brady ?

Ce qu’on en pensait avant la saison

Favoris pour de nombreux médias, les Chiefs étaient également très bien classés chez nous aussi. Premiers de notre power ranking d’avant-saison et avec un bilan prévu à 14 victoires pour 2 défaites, les Chiefs ont rejoint nos attentes avec le même bilan !

Pas assez dominants pour certains, en total contrôle pour d’autres, l’équipe d’Andy Reid n’a pas déçu en finissant première de sa conférence et assumant ainsi son statut de favori. Avec une attaque qui a su faire la différence par séquence et une défense qui est montée en régime tout au long de la saison, les Chiefs n’ont pas raté le coche en playoffs et se retrouvent à Tampa Bay pour défendre leur titre.

Les statistiques (par match)

Points marqués : 29,6 (5e)
Points encaissés : 22,6 (11e)

Yards gagnés : 415,8 (1er)
Yards à la passe : 303,4 (1er)
Yards au sol : 112,4 (16e)

Yards encaissés : 358,3 (16e)
Yards encaissés à la passe : 236,2 (14e)
Yards encaissés au sol : 122,1 (21e)

La série : 10

Après une défaite surprise en semaine 5 face aux Raiders, les Chiefs rappellent à tout le monde qu’ils sont les favoris de la saison avec une série de 10 victoires. Un enchaînement qui a permis de voir le meilleur de la franchise avec notamment 6 victoires en marquant plus de 30 points ou encore 5 victoires en encaissant moins de 20 points.

Les adversaires vaincus sont à souligner avec des victoires contre les Bills, les Buccaneers, les Dolphins et les Saints. Outre les concurrents battus, il faut également souligner la « méthode ». Si les scores finaux sont souvent serrés (+9, +3, +6, +3), le déroulé des matchs tend à montrer que Kansas City avait globalement la main sur les rencontres avec des écarts au score plus importants en cours de rencontre +13 contre les Bills, +17 contre Tampa, +20 contre Dolphins ou encore +14 contre les Saints.

Le match clé : la victoire 27-24 contre Tampa Bay en semaine 12

Attention, rien ne dit que le Super Bowl aura la même physionomie, mais les deux équipes se sont déjà rencontrées cette saison en semaine 12 avec une victoire de Kansas City.

Outre le résultat final, c’est le déroulé et la manière qui fait de ce match l’un des plus caractéristiques de la saison des Chiefs.

D’abord, les champions en titre ont prouvé à tous qu’ils restent l’attaque la plus explosive de la ligue avec un 17-0 infligé lors du premier quart-temps et un Tyreek Hill qui termine à deux touchdowns et 203 yards à la réception ! Puis Kansas City a progressivement laissé revenir Tampa Bay au tableau d’affichage mais s’en jamais donner l’impression de pouvoir perdre cette rencontre. Un petit défaut qui reviendra plusieurs fois cette saison.

L’anomalie : la défaite 40-32 face aux Raiders en semaine 5

Perdre en NFL n’a rien d’anormal. Et rassurez-vous, après cette défaite face au rival de division, les Chiefs ne perdront qu’un match en toute fin de saison avec les titulaires au repos pour la plupart. De même en défense, ils n’autoriseront que deux adversaires à marquer 30 points ou plus (dont une nouvelle fois les Raiders).

En revanche c’est la manière qui a surpris. Alors que beaucoup pensaient qu’il fallait « contenir » Mahomes et son attaque pour battre les Chiefs, les Raiders ont montré qu’il existait une autre solution : celle de tout tenter en attaque. Avec des 4e tentatives réussies et un jeu de passe plus axé sur la profondeur, Las Vegas a surpris Kansas City cette saison.

Une leçon à retenir pour l’attaque de Tom Brady ?

L’action de l’année : la 4&1 de Chad Henne face aux Browns

Pour leur premier match de playoffs, les Chiefs affrontent les Browns de Cleveland. Si Kansas City met rapidement la main sur le match, une baisse de régime et la sortie pour commotion cérébrale de Patrick Mahomes viennent compliquer le déroulé du match.

