France Autriche Football americain

Richard Sherman (49ers) : « Sauf miracle, je ne serai plus à San Francisco l’an prochain »

Les Niners ont beaucoup de joueurs à payer, et Richard Sherman sait qu'il ne sera peut-être pas en haut des priorités.

En trois ans, Richard Sherman est devenu un des leaders d’une jeune équipe des 49ers. Mais avec la fin de son contrat qui arrive, on dirait que les jeunes Niners vont devoir se trouver un nouveau mentor.

Car le cornerback ne semble pas du tout confiant en ses chances de prolonger son contrat.

« Nous avons eu quelques brèves conversations », explique-t-il à NBC Sports. « Je pense qu’il y a l’envie des deux côtés de revenir et de faire en sorte que ça marche. Malheureusement, je ne sais pas si les circonstances vont le permettre. »

Pour rappel, Sherman est son propre agent. Cette année, avec une possible baisse des revenus de la ligue, et donc du plafond salarial, il va falloir négocier serré.

Le problème, c’est qu’il est loin d’être le seul joueur de l’effectif qui va devoir négocier.

« C’est triste mais c’est la vérité. C’est une de ces années ou ce n’est la faute de personne, le fait que ça ne va peut-être pas le faire. Et ce sera triste de se séparer parce que j’ai vraiment apprécié mon passage ici. J’ai apprécié cette équipe. J’ai des frères dans cette équipe, et je pense que nous avons toujours du boulot. Mais je ne sais pas si les circonstances vont le permettre. »

« Il y a une tonne de gars qui doivent être payés et qui progressent. Fred Warner arrive. Et il y a quelque chose comme 40 joueurs libres qui doivent être re-signés. Au final, ils doivent faire ce qui est le mieux pour l’équipe. Et je comprends ça. Et les chiffres s’additionnent pour dire que je ne serai pas là, à moins qu’un miracle arrive, ce qui serait vraiment cool. »

En filigrane, on devine que Sherman, à 32 ans, pense être trop cher pour son équipe.

Ces trois dernières années, il touchait en moyenne 9 millions de dollars par campagne. Cette année, il n’a joué que trois matchs et réussi une interception.

Partagez cet article sur : Twitter Facebook
Afficher les commentaires