Avec plus de 4 minutes à jouer, les Chiefs doivent tenir le ballon pour ne pas laisser revenir des Browns survoltés. Courses, passes courtes, le chrono s’écoule doucement. Seulement, ce n’est pas simple et Chad Henne se retrouve à courir sur une 3&14 mais échoue à quelques centimètres du first down.

C’est le moment choisi par Andy Reid pour appeler une des actions les plus symboliques de l’état d’esprit des Chiefs : le coach demande à ses joueurs de tenter la 4&1, Henne trouve Tyreek Hill et le first down de la victoire !

La bonne décision : penser aux remplaçants

Bien sûr, la valeur d’une équipe se mesure en grande partie à ses stars aux postes clés. Cependant, négliger l’importance de ses remplaçants est une erreur qui peut s’avérer fatale pour de nombreuses équipes, notamment pour des champions en titre dont la quête du doublé demande parfois un influx nerveux important et usant. Un piège dans lequel ne sont pas tombés les Chiefs.

La franchise a signé plusieurs vétérans cette saison pour sa ligne offensive : Kelechi Osemele (9 saisons dans la ligue), Mike Remmers (9 saisons dans la ligue) et Stefen Wisniewski (10 saisons dans la ligue). Appelés pour être remplaçants, ces hommes sont tous montés sur le terrain pour palier au retrait de Laurent Duvernay-Tardiff (COVID) et la blessure de Mitchell Schwartz… Par ailleurs les drafts de joueurs polyvalents comme Nick Allegretti et Andrew Willye ont également permis de combler les trous et blessures sur la ligne offensive.

Kansas City se présentera donc au Super Bowl avec 4 linemen offensifs remplaçants pour débuter la rencontre. Si pour de nombreuses équipes cela aurait ressemblé à une catastrophe, le fait que Kansas City se soit mis en position de répondre à ces faits plutôt que de les subir laisse optimiste. Si gouverner c’est prévoir, gagner l’est peut-être aussi.

Le rookie : L’Jarius Sneed

Drafté au 4e tour cette intersaison, L’Jarius Sneed s’est affirmé comme une des (la ?) meilleures pioches des Chiefs à la dernière Draft. Avec 2 interceptions sur ses deux premiers matchs, le cornerback avait séduit ses fans.

Mis sur la liste des blessés en semaine 4 et de retour en semaine 11, le rookie n’a cessé d’étonner en se montrant performant malgré un repositionnement dans le slot. Outre ses qualités en couverture aérienne, Sneed s’est illustré sur le pass-rush avec 1 sack sur chacun de ses derniers matchs.

Le cornerback est donc devenu une vraie plus-value ajoutée à l’une des escouades aériennes défensives les plus sous-évaluées de la ligue.

Leur qualité : un trio inarrêtable ?

Dans nos sociétés et cultures indo-européennes, le chiffre 3 revêt une symbolique hautement importante : la trinité, le cycle de la vie, les dimensions… Perçu comme le chiffre de la stabilité parfaite, il n’y a qu’un pas à faire pour voir dans le trio Patrick Mahomes, Travis Kelce et Tyreek Hill l’incarnation sportive de cette harmonie. … Trois hommes qui forment le pilier offensif des Chiefs.

Au-delà des statistiques impressionnantes accumulées par les trois compères, il s’agit surtout de qualités diverses mises à profit pour l’équipe : vitesse, vélocité, physique, improvisation, tracés respectés à la lettre… Une combinaison qui semble avoir réponse à tous les défis posés par les défenses adverses (voire les attaques) et qui fait de ce trio l’atout numéro 1 de la franchise. Depuis deux saisons, celui-ci est tout simplement inarrêtable.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook

L'info NFL en continu

Afficher les actus suivantes
Soutenez Touchdown Actu sur Tipeee

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